Un élu UDC veut attaquer le Conseil islamique

SuisseAprès le conseiller national Hans-Peter Portmann (PLR), c'est au tour de Lukas Reimann de lancer une nouvelle banderille contre le Conseil central islamique suisse.

Nicholas Blancho, le président du CCIS, n'a pas beaucoup de soutiens en Suisse.

Nicholas Blancho, le président du CCIS, n'a pas beaucoup de soutiens en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conseiller national Lukas Reimann (UDC/SG) prépare une plainte pénale contre le Conseil central islamique suisse (CCIS). «Cette organisation évolue dans l'orbite de l’extrémisme», a-t-il déclaré dans le Blick.

Pour l'élu, il est évident que l'association «représente une menace pour la sécurité intérieure de la Suisse et doit donc être interdite». Et comme le droit suisse ne permet pas ce genre de mesure, le juriste se tourne donc vers la loi. «Si on parvient à faire condamner les organes dirigeants, ce serait la fin du CCIS.»

Assaut de toutes parts

Il évoque notamment «des velléités dirigées contre la sécurité de la Suisse», «actes interdits pour un Etat étranger» voire «organisation criminelle». Le CCIS fait déjà l'objet d'une procédure de la part du Ministère public de la Confédération (MPC) pour infraction à l'interdiction des organisations terroristes Al-Qaida et Etat Islamique.

Le conseiller national Hans-Peter Portmann (PLR/ZH) a déjà annoncé son intention de déposer une motion pour faire interdire les organisations islamistes extrémistes. Outre le CCIS, serait également concerné le groupement «Lis!» qui distribue des corans dans la rue, comme l'a révélé mercredi le Tages-Anzeiger.

La crainte de la clandestinité

Le CCIS rejette ces nouvelles accusations, les jugeant absurdes. «Messieurs Reimann et Portmann mènent une politique de symboles irresponsable», a déclaré son porte-parole Qaasim Illi. Qui a rappelé l'attachement de l'association à la sécurité de la Suisse.

Quant aux chances de voir les responsables du CCIS condamnés, elles sont plutôt difficiles à estimer. Une interdiction sans le soutien de l'ONU ou de l'OSCE est quasiment impossible en Suisse car le CCIS devrait se retrouver sur une liste internationale de groupes terroristes.

En outre, le MPC est plutôt opposé à ce genre d'interdiction qui a pour effet de compliquer le travail des enquêteurs, comme l'a rappelé le procureur de la Confédération Michale Lauber. Les forces de l'ordre n'ont en effet pas envie de voir se développer des structures clandestines qui pourraient accroître la radicalisation. (nxp)

Créé: 08.06.2017, 08h40

Articles en relation

Le Conseil islamique menacé d'une interdiction

Suisse Un conseiller national demande l'interdiction de l'organisation salafiste. Ce qui est difficile avec le droit suisse. Plus...

Zurich: «pas de place» pour les islamistes suisses

Suisse Le gouvernement zurichois refuse d'accueillir des événements organisés par le Conseil central islamique suisse. Plus...

Le Conseil islamique suisse muselé à Istanbul

Turquie Le CCIS a vu sa conférence perturbée par la police, qui est allée jusqu'à couper l'électricité dans la salle prévue à cet effet. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...