C'est le moment de faire la foire à Berne

Grosse manifestationLe temps s'annonce maussade ce week-end. L'occasion de passer la barrière de rösti et de découvrir la vaste foire de Berne qui attend plus de 300 000 visiteurs. Un accent spécial est mis sur les animaux et les produits du terroir... y compris vaudois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Aller faire la foire à Berne, quelle drôle d'idée. Pourtant si la perspective de passer un week-end maussade avec une marmaille déchaînée à la maison vous déprime, la grande manifestation bernoise peut vous redonner espoir. Il y a à voir, à boire et à manger. Et surtout il y a plus de 600 animaux à (re)découvrir et même à caresser.

La BEA (Bern Expo Arena), comme elle s'appelle, attend plus de 300'000 visiteurs jusqu'au 12 mai à la place Guisan. Inaugurée vendredi matin par le président de la Confédération Ueli Maurer, elle accueille également le salon du cheval.

Caresser des porcelets

La grande majorité des stands est à couvert ce qui est essentiel lors d'une météo incertaine. Qu'est-ce qu'il y a à voir? On retrouve tous les éléments classiques d'une foire avec son secteur ameublement, électro-ménager et dégustation de vins. Il y a tout un espace jardin et légumes ainsi qu'un coin fête foraine.

Mais le plus intéressant à notre avis, ce sont les animaux. Et le fait qu'on puisse les approcher. Les enfants de la ville peuvent donc caresser des porcelets, des veaux, des chèvres et des lapins.

Vaud pour la première fois

La grande arène du salon du cheval permet aussi de voir une multitude de races d'équidés. Et c'est très sympa de voir gambader des juments et leur poulain ou de découvrir un âne avec un pelage constitué d'énormes filasses tombantes.

D’innombrables stands proposent des produits du terroir à emporter ou à déguster sur place. On a même déniché par hasard le stand vaudois Art de Vivre, qui regroupe l'Office du tourisme vaudois, les vins du crû et les produits du terroir. «C'est la première fois que nous venons à la BEA», explique son secrétaire général Alexandre Fricker. «Le but est de conquérir une nouvelle clientèle».

Pas besoin de savoir l'allemand

Pas besoin de savoir l'allemand pour prendre plaisir à déambuler dans ce joyeux capharnaüm. Juste un regret: Berne, qui est cette année la ville hôte de la manifestation, aurait quand même pu proposer une traduction française sur certains de ses stands. (Newsnet)

(Créé: 04.05.2013, 08h40)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.