Les opposants récoltent des millions de francs

Salaires abusifsLe monde économique sort les grands moyens pour faire face à l'initiative contre les salaires abusifs des grands patrons. Economiesuisse prévoit d'engager entre cinq et huit millions de francs dans la campagne.

Image d'illustration: Thomas Minder.

Image d'illustration: Thomas Minder. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour economiesuisse, il est important de combattre l'initiative, parce qu'elle menace la place économique suisse et des emplois. D'où la nécessité d'une campagne forte, a indiqué dimanche à l'ats Pascal Gentinetta, directeur d'economiesuisse confirmant une information de la presse dominicale alémanique.

L'engagement d'economiesuisse dans cette campagne est comparable aux moyens investis pour soutenir le renouvellement des accords bilatéraux Schengen/Dublin en 2005. La campagne contre l'initiative fiscale d'il y a deux ans rentre aussi dans le même ordre de grandeur. Dans les deux cas, le peuple avait tranché dans le sens d'economiesuisse.

Economiesuisse répartit les campagnes en trois catégories et celle-ci figure dans la plus haute. La plus basse prévoit un engagement ne dépassant pas deux millions, la moyenne entre deux et cinq millions et la plus haute au-delà.

Moyens 40 fois inférieurs

A l'opposé, le comité d'initiative dispose d'un budget de près de quarante fois inférieur. Selon Claudio Kuster, un des co-initiants avec Thomas Minder, seuls 200'000 francs sont prévus. L'industriel et conseiller aux Etats schaffhousois indépendant prévoit d'assurer l'essentiel du financement par ses propres moyens.

Contacté, Thomas Minder n'a pas voulu confirmer ce montant. «Il y a un tel déséquilibre que le total de nos investissements ne joue de toute façon plus aucun rôle», a-t-il confié.

Selon Thomas Minder, les grands patrons font eux-mêmes partie des faîtières de l'économie, raison pour laquelle les moyens engagés dans cette campagne ne l'étonnent pas.

Plus de droits aux actionnaires

L'initiative contre les salaires abusifs veut renforcer le droit des actionnaires auprès des sociétés publiques. Selon elle, ceux-ci doivent pouvoir entre autres voter sur les rémunérations des dirigeants d'entreprises. Le peuple tranchera le 3 mars prochain.

Si celui-ci rejette l'initiative, le contre-projet entrera automatiquement en application. Ce dernier laisse les entreprises et les actionnaires choisir comment ils souhaitent accorder leurs violons. (ats/Newsnet)

(Créé: 18.11.2012, 16h16)

Mots-clés

Articles en relation

Les institutions de prévoyance rejettent l'initiative Minder

Salaires abusifs Selon l'Association suisse des institutions de prévoyance (ASIP), le texte de l'initiative qui sera soumis au peuple le 3 mars prochain va trop loin. L'instance faitière soutient en revanche le contre-projet indirect du parlement. Plus...

On votera le 3 mars sur l'initiative sur les salaires abusifs

Aux urnes Les Suisses se prononceront sur trois objets lors des votations du 3 mars: l'initiative de Thomas Minder contre les salaires abusifs, la révision de la loi sur l'aménagement du territoire et l'article constitutionnel sur la politique familiale. Plus...

Le peuple votera sur les salaires abusifs

Initiative Le conseiller aux Etats Thomas Minder annonce qu'il maintient son initiative contre les salaires abusifs, et ce malgré l'acceptation par le Parlement d'un contre-projet indirect. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs

Publié le 30 janvier 2015
(Bild: Bénédicte) Plus...