Trop énervante pour avoir droit au passeport suisse

IntégrationLes citoyens d'une commune argovienne refusent la naturalisation d'une militante de la cause animale. Son cas est devant le Conseil d’Etat.

Nancy Holten, 42 ans, ici chez elle, est née aux Pays-Bas mais a grandi en Suisse. Végane, elle milite pour que les vaches n’aient pas à porter de cloches. Ce qui lui vaut l’hostilité de nombreux citoyens de sa commune de Gipf-Oberfrick (AG).

Nancy Holten, 42 ans, ici chez elle, est née aux Pays-Bas mais a grandi en Suisse. Végane, elle milite pour que les vaches n’aient pas à porter de cloches. Ce qui lui vaut l’hostilité de nombreux citoyens de sa commune de Gipf-Oberfrick (AG). Image: Gabriel Sassoon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nancy Holten est une figure bien connue en Argovie. Il y a deux ans, les médias alémaniques ont largement relayé l’engagement de cette végane néerlandaise contre les cloches de vaches: le tintement de l’accessoire nuirait au bien-être des ruminants, clame cette amie des animaux. Mais on ne s’attaque pas aux traditions helvétiques impunément, les citoyens de la commune de Gipf-Oberfrick, dans la campagne argovienne, le lui ont bien fait comprendre.

En novembre dernier, près de 200 habitants sur les quelque 260 réunis lors de l’assemblée communale ont rejeté sa demande de naturalisation. Un refus encore plus cinglant qu’il y a un an, lors de sa première tentative. Des citoyens l’avaient alors huée lors des débats. L’affaire est désormais devant le Conseil d’Etat, qui pourrait décider de lui donner directement le passeport.

Car sur le papier Nancy Holten a tout de la candidate idéale. Arrivée en Suisse il y a 34 ans, à l’âge de 8 ans, elle parle parfaitement le dialecte, subvient à ses besoins et ceux de ses trois filles, nées Suissesses. Mannequin, journaliste et aspirante actrice, elle n’a pas de poursuites ni de casier judiciaire. Convaincu de sa bonne intégration, l’Exécutif de Gipf-Oberfrick a donné un préavis positif à sa demande. Tout comme le Gouvernement argovien: saisi d’un recours après le premier refus, il a enjoint l’assemblée communale de revoter, indiquant qu’aucun motif ne s’opposait à sa naturalisation. Avec le résultat que l’on sait.

«Je sais que je m’en prends à des traditions. Mais je revendique ma liberté de penser et d’expression. Mes convictions n’ont rien à voir avec mon intégration»

«J’ai grandi ici. La Suisse est ma patrie. Je veux pouvoir voter dans ce pays», dit Nancy Holten en sirotant un smoothie à base de gazon cultivé chez elle, dans un petit appartement aux murs bleu pâle et rose. La Néerlandaise a laissé tomber la viande il y a dix ans, après s’être séparée de son mari. Et depuis cinq ans, elle s’engage pour la cause animale sur la place publique. C’est son combat contre les cloches de vaches qui a suscité une première vague d’hostilité à son égard. Ce qui ne l’a pas empêchée par la suite de condamner la chasse ou les courses traditionnelles de porcelets. Et puis, le bruit des cloches d’église tôt le matin est aussi dans son viseur, ce qui lui vaut le surnom de Glockengegnerin, l’anti-cloches.

«Je sais que je m’attaque à des traditions qui, dans une commune rurale, sont très importantes. Mais je revendique ma liberté de penser différemment et de l’exprimer. Mes convictions n’ont rien à voir avec mon intégration. Mes actions énervent beaucoup de monde, mais je ne veux pas me taire, ce n’est pas dans ma personnalité.»

Malgré les conseils des autorités communales, de ses amis et de sa famille, Nancy Holten s’est refusée à faire profil bas le temps de sa procédure de naturalisation. En novembre dernier, quelques jours avant de se présenter devant les citoyens pour la deuxième fois, elle dénonçait le port de fourrures animales en posant dans Blick am Abend avec son chat Crystal dans les bras, masquant son buste dévêtu. Une provocation de plus, selon ses détracteurs.

«Une grande gueule»

«Nancy Holten a une grande gueule, tout ce qui l’intéresse est qu’on parle d’elle, fustige Tanja Suter, présidente de l’UDC locale. Il y a aussi des Suisses qui luttent pour la cause animale, mais pour avoir droit au passeport, il faut faire preuve de bonne volonté. Nous ne voulons pas lui donner ce cadeau si elle nous embête et ne respecte pas nos traditions.»

Nancy Holten avoue se servir de l’intérêt médiatique à son égard pour défendre ce en quoi elle croit, et n’y voit pas de problème. Les habitants de Gipf-Oberfrick n’ont pas fini d’entendre parler d’elle. Elle prépare en ce moment un livre sur son engagement. Titre de travail: «Celle qui énerve». Elle envisage aussi de se lancer en politique.

La Néerlandaise attend avec impatience la décision du Conseil d’Etat et espère que celui-ci décidera de lui octroyer lui-même le passeport convoité. Elle ne se fait pas d’illusion, si son cas retourne devant l’assemblée communale: sa demande sera encore une fois balayée. «Il faudra alors peut-être que je déménage dans la commune voisine, où c’est l’Exécutif qui décide directement de la naturalisation.» (24 heures)

Créé: 05.01.2017, 07h01

Articles en relation

Lausanne abrège ses entretiens de naturalisation

Passeport La future loi sur la nationalité provoque une hausse des demandes et met le système sous pression. Plus...

«Le petit-fils d’un immigré est déjà un citoyen suisse»

Naturalisation Une large alliance milite en faveur d’un accès facilité au passeport suisse pour les jeunes de la 3e génération. Plus...

Quels critères pour le passeport suisse? Nyon recadre

Bourgeoisie En grève depuis plus de deux ans, la commission de naturalisation du Conseil communal renaît, avec un nouveau cadre. Plus...

Des ateliers pour apprendre à devenir Suisse

Lavaux Une association de seniors aide les candidats qui préparent l’entretien de naturalisation. Et les modules font un tabac. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Face à la concurrence étrangère et la chute des prix de l'électricité, l'industrie hydroélectrique suisse est à la peine. La question de son soutien sera au menu du Conseil national la semaine prochaine
(Image: Bénédicte) Plus...