La Une | Samedi 2 août 2014 | Dernière mise à jour 00:15
Politique monétaire

L'or de la BNS occupera le Conseil des Etats

Par Christine Talos, Berne. Mis à jour le 06.03.2014

L'initiative de l'UDC «Sauvez l'or de la Suisse» est débattue ce jeudi par la Chambre des cantons, un an après son dépôt. Elle est combattue par le Conseil fédéral.

1/6 L'initiative de l'UDC «Sauvez l'or de la Suisse» demande notamment à la BNS de stopper ses ventes d'or et de constituer des réserves pour au moins 20% de ses actifs.

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Hasard du calendrier: la Banque nationale suisse (BNS) doit publier demain vendredi 7 mars ses résultats complets. Elle ne manquera sans doute pas de mentionner le bilan de ses réserves d'or. Ce d'autant que le métal jaune est au cœur de l'initiative de l'UDC «Sauvez l'or de la Suisse», un texte qui sera abordé pour la première fois aux Chambres ce jeudi 6 mars. C'est le Conseil des Etats qui se penchera dessus en premier.

Rappelons que l'initiative, déposée le 20 mars 2013, comporte trois revendications; elle demande à la BNS de stopper ses ventes d'or, de rapatrier en Suisse tout l'or stocké à l'étranger, et de constituer des réserves d'or pour au moins 20% de ses actifs.

Stabilité du franc à garantir

L'UDC justifie son texte par le contexte actuel d'instabilité des monnaies qui rend de telles mesures obligatoires. Pour le 1er parti de Suisse, maintenir le stock actuel de 1040 tonnes d'or est indispensable pour garantir la stabilité du franc suisse. Cela permet de protéger l'épargne privée ainsi que le niveau des salaires, des rentes et des pensions.

La BNS a pris les devant en avril dernier déjà en dévoilant où était stocké l'or suisse pour contrer l'UDC qui affirmait que la plus grosse part de métal jaune se trouvait aux USA, pays risqué en raison de son surendettement. Le président de la banque, Thomas Jordan avait fait savoir que 70% du précieux métal était en Suisse, alors que le reste se trouvait à la Banque d'Angleterre et à la Banque centrale du Canada.

Thomas Jordan avait aussi prévenu que détenir 20% d'or aurait pour effet de limiter la liberté d'action de la BNS, dont la première mission est d'assurer la stabilité des prix en Suisse. Le sauvetage d'UBS ou la fixation du taux plancher auraient été quasiment impossibles, avait-il expliqué.

Stock suffisant et placement volatil

Le Conseil fédéral lui a emboîté le pas en novembre, en rejetant le texte sans contre-projet. Le gouvernement avait repris les arguments de Thomas Jordan et rappelé que cela faisait longtemps que l'or n'avait plus d'incidence directe sur la stabilité des monnaies. Il avait aussi relevé que le stock actuel d'or restait substantiel en comparaison internationale, tout en insistant sur le fait que l'or figurait parmi les placements les plus volatils et donc les plus risqués dans le bilan de la BNS.

La réalité de ce dernier argument a frappé de plein fouet la Suisse début janvier. En janvier, la BNA faisait savoir que la chute de 25% du cours de l'or avait plombé ses résultats 2013. La banque centrale annonçait une perte de 9 milliards de francs s'expliquant par une moins-value de 15 milliards sur l'or qu'elle détenait. Conséquence: aucun dividende ne pourra être versé à la Confédération et aux cantons, pour le plus grand désarroi de ceux-ci.

La commission dit non

Nul doute que cet élément viendra alimenter les débats du Conseil des Etats jeudi. A l'instar du Conseil fédéra, la commission de l'économie et des redevances du Conseil des Etats a recommandé de rejeté le texte le 13 février dernier pour les mêmes raisons. En outre, elle redoute que l'initiative entraîne une détérioration des conditions liées à la politique d'investissement et compromette ainsi la distribution du bénéfice à la Confédération et aux cantons.

Du côté des partis, le groupe PDC-PEV a fait savoir qu'il rejettait à l'unanimité l'initiative de l'UDC. Il estime que l'indépendance de la BNS en sortirait trop restreinte. Les Verts ont également pris position en rejetant le texte également, ceci pour les mêmes raisons. Il comporte des risques inutiles et ampute l'indépendance de la BNS, a-t-il noté dans un communiqué. (Newsnet)

Créé: 06.03.2014, 09h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?