Les caisses veulent surveiller notre activité sportive

SantéLes assureurs voudraient obtenir les données de nos activités sportives pour nous pousser à bouger plus. Si non: il faudra passer à la caisse avec des primes plus élevées.

Aujourd'hui des kyrielles d'appareils permettent d'enregistrer les données de notre santé et nos performances sportives.

Aujourd'hui des kyrielles d'appareils permettent d'enregistrer les données de notre santé et nos performances sportives.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En Suisse, près d'un tiers de la population est en surpoids ou obèse. Et si vous travaillez au bureau, il y a de grandes chances que vous ne fassiez pas plus de 4000 pas par jour. Ce qui est largement insuffisant pour se maintenir en forme à long terme. Du coup, votre assureur maladie pourrait se retourner contre vous en vous faisant payer des primes plus élevées.

C'est du moins ce que planifieraient les caisses maladie, si l'on en croit le Blick dimanche. Et celles-ci se serviraient des moyens digitaux actuels, comme les montres intelligentes avec leur cohorte d'applications mesurant les pas effectués, les calories brûlées, les pulsations, ou autre programme fitness effectué, pour connaître les activités physiques de leurs assurés.

Une aubaine

Pour les assureurs, les appareils numériques sont en effet une aubaine car ils leur permettent de dresser le profil-risque de leurs assurés. Selon le Blick, la caisse CSS, l'une des plus grosses du pays, serait même en train de tester en ce sens, avec l'aide de l'EPFZ, quelque 2000 volontaires qui doivent faire 10'000 pas par jour. Leurs pas effectifs sont comptés avec un podomètre et envoyés à l'assureur. Ce projet-pilote doit durer jusqu'à la fin de l'année.

La CSS serait même la pionnière en la matière en Europe, se vante le responsable du projet dans les colonnes du journal alémanique. But du projet: savoir jusqu'à quel point les assurés sont prêts à divulguer des informations personnelles. Car selon le responsable, la digitalisation des données des assurés permettrait de pousser la population à bouger davantage.

Actuellement, les outils numériques ne peuvent être utilisés que dans les assurances complémentaires. Mais la CSS est persuadée que l'assurance de base ne pourrait que profiter de ces données. «Étant donné le coût croissant des soins, nous allons inévitablement promouvoir la responsabilité individuelle pour renforcer finalement la solidarité entre assurés», estime le responsable. En clair: ceux qui ne veulent pas être surveillés devront payer plus de primes!

(nxp)

Créé: 06.09.2015, 13h16

Articles en relation

Les primes vont augmenter jusqu'à 6% en 2016

Caisses maladie Les caisses maladie vont augmenter les tarifs des primes entre 4 et 6% l'an prochain, selon des premières estimations du comparateur en ligne bonus.ch. Plus...

Coup de froid sur la révision des tarifs médicaux

Coûts de la santé Contre la division des assureurs, qui menace la réforme, le conseiller fédéral Alain Berset durcit le ton. Plus...

Le secteur suisse de l'assurance traverse une passe difficile

Taux d'intérêt Deux tiers des principaux assureurs présents sur le marché helvétique s'attendent à devoir opérer de nouvelles restructurations de leurs activités. Plus...

Les assureurs poussent-ils les femmes enceintes à bout?

Arrêts de travail Une Vaudoise a perdu son bébé in utero car son gynéco ne l’aurait pas mise assez tôt en arrêt de travail en raison des pressions des assurances. Ces derniers démentent. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Tout n'est pas joué pour le 2e tour», paru le 29 avril 2017.
(Image: Valott) Plus...