Haro sur les pesticides pour sauver les abeilles

EnvironnementGalerie photo + videoUne pétition exigeant l'interdiction immédiate de produits chimiques dangereux pour les abeilles a été remise jeudi aux autorités fédérales.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C'est l'hécatombe. En Suisse, la moitié des ruches a disparu dans le seul courant de l'hiver dernier. Pour Greenpeace et les apiculteurs, il est urgent d'agir. Ensemble, ils ont donc remis ce jeudi aux autorités fédérales, une pétition exigeant l'interdiction immédiate de pesticides dangereux pour les abeilles (voir encadré), munie de plus de 80'000 signatures.

Sans abeilles, pas de poire ni de melon

Cela met en danger l'environnement, mais aussi la production alimentaire si les abeilles ne butinent plus sur les plantes, avertissent les pétitionnaires. La valeur économique de la pollinisation des abeilles est estimée à environ 260 millions de francs par an.

Cette vidéo diffusée par France2 explique pourquoi la disparition des abeilles en Europe mène au déclin inéluctable de la flore:

Inaction des autorités

Les autorités suisses tergiversent, nos démarches se sont heurtées jusqu'ici à un mur, critique Greenpeace. La faute aux intérêts de l'industrie agrochimique. Selon la chargée de campagne agriculture de Greenpeace Marianne Künzle, ce sont en premier lieu les groupes puissants comme Syngenta ou Bayer qui profitent de la situation.

Aucun des deux groupes n'a répondu à nos appels répétés ce jeudi. Mais Syngenta a, à plusieurs reprises, réfuté en bloc les différentes accusations. La Commission européenne entend suspendre, pendant deux ans, l'utilisation de trois substances présentes dans les pesticides, à cause de leur impact sur les abeilles. Syngenta lui a demandé, le 16 février dernier, de retirer cette proposition.

(Newsnet)

(Créé: 01.03.2013, 06h57)

Mots-clés

Des insecticides néfastes depuis 20 ans

En janvier, l'Autorité européenne de la sécurité des aliments a admis que les insecticides clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame de la famille des néonicotinoïdes représentaient un danger pour les abeilles. Même une faible dose cause des problèmes de vol et de navigation chez les abeilles, ce qui réduit leurs activités de procréation et de recherche en nourriture.


Utilisés depuis 20 ans pour traiter les semences ou directement épandues sur les plantes, ces pesticides sont cent fois plus toxiques que d'autres insecticides. L'Union européenne décidera sous peu si elle interdit pour deux ans clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.