Derrière les Alémaniques, la nouvelle garde romande

Présidence de partisIls sont quatre. Ils sont jeunes. Et en accédant à la vice-présidence, ils vont devenir la référence de leur parti en Suisse romande.

La redistribution générale des cartes pourrait permettre l’émergence d’une nouvelle génération de politiciens.

La redistribution générale des cartes pourrait permettre l’émergence d’une nouvelle génération de politiciens. Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Christian Levrat, dernier des Mohicans… D’ici à deux semaines, le socialiste fribourgeois sera le seul Welche à la tête d’un parti national. Le démocrate-chrétien valaisan Christophe Darbellay remettra son mandat le 23 avril. Quant à la Vaudoise Adèle Thorens, c’est demain qu’elle quittera la coprésidence du Parti écologiste.

Verts, PDC, PLR, UDC: ces partis seront tous dirigés par des Alémaniques. Pour la Suisse romande, la perte est considérable. «Président, c’est le poste où on a le plus de marge de manœuvre et de force de proposition», regrette Adèle Thorens. Cette nouvelle situation est surtout un retour à la normale, «la fin d’une période dorée où les francophones étaient surreprésentés», reconnaît Christophe Darbellay.

Une nouvelle génération

Si cette redistribution générale des cartes ne sourit pas à première vue aux francophones, elle permettra l’émergence d’une nouvelle génération de politiciens. Avec Lisa Mazzone (Verts/GE), Céline Amaudruz (UDC/GE), Philippe Nantermod (PLR/VS) et Yannick Buttet (PDC/VS), quatre vice-présidences seront occupées par des conseillers nationaux de moins de 40 ans!

«On aura l’impression qu’il n’y a qu’eux car on va beaucoup les entendre en Suisse romande», sourit Christophe Darbellay. «On compte aussi sur ces nouveaux venus pour apporter la sensibilité latine», ajoute Jacques-André Maire (PS/NE), président d’Helvetia Latina. «Mais c’est aussi à la direction des partis, et aux médias, de leur laisser de la place», souligne Adèle Thorens.

En multipliant les orateurs, n’y a-t-il pas un risque de discordance dans le message? Christophe Darbellay ne voit pas de danger. «Quand on change de région linguistique, on ne modifie pas les positions du parti, mais on les dit autrement. Je ne m’exprimais pas de la même manière à Arena qu’à Forum. Le Suisse allemand est plus ennuyeux; en Suisse romande, on ose plus de fantaisie.»

Si le style diffère, le fond aussi pourrait changer avec l’arrivée d’Alémaniques aux commandes. «En tant que Romand, vous êtes plus sensible aux questions sociales et au rôle de l’Etat, même au centre et au centre droit», relève le PDC valaisan. Jacques-André Maire, de son côté, pointe déjà certaines déclarations problématiques de futurs présidents: «Quand on entend les positions de la PLR Petra Gössi sur l’enseignement des langues, notamment du français, on a de quoi s’inquiéter.» Il compte sur ses vice-présidents pour corriger le tir.

Aux quatre noms cités pourrait s’ajouter encore celui d’Isabelle Chevalley. La conseillère nationale vaudoise semble toute désignée pour reprendre la vice-présidence des Vert’libéraux, abandonnée par le Genevois Laurent Seydoux. Sera-t-elle candidate le 30 avril? Elle dit y réfléchir encore. (24 heures)

Créé: 15.04.2016, 08h17

Les nouveaux représentants des partis en Suisse romande

Yannick Buttet, 39 ans

Spécialiste des dossiers énergétiques et très à l’aise sur l’armée, ce Valaisan veut incarner la sensibilité des régions périphériques. «Là où le PDC compte le plus d’électeurs.» Une attaque envers le nouveau président Gerhard Pfister qui vient d’un canton riche? «Je ne serai pas en opposition, mais en complémentarité», corrige-t-il. Celui qui s’est fait une place à Berne sans souffrir de l’ombre de Darbellay s’est fait connaître dans le débat sur la Lex Weber. Soutien aux barrages, chasse du loup, il défend les régions alpines. Conservateur, il s’oppose à l’adoption pour les homosexuels et au mariage gay. (Image: Keystone )

Céline Amaudruz, 37 ans

Son élection à la vice-présidence sonne comme une évidence. Elle était à peine arrivée au parlement que son nom était déjà évoqué. Femme, jeune, urbaine: son profil est une aubaine pour l’UDC qui l’a souvent mise en avant. Expulsion des étrangers criminels, immigration, asile, elle est de toutes les campagnes. Progressiste sur les questions de société, elle s’est opposée à son parti sur l’avortement. Combative, la Genevoise n’a pas la langue dans sa poche. A Berne, celle qui a forgé le destin fédéral de Guy Parmelin siège dans la puissante Commission de l’économie. Son but: gagner des sièges en Romandie. «Notre plus grande marge de progression.» (Image: Keystone )

Lisa Mazzone, 28 ans

Plus jeune élue sous la Coupole, c’est elle qui avait tenu le discours d’ouverture de la nouvelle légis­lature. C’est le joker des Verts; leur seule carte à jouer aussi. La députation romande ayant fondu, la Genevoise était toute désignée pour briguer la vice-présidence. «Je le fais pour servir le parti, mais j’y trouve aussi un intérêt stratégique.» Celle qui vient de quitter la tête des Verts genevois coiffe aussi la casquette de vice-présidente de l’ATE. Elle fut d’ailleurs l’une des voix romandes contre le deuxième tunnel au Gothard. Mais, à Berne, c’est dans la Commission des affaires juridiques et celle de la sécurité qu’elle devra faire ses armes. (Image: Keystone )

Philippe Nantermod, 32 ans

Premier à se lancer, il se trouve finalement seul en lice. Presque un regret, tant ce jeune loup aime le combat politique. Ultralibéral dans les idées – il a combattu le prix unique du livre, défend Uber et veut abolir Billag –, le Valaisan assume aussi un côté humaniste. Nouveau sous la Coupole, il se défend de brûler les étapes. Trop jeune? Il met en avant ses expériences passées d’élu cantonal et de coprésident des Jeunes PLR. Très présent sur les réseaux sociaux, il ne regrette pas de devoir partager la scè­ne avec le Genevois Christian Lüscher. «Médiatiquement, il y a du travail pour deux!» Avocat, il siège dans la Commission des institutions politiques.

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...