La Suisse peut se faire entendre en Arctique

Grand NordLa Confédération prête main forte au Conseil de l'Arctique pour le développement durable.

Image: © Konrad Steffen

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Brrrrrrr, quel froid! Mais qu’est-ce que la Suisse vient faire dans cette galère? Jeudi, à l'occasion de sa 10e conférence à Fairbanks, le Conseil de l’Arctique a décidé de l’intégrer en tant que membre observateur. Cette admission va lui permettre de défendre ses intérêts dans des groupes de travail et de recherches mis en place par le Conseil. Notamment sur les changements climatiques et l'évolution forcée de la vie des populations indigènes. Stefan Flückiger, ambassadeur du Département fédéral des affaires étrangères, ajoute: «L'intégration de la Suisse confirme sa crédibilité comme partenaire internationale et sa réputation de neutralité politique». La Confédération a posé sa demande en 2014 pour rejoindre la liste des pays-observateurs. Singapour, le Japon, la Corée, la France et l’Italie en font déjà partie.

Les chercheurs suisses sont très investis dans l'étude du royaume des grands froids. Le Swiss Polar Institute (SPI) de l’EPFL constitué en 2016 est le dernier exemple en date. «La création du SPI dans notre pays n'est pas un hasard. La Suisse est une «nation Arctique verticale», explique Stefan Flückiger. Les problèmes connus en Arctique sont identiques dans les régions alpines.» Autre référence internationale, le Swiss Camp (voir photo). Cette figure de proue de la recherche scientifique polaire a fixé ses amarres dans l’est du Groenland depuis le début des années 90.

Décisions non-contraignantes

Fondé en 1996, le Conseil de l’Arctique réunit les Etats qui détiennent une partie de territoire (Canada, Danemark, Etats-Unis, Finlande, Islande, Norvège, Suède et Russie) et les associations d’autochtones de la région. Son objectif est d’encourager – ses décisions sont non-contraignantes – et gérer le développement durable au niveau social, économique et environnemental en Arctique.

Sous l’effet des changements climatiques, la calotte glaciaire diminue et la mer est plus souvent libérée des glaces. Conséquence: le contrôle du Grand Nord suscite les convoitises. Les pays du monde entier tentent de gagner une place au soleil de minuit. Il faut dire que les motivations sont importantes. Notamment de grandes quantités de matières premières et le transit de marchandises. La route du Nord est un vieux rêve que caressent toutes les nations qui cherchent une alternative à la voie maritime traditionnelle. Ces deux opportunités sont cependant des musiques d’un très lointain avenir, tant que les coûts d’exploitation seront hors de prix. «Dans ce domaine, la Suisse est très performante, souligne Stefan Flückiger. Le débat autour du Cleantech, de l'économie verte et alpine intéresse fortement les milieux financiers helvétiques.» (24 heures)

Créé: 12.05.2017, 17h32

Articles en relation

La Suisse est candidate au Conseil de l'Arctique

Arctique La science et la culture sont les deux leviers qui devraient rendre crédible la candidature suisse au Conseil de l’Arctique Plus...

Le blanc pôle Nord se teinte de gris-vert

Grand Nord Entre rodomontades et vrais enjeux, l’Arctique se remilitarise à grands pas. Plus...

Poutine se réjouit du réchauffement pour exploiter l’Arctique

Climat Pour le patron du Kremlin, la fonte des glaces va faciliter la navigation et l’extraction des ressources dans le Grand-Nord. Plus...

Les restes rouillés et pollués des vieilles bases américaines souillent le Groenland

Arctique L’ex-base secrète Century sous la calotte polaire va remonter à la surface avec le réchauffement. Catastrophe! Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...