Les primes maladie agitent déjà la campagne de 2019

SantéAprès le PS, le PDC veut lui aussi lancer une initiative liée aux coûts de la santé. Le thème sera au cœur des futures élections fédérales.

Le président du PDC, Gerhard Pfister, veut mener la campagne pour les élections fédérales de 2019 avec une initiative pour lutter contre les coûts de la santé.

Le président du PDC, Gerhard Pfister, veut mener la campagne pour les élections fédérales de 2019 avec une initiative pour lutter contre les coûts de la santé. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La hausse des primes maladie est un cauchemar qui revient chaque année. Il n’est pas prêt de s’arrêter, puisque SantéSuisse a annoncé mercredi que l’augmentation serait de 4% à 5% pour 2018. Pour combattre ce fléau, le PDC veut s’attaquer aux coûts de la santé. Sa direction présentera un projet d’initiative lors de son congrès le 26 août à Genève, rappelait dimanche la NZZ am Sonntag.

Les détails ne sont pas encore connus, mais l’idée est d’instaurer un frein aux coûts de la santé et d’ancrer ce principe dans la Constitution. Si les primes augmentent plus qu’un certain pourcentage, Confédération et cantons seraient contraints de prendre des mesures pour limiter la hausse. L’idée n’est pas nouvelle. Erich Ettlin (PDC/OW) et Christian Lohr (PDC/TG) ont tous deux déposé une motion en ce sens devant le Conseil des Etats et le National. Motions balayées par le Conseil fédéral.

Face à ce refus, le PDC veut faire appel au peuple. Une stratégie qu’il espère doublement gagnante. La récolte de signatures aura lieu en pleine campagne pour les élections de 2019. Trouver des pistes pour sortir de la spirale de la hausse des primes est crucial, pourquoi donc ne pas en profiter pour booster le parti auprès de la classe moyenne?

Faut-il y voir une pure stratégie électorale? «La santé a toujours été un point fort du PDC, rétorque Béatrice Wertli, secrétaire générale du parti. Nous avions déjà annoncé en janvier que nous allions en faire un point fort de la législature. Notre profil est conservateur et social. Nous plaçons l’humain au centre. Si on regarde les préoccupations des gens, nous devons nous concentrer sur ce thème.» Le PDC est-il en train de marcher sur les plates-bandes de la gauche, qui fait aussi des primes maladie un thème de campagne? «Contrairement au PS, nous ne privilégions pas forcément une approche étatique.»

Que la santé soit un thème privilégié du PDC est une chose, qu’elle soit à l’origine de la cinquième initiative depuis la création du parti en est une autre. Ce succès, c’est celui de l’aile chrétienne-sociale, incarnée notamment par le PDC des villes. «Nous avons fait pression en interne et avons réussi à rallier le président Gerhard Pfister à notre cause, se félicite Bertrand Buchs, président de la section genevoise. L’influence de Monsieur Prix a aidé. Stefan Meierhans, lui-même PDC, fait de la lutte contre la hausse des coûts de la santé une priorité.»

Pour le Genevois, le travail effectué autour de Prévoyance 2020, la réforme des retraites, a servi de déclencheur pour une politique plus proche des intérêts de la population. «Le PDC doit arrêter de courir après l’UDC et se recentrer sur ses valeurs sociales.» Et d’imaginer un PDC qui s’active sur l’égalité salariale, les frais de garde, le congé paternité.

Ne craint-il pas d’être lâché par la frange conservatrice dominante du PDC? «Nous avons été suivis sur les coûts de la santé, alors que nous étions minoritaires.»

Les primes maladie, en tout cas, inspirent pour la campagne de 2019. Le PS travaille aussi à une initiative, dont le texte veut limiter la charge des primes de l’assurance obligatoire des soins à 10% du revenu disponible des assurés.

Socialistes et PDC ne risquent-ils pas de se cannibaliser? «Notre électorat ne se recoupe pas, répond Rebecca Ruiz (PS/VD). L’aile sociale du PDC reste conservatrice.» La Vaudoise a d’ailleurs du mal à imaginer où le PDC veut arriver avec son mécanisme «flou» de frein. «C’est une bonne chose qu’un parti du centre droit s’intéresse. Il devra toutefois ménager la chèvre et le chou, car le PDC a beaucoup d’élus qui font du lobby pour les caisses maladie.»

Face à cette surenchère d’initiatives, le consommateur ne risque-t-il pas d’être le dindon de la farce? «Toute proposition est bonne à prendre, réagit Joy Demeulemeester, responsable de la politique de santé au sein de la Fédération romande des consommateurs. Le vrai défi n’est pas de lancer une idée, mais de la faire passer au parlement. Le poids du lobby des caisses maladie rend les choses très compliquées.»

Des assureurs maladie qui sont eux-mêmes visés par deux autres initiatives. Elles sont portées par les ministres vaudois et genevois de la Santé, Pierre-Yves Maillard et Mauro Poggia. Leur objectif est là aussi de corriger les défauts du système de santé. (24 heures)

Créé: 17.07.2017, 19h38

Articles en relation

Médicaments vendus en ligne: soupçon de pratique illicite

Une offre commerciale liant la caisse maladie CSS, le pharmacien par correspondance Zur Rose et Migros inquiète. Le Conseil fédéral devra répondre. Plus...

Les franchises de l'assurance-maladie devraient être indexées aux coûts

Santé Un projet mis en consultation mercredi pourrait entraîner une hausse de 50 francs chaque trois ou quatre ans. Les rabais liés aux franchises élevées seraient réduits Plus...

La bataille reprend autour des caisses maladie

Santé Deux initiatives seront lancées. A leur origine, le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard et son homologue genevois Mauro Poggia. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...