«Nous allons travailler à sortir la Suisse du nucléaire»

Services industrielsPour André Hurter, vice-président de Swisspower, le lobby des services industriels a un rôle concret à jouer dans le futur énergétique des Suisses. Interview.

André Hurter, directeur des Services industriels de Genève (SIG), ville pionnière dans l'utilisation d'électricité non nucléaire.

André Hurter, directeur des Services industriels de Genève (SIG), ville pionnière dans l'utilisation d'électricité non nucléaire. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Swisspower? Ce groupe d’influence regroupe les services industriels de 20 villes du pays. Dont Genève, Martigny et Bienne en Suisse romande. Soit 1,1 millions de clients à travers le pays. L’association a créé une nouvelle société en décembre 2011, nommée Swisspower Renouvelables. Elle proclamait ce matin à Berne vouloir s’engager pour sortir le pays du nucléaire. Mais que pèse Swisspower dans notre paysage énergétique? Questions à son vice-président, André Hurter, directeur des Services industriels de Genève (SIG)).

Le Conseil fédéral et les Chambres fédérales ont décidé d'une sortie progressive de l'atome civil dans les prochaines décennies. Pourquoi ajoutez-vous aujourd’hui votre grain de sel?

André Hurter: Les membres de notre association ont signé un document appelé Masterplan 2050. C’est l’expression de notre soutien à la politique énergétique fédérale. Nous voulons diminuer la consommation de CO2, améliorer les économies et augmenter la part des nouvelles énergies renouvelables dans le mix énergétique suisse.

Mais ces décisions ont déjà été prises à l'échelon politique!

Ce que nous disons, c'est que les services de villes suisses sont derrière la politique fédérale et qu'ils sont tous unis sur cette question. Nous sommes arrivés aussi à la conclusion que le plan de Doris Leuthard est réaliste. Il y a du pain sur la planche, mais nous allons travailler concrètement à sortir la Suisse du nucléaire. Swisspower a du poids, nous sommes en contact direct tant avec les consommateurs qu’avec les décideurs politiques.

Vous représentez vingt villes, êtes-vous véritablement un acteur national?

Il est vrai qu’il y a 900 services industriels en Suisse et nous ne demandons qu’à grandir! (rires) Swisspower a été créée il y a dix ans, mais ses buts étaient autres. Nous avons changé nos statuts en 2010 en devenant une vraie association pour défendre les intérêts de la branche: électricité, gaz, thermique... Et la société Swisspower Renouvelables va nous permettre d’acquérir des sites de production d’énergies renouvelables.

A quoi ressemblera notre futur énergétique selon Swisspower?

Notre réflexion repose sur le plan de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Nous espérons avoir des objectifs chiffrés cet automne. Mais au-delà des grands chiffres, nous voulons mettre en œuvre des programmes concrets. Beaucoup de choses existent déjà au niveau local que nous pourrions reprendre ailleurs. C'est le cas du programme Eco21 (économies d’énergies) lancé à Genève. Le projet de centrale chaleur-force combinée à Berne nous paraît intéressant. Interlaken utilise la chaleur des eaux usées... Bref, il y a de bonnes initiatives partout! Nous sommes convaincus que l'avenir passera par un mix énergétique des renouvelables. Nous ferons le point dans dix ans.

Pressez-vous les autorités de hâter la sortie du nucléaire ?

Non. Le manifeste de Swisspower est clair : nous soutenons le programme de sortie à long terme en 2034, sans chercher pas à accélérer le mouvement. Notre message c’est plutôt que nous nous impliquons dans la mise en œuvre parce que nous pensons que c’est vraiment possible.

(Newsnet)

(Créé: 02.07.2012, 17h25)

Articles en relation

Les services industriels s'engagent pour sortir du nucléaire

Energie Réunis au sein de Swisspower, leurs représentants ont signé un plan d'action visant à mettre en oeuvre la décision des autorités fédérales d'abandonner cette forme d'énergie d'ici à 2050. Plus...

L’initiative des Verts pour sortir du nucléaire a abouti

Débat sur le nucléaire Les Verts ont récolté en onze mois 110’000 signatures pour leur initiative «Sortons du nucléaire!». Afin d’éviter de mauvaises surprises, ils ont l’intention d’en collecter encore 10’000, a indiqué dimanche le parti. Plus...

La sortie du nucléaire repoussée de 10 ans?

Energie C'est ce à quoi songerait la conseillère fédérale Doris Leuthard, selon la presse dominicale. La sortie du nuclaire serait remise de 2035 environ à 2044. Plus...

Le Conseil fédéral estime la sortie du nucléaire réalisable

Stratégie énergétique La sortie du nucléaire est réalisable avec des conséquences économiques limitées. Les coûts supplémentaires liés à la décision de ne pas construire de nouvelle centrale atomique s'élèvent à environ 30 milliards d'ici 2050. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.