«Je soutiens l’initiative d’Ecopop contre la surpopulation»

Franz WeberL'icône de l’écologie en Suisse prend position dans le prochain numéro du Journal Franz Weber en faveur de l'initiative de l’association Ecopop, décriée pour ses positions extrémistes. Avec qui les milieux environnementalistes de gauche ont pris leurs distances.

Franz Weber souligne que son «engagement n’est pas dirigé contre les étrangers, mais contre les promoteurs et les élites économiques qui ne pensent qu’à vendre, faire du fric et bétonner la Suisse».

Franz Weber souligne que son «engagement n’est pas dirigé contre les étrangers, mais contre les promoteurs et les élites économiques qui ne pensent qu’à vendre, faire du fric et bétonner la Suisse». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On ne peut mettre dans un appartement plus de personnes qu’il ne peut en contenir. Pour un pays, c’est pareil. Il y a réel besoin de préserver la Suisse de la surpopulation. Je vais soutenir l’initiative d’Ecopop. Je suis content que cette association fasse ce travail de sensibilisation!»

Ainsi l’écologiste Franz Weber prendra position dans le prochain numéro (fin août) du Journal Franz Weber. La feuille de combat de la fondation Franz Weber, dont l’écologiste est le rédacteur en chef, est distribuée à ses fidèles quatre fois par an à plus de 100'000 exemplaires.

L’écologiste montreusien, récent vainqueur du combat pour la restriction des résidences secondaires, a conscience que cette nouvelle bataille contre la surpopulation risque de crisper ses habituels soutiens politiques. Dont les milieux de gauche sensibles à l’écologie.

En effet, Ecopop (association Ecologie et Population) est souvent taxée d’association «plus brune que verte», allusion au nazisme et à la xénophobie dont elle est soupçonnée avec son idéologie de restriction et de préservation de la nature au détriment parfois de l‘homme. Il est vrai que la métaphore de «l’appartement est plein» de Franz Weber n’est pas sans rappeler «la barque est pleine» qui a tant fait couler d’encre.

«Le vrai sujet, c'est le fric!»

Le missionnaire de l’écologie, qui vient de fêter ses 85 ans, en est-il conscient? «Mon engagement n’est pas dirigé contre les étrangers, mais contre les promoteurs et les élites économiques qui ne pensent qu’à vendre, faire du fric et bétonner la Suisse. C’est ça le thème: pour le profit, on bétonne l’avenir de nos enfants. Je n’ai jamais rien eu contre les étrangers.»

L’instrumentalisation politique de cette prise de position risque néanmoins de lui jouer des tours et de faire du bruit. Franz Weber le sait et assume son profil «indépendant, intrépide et sans compromis», comme le clame le sous-titre de la publication à sa gloire: «Le Journal - Franz Weber».

«Une question d'intérêt supérieur!»

«Il y a chez moi simplement la conviction profonde que nous devons préserver notre territoire. Je suis apolitique», explique le président de l’association Helvetia Nostra.

Forte de ses 200'000 membres, cette association peut ainsi peser sur l’opinion publique. ««Je veux surtout que le parlement saisisse la problématique de la surpopulation. C’est une question d’intérêt supérieur dont les partis politiques, de gauche comme de droite, et pourquoi pas d’extrême droite, doivent s’emparer.»

Mais Franz Weber soutiendrait-il également l’initiative UDC «Stop à l’immigration de masse»? «Je ne m’en suis pas encore préoccupé. Mais de prime abord, je pense qu’elle pose de bonnes questions!»

Avec de telles déclarations, le prochain numéro du Journal Franz Weber (fin août) risque d’être très attendu dans les officines des partis. Car la popularité du protecteur des bébés phoques, du sauveur du Lavaux dans le canton de Vaud et de l’ami de Brigitte Bardot est de nature à animer une campagne qui s'annonçait déjà émotionnelle. (nxp)

Créé: 07.08.2012, 10h52

Articles en relation

La Suisse peuplée de 8 millions d'habitants

Démographie Sans connaître la date exacte du franchissement du cap, l'Office fédéral de la statistique (OFS) précise qu'il aura lieu durant le courant de l'été. La part des plus de 64 ans a presque triplé en un siècle. Plus...

Qui sont les écologistes d’Ecopop?

Schwarzenbach. L’association Ecologie et Population (Ecopop) est née en juin 1970, quelques jours seulement après le rejet de la première initiative Schwarzenbach qui exigeait de limiter à 10% la population étrangère. Ce «groupe de travail sur les questions de populations», comme il s’appelait alors, a tout de suite été soupçonné de dissimuler sous le vernis environnemental les mêmes fins que le texte de James Schwarzenbach.

Personnalités alémaniques. L’association a vécu en marge du monde politique pendant de nombreuses années. Ses membres ont pris de l’âge. Certains sont d’éminentes personnalités alémaniques. Comme Hans Minder, un des pionniers de l’activisme écologique en Suisse alémanique et père de Thomas Minder: l'homme de l’initiative sur les rémunérations abusives. Ou Hans Christoph Binswanger, renommé ex-professeur d’économie à l’Université de Saint-Gall.

Beaucoup de jeunes. «Pendant longtemps, rien n’a bougé à l’association. Nous étions stables avec nos quelque 700 membres historiques. Mais depuis le lancement de l’initiative, nous avons enregistré des centaines de nouveaux membres. Surtout beaucoup de jeunes. Nous avons aujourd’hui quelque 1100 membres, c’est une progression remarquable», souligne Albert Fritschi, porte-parole d’Ecopop.

Electoralistes. Ecopop entend ainsi ne pas laisser la question de la surpopulation, et donc migratoire, à la seule UDC qui l’utilise, selon elle, à des fins uniquement électoralistes. Ecopop se défend être xénophobe et motive ses thèses malthusianistes par la responsabilité individuelle et le contrôle de l’économie. «Aujourd’hui, nous sommes 7 milliards d’habitants sur la planète alors que nous étions moins de 1,6 milliard en 1900. La régulation volontaire des naissances est aussi un des facteurs d’une croissance et d’un développement contrôlés des pays. Mais nous condamnons tous les régimes autoritaires», affirmait il y a quelques mois à 24heures Sabine Wirth, membre du comité directeur de l’association.

Que demande l’initiative Ecopop?

L’initiative populaire « Halte à la surpopulation - oui à la préservation durable des ressources naturelles » veut modifier l’article 73 de la Constitution fédérale, qui traite du développement durable. Elle a été déposée en mai 2011 à la Chancellerie fédérale. L’association Ecologie et Population (Ecopop) avaient 18 mois pour récolter les 100 000 signatures nécessaires. Soit jusqu’au 2 novembre 2012. A 3,5 mois de la date buttoir, l’association annonce 75 000 signatures valides. Albert Fritschi, son porte-parole, se montre optimiste. D’autant que le soutien de Franz Weber devrait lui donner un coup de pouce.

Les trois lignes de force de l’initiative sont:

1. La Confédération s’attache à ce que la population de la Suisse ne dépasse pas un niveau qui soit compatible avec la préservation durable des ressources naturelles.

2. La part de l’accroissement de la population résidante de manière permanente en Suisse qui est attribuable au solde migratoire ne peut qu’excéder 0,2 % par an sur une moyenne de trois ans.

3. Sur l’ensemble des moyens que la Confédération consacre à la coopération internationale au développement, elle en affecte 10% au moins au financement de mesures visant à encourager la planification familiale volontaire.

Publicité

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Tout n'est pas joué pour le 2e tour», paru le 29 avril 2017.
(Image: Valott) Plus...