La biodynamie, parce que ça fonctionne

Demain la SuissePour la coopérative Bergland Produkte, à Ernen, cultiver la terre selon les méthodes développées par l’anthroposophie n’a rien de bien sorcier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Tout ce que je peux dire, c’est que ça marche!» Demandez à Ingrid Schmid Birri pourquoi la coopérative agricole qu’elle a cofondée, à Ernen dans le Haut-Valais, il y a près de 30 ans, est toute acquise à la biodynamie. Sa réponse n’a rien d’ésotérique.

Depuis 1998, les 50 hectares que compte l’exploitation Bergland Produkte sont convertis à ce type d’agriculture, après avoir été «simplement» bio durant quelques années. Mais la biodynamie, qu’est-ce que c’est? Il s’agit d’un système de production initié en 1924 par Rudolf Steiner, fondateur du courant anthroposophe, qui se fait fort de cultiver la terre sans oublier de la nourrir et de la régénérer. Cela passe par des techniques qui peuvent paraître étonnantes au XXIe siècle, mais qui sont pratiquées par un grand nombre d’exploitations. A l’heure actuelle, l’Association pour la biodynamie en Suisse compte plus de 280 fermes parmi ses membres actifs, dont une petite vingtaine opère cette année sa conversion à ce nouveau mode de production.

Pour sûr, sur l’exploitation d’Ernen, aussi bien les légumes que les fleurs et les animaux paraissent en pleine santé. Pour atteindre ce résultat, la biodynamie préconise notamment de mettre en terre des préparations de plantes en respectant des instructions et des calendriers très précis. Dans une petite remise de la ferme d’Ernen, Ingrid nous fait voir quelques-unes de ces concoctions, conservées dans des bocaux, au frais et à l’abri de la lumière. Pour qu’elles déploient leurs effets, certaines d’entre elles doivent être enterrées, non pas directement en pleine terre, mais après avoir été placées dans des crânes de vache. Dans la remise, ceux-ci nous jettent des regards lugubres depuis la petite étagère où ils sont entreposés.

«La biodynamie n’est pas une religion. Pour nous, cela fait partie des différentes méthodes pour cultiver la terre de la meilleure manière possible.»

Vous avez dit étrange? «La biodynamie n’est pas une religion, analyse Philipp, mari d’Ingrid et l’un des piliers de la coopérative Bergland Produkte. Pour nous, cela fait partie des différentes méthodes pour cultiver la terre de la meilleure manière possible.» L’exploitation Bergland Produkte vend ses produits sous le label Demeter, une certification portée par l’Association pour la biodynamie, tout d’abord dans le petit magasin qu’elle tient au village d’Ernen, mais aussi dans plusieurs épiceries de la région. (24 heures)

Créé: 16.07.2017, 08h23

Articles en relation

Une maison pour vivre, vieillir et travailler ensemble

Demain la Suisse A Ernen, dans le Haut-Valais, la GenerationenHaus Berglandhof perpétue l’idéal de vie en communauté de trois familles, arrivées dans le village il y a près de 30 ans pour cultiver la terre. Plus...

Vivre en communauté, le retour! Mais sans gourou

Demain la Suisse Une ferme, cinq adultes et deux, bientôt trois enfants pour vivre et travailler ensemble. Le projet que Simon Noble veut lancer à Gimel a des dimensions communautaire, sociale et spirituelle. Plus...

Construire soi-même l’immeuble où l’on va vivre

Demain la Suisse La coopérative Doma Habitare de Sainte-Croix ne demande pas que des fonds propres aux futurs locataires, elle leur fait mettre huile de coude et bonne volonté pour créer une habitation écologique. Plus...

Les colocs 2.0 habitent des manoirs et des châteaux

Demain la Suisse Ils se réunissent en grands groupes pour pouvoir occuper des bâtisses parfois trop chères pour de simples locataires. Des communautés qui demandent une tout autre organisation. Plus...

Au Nouveau Prieuré, ils vivent tous ensemble

Demain la Suisse A Genève, enfants, étudiants, aînés et personnes polyhandicapées se côtoient dans un «centre intergénérationnel». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...