La Une | Lundi 22 septembre 2014 | Dernière mise à jour 18:01
Portrait

Tamara Joyce, 19?ans, et déjà star du porno

Par Lucie Monnat. Mis à jour le 30.01.2012 24 Commentaires

La jeune Suissesse est très connue outre-Sarine, où son âge a créé la polémique

La Zurichoise Tamara Joyce a tourné dans une douzaine de films pornographiques.

La Zurichoise Tamara Joyce a tourné dans une douzaine de films pornographiques.
Image: Patrick Martin

Du haut de son petit mètre soixante, Tamara Joyce ressemble à n’importe quelle autre jeune femme, à l’exception de ses longs cheveux noirs striés de blond. Dans les rues de Zurich, le petit gabarit attire pourtant l’attention.

Des têtes se retournent sur son passage. «Je suis assez connue en Suisse alémanique. Les gens chuchotent souvent dans mon dos», s’amuse-t-elle. La notoriété de la Zurichoise est un peu particulière. A tout juste 19?ans, Tamara Joyce a déjà tourné dans une douzaine de films pornographiques. Sa première expérience dans l’érotisme remonte à ses 16?ans, lorsqu’elle pose pour des photos coquines.

L’année suivante elle devient «domina» et maltraite des hommes adeptes de sadomasochisme – sans rapports sexuels. Mineure, l’adolescente a besoin de l’accord parental. La maman refuse, puis se résigne face à la détermination de sa fille. «Elle a pensé qu’il serait mieux que je le fasse avec son accord plutôt que dans son dos», explique la jeune libertine.

Au studio, Tamara Joyce joue avec l’objectif, entre dans un univers qui lui plaît. La jeune femme a envie d’aller plus loin et cumule alors les contrats, entre spectacles dénudés et salons érotiques.

Remarques acerbes
Après mure réflexion, elle passe le cap du film en février 2011. Une de ses copines appartient au milieu et la met en contact. Le jour du tournage, Tamara est malade de trac. «J’avais des crampes d’estomac tellement j’étais stressée, se souvient-elle. Puis je me suis détendue et c’est devenu très sympa.»

Son premier film fait d’elle la plus jeune actrice porno de Suisse. Un statut qui attire l’attention des médias suisse alémaniques. Au printemps dernier, elle fait l’objet d’innombrables articles et émission télévisée. «Je ne m’y attendais pas. Je me disais que peut-être personne ne saurait que j’ai tourné dans ce film.» Tamara est une solide, mais parfois les remarques acerbes la blessent. «Certaines personnes critiquent, me jugent alors qu’ils ne me connaissent pas. Parfois, ça me rend triste.»

«J’ai le choix»
Qu’est-ce qui pousse une jeune femme à faire du porno? Tamara hésite avant de répondre. L’argent, bien sûr – Tamara Joyce gagne entre 15?000 et 16?000?francs par mois – mais aussi l’attention qu’on porte sur elle. Et puis, elle aime le sexe et l’assume.

«Lorsqu’un homme a 36 femmes pour lui, il est un Playboy adulé. Lorsqu’une femme fait la même chose, elle est moins que rien.» Est-elle une sorte de féministe alors? «Oui!» répond-elle dans un éclat de rire. Et de reprendre, plus sérieuse: «Certains hommes sur les tournages se comportent mal. Les filles qui font ce métier parce qu’elles ne parviennent pas à payer leurs factures acceptent tout. C’est dramatique. Mais moi, j’ai le choix, et ça fait toute la différence.»

Un autre travail
Tamara travaille dans un bureau à temps partiel, histoire d’avoir une sécurité, mais aussi un «travail normal». Ses collègues sont au courant de son autre activité et l’acceptent. «Ils me connaissent et savent que c’est en accord avec ma personnalité, un peu fofolle.»

Un constat partagé par ses amis. Aucun d’entre eux n’a déserté depuis le début de sa carrière. «Mes copines me demandent tout le temps de leur raconter des détails. Elles sont très curieuses!» s’amuse l’actrice. Du côté familial, l’enthousiasme est plus tempéré. Si son frère est un peu embarrassé devant les copains, son petit frère et la maman sont malgré tout fiers de la célébrité de leur fille.

Fonder une famille
La situation est un peu plus compliquée avec son copain, avec qui Tamara est en couple depuis presque un an et demi. Son ambition de passer au porno est loin d’avoir ravi le jeune homme. «Il était triste, mais il est resté, sourit-elle. Nous n’en parlons pas, il ne regarde pas ce que je fais et c’est bien comme ça.»

Au niveau sexuel, la jeune femme fait une séparation nette. «Avec mon copain, je peux faire ce qui me fait plaisir, expérimenter de nouvelles choses. Pendant les films, il faut toujours que je fasse attention à ma position, que je vérifie si je suis bien coiffée. C’est du job, en somme!»

Dans deux ans, ils achèteront une maison, en Suisse ou en Allemagne, et fonderont une famille. «Je rêve d’un petit village isolé, où personne ne me connaît. Je ne veux pas vivre au même endroit que mon travail, c’est trop dur à concilier.» Et les enfants, ils seront au courant? «Lorsqu’ils seront en âge de comprendre, je leur expliquerai. Je ne veux pas qu’ils l’apprennent dans la cour d’école.» (24 heures)

Créé: 30.01.2012, 09h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

24 Commentaires

Pote Aufeu

30.01.2012, 09:17 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 0

Du moment qu'elle n'a aucune contrainte et que c'est sont choix, il n'y a pas de problème. Cet article est un bon coup de pup. Vous aller voir tout les gens se ruer sur ses films. Elle va gagner encore plus de fric ha ha ha.... Tant mieux pour elle. Répondre


David Divorne

30.01.2012, 11:37 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 0

Bravo à cette fille!
Au moins elle assume ce qu'elle fait. Pas comme certain donneur de leçon qui croient tout savoir de ce qui "est juste de faire", alors qu'ils sont aussi responsable de la mauvaise éducation de leur gamin qui n'auront pas forcément un comportement exemplaire non plus!
Et c'est son choix, elle fait ce qu'elle aime et ne fait de mal à personne (sauf à l'ego de certains)
Répondre



Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce