Pourquoi le fonds routier s’offre une voie royale

TransportsLa campagne est lancée en faveur de FORTA. En verrouillant le projet, Doris Leuthard a réussi à museler la plupart des opposants. Verdict lors du scrutin, le 12 février 2017.

Le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération divise les partis

Le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération divise les partis Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après le rail, place à la route. Doris Leuthard a officiellement lancé lundi la campagne en faveur de FORTA, le futur fonds routier qui doit éliminer les bouchons sur les autoroutes et fluidifier le trafic en ville. Doté de 3 milliards par an, le projet se base sur le même principe que FAIF, le fonds d’infrastructure ferroviaire accepté en votation en 2014. «Il est temps d’offrir une solution analogue à la route, a plaidé la conseillère fédérale PDC. En assurant le financement, le développement et l’entretien des routes, ce projet renforce tout le réseau de transports du pays.»

Le 12 février prochain, Doris Leuthard pourrait bien cueillir un nouveau succès pour la première votation de son année présidentielle. Elle peut compter sur le soutien des villes et des cantons, dont des représentants étaient à ses côtés lundi à Berne, mais aussi des partis bourgeois. Artisan du compromis aujourd’hui sur la table, Olivier Français (PLR/VD) l’espère. «Dans sa mouture actuelle, FORTA intègre la mobilité dans un sens large. Investir dans les infrastructures, c’est profitable pour les automobilistes, mais aussi pour les utilisateurs des transports publics. Les bus roulent aussi sur les routes.»

Hausse du prix de l’essence

Si les discours sont aujourd’hui apaisés, tel n’a pas toujours été le cas. FORTA revient de loin. Tout le monde s’accordait très tôt sur la nécessité d’un fonds, mais le mode de financement, lui, a fait l’objet de nombreux bras de fer. A la base, Doris Leuthard proposait une hausse de l’essence de 15 centimes par litre. Une augmentation qui a suscité l’ire des milieux routiers. Furieux, ils ont lancé l’initiative «Vache à lait» pour affecter à la route l’entier des impôts sur les carburants. Malgré un échec dans les urnes, ce scrutin a pesé dans les débats.

Le modèle retenu pour le financement a dû être revu entre les différents acteurs. La part du produit de l’impôt sur les huiles minérales réservée pour la route est passée de 50 à 60%. Les cantons participeront à hauteur de 60 millions de francs par an, notamment pour l’intégration des 400 km de routes cantonales au réseau national, qui avait été repoussée avec le «non» à la hausse du prix de la vignette autoroutière à 100 francs. Enfin, la hausse du litre d’essence sera limitée à 4 centimes, dès 2019. «Une hausse acceptable, estime Doris Leuthard. Cet impôt n’a plus été adapté depuis 1974. De plus, les voitures consomment moins.» Une vertu qui vide les caisses fédérales.

Revisité, le projet a l’avantage de ne plus braquer les milieux routiers, longtemps allergiques à toute hausse des taxes. «C’est un compromis avec lequel nous pouvons vivre», confirme Jean-François Rime (UDC/FR). Mais le président de l’Union suisse des arts et métiers s’empresse d’ajouter: «Nous n’aurions jamais obtenu autant sans la pression de l’initiative Vache à lait.»

La fronde devrait donc se cantonner à la gauche de l’échiquier politique. Et encore… L’intégration dans FORTA de projets de mobilité douce pour les agglomérations, comme les trams ou les métros freine les ardeurs de nombreux opposants. «Pas du tout, corrige Lisa Mazzone (Verts/GE). Le PS a pris position en faveur du non. Notre parti se prononcera en janvier, mais de nombreuses sections ont déjà affirmé vouloir combattre le projet. Des associations comme l’ATE feront aussi campagne pour le non.» Pour la Genevoise, on ne peut pas parler d’un compromis. «C’est un tour de force des milieux routiers, supporté majoritairement par la caisse de la Confédération et non les usagers.»

Opposition de principe

Reste que les Verts risquent d’être bien seuls dans ce combat. L’ATE sort exténuée de ses combats contre Vache à lait et le deuxième tube du Gothard. Quant au PS, il a d’autres chats à fouetter, à commencer par la troisième réforme de l’imposition des entreprises, mère des batailles pour la gauche. «C’est vrai que FORTA ressemble à une demi-vache à lait, reconnaît Roger Nordmann (VD), chef du groupe socialiste aux Chambres fédérales. Mais il faut mettre cette votation dans le contexte du 12 février. Les moyens financiers ne sont pas extensibles. Le PS s’engagera surtout contre la réforme fiscale RIE III, et ensuite en faveur de la naturalisation facilitée des étrangers de troisième génération.» Ainsi, l’opposition à FORTA risque bien de se résumer à une opposition de principe, ouvrant une voie royale pour le projet.


Ce que l'arc lémanique peut gagner

Plusieurs projets de l’arc lémanique profiteront de la manne de FORTA. Le fonds permettra tout d’abord de financer les infrastructures pour lutter contre les goulets d’étranglement.

A la suite de l’extension à six voies de l’ensemble du contournement autoroutier de Genève, il s’agit d’élargir à six pistes aussi l’autoroute sur sol vaudois entre Nyon et Coppet, et entre Villars-Sainte-Croix et Cossonay. Le contournement autoroutier de l’Ouest lausannois (contournement de Morges) est également prévu à terme.

FORTA assurera aussi le financement d’infrastructures liées au trafic dans les agglomérations reconnues par Berne. Dans la région lausannoise, il s’agit par exemple de la part fédérale au futur métro M3. A Genève, le fonds financera l’augmentation des voies de bus et de trams. Une voie verte est également prévue, de même que l’amélioration des transports publics transfrontaliers (24 heures)

Créé: 13.12.2016, 06h54

Articles en relation

«FORTA, pour lutter contre les engorgements sur les routes»

Transports Soumis en votation le 12 février, le futur fonds routier doit permettre d'éliminer les bouchons sur les autoroutes et de fluidifier le trafic en ville. Plus...

Le fonds routier réjouit la Métropole lémanique

Transports Le parlement a approuvé le FORTA, qui permettra d’élargir l’autoroute à Genève et de financer le contournement de Morges. Plus...

La bataille sur le fonds routier peut enfin commencer

Transports Le peuple balaie l’initiative des milieux routiers. La gauche veut en profiter pour corriger le projet FORTA. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...