Kevin Grangier, artisan de la victoire

Election au Conseil fédéralLe secrétaire général de l’UDC Vaud fait partie du team qui a mené Guy Parmelin à la victoire. Elevé à l’UDC Suisse, le trentenaire imprime sa marque au parti vaudois.

Ce mercredi, c’est Kevin Grangier qui menait la délégation de l’UDC Vaud à Berne. «D’un pas un peu militaire», disait-il d’ailleurs dans le wagon CFF presque entièrement réservé pour l’occasion.

Ce mercredi, c’est Kevin Grangier qui menait la délégation de l’UDC Vaud à Berne. «D’un pas un peu militaire», disait-il d’ailleurs dans le wagon CFF presque entièrement réservé pour l’occasion. Image: ARC/Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Guy Parmelin est l’artisan de son succès.» La formule de Kevin Grangier feindrait-elle l’humilité? Ce trentenaire est à la barre du secrétariat général de l’UDC Vaud depuis l’an dernier et il sait bien que l’élection de l’agriculteur de Bursins au Conseil fédéral ne doit pas grand-chose au hasard. Elle est le fruit d’une campagne de plusieurs mois, dans laquelle ce père de famille a tenu l’un des rôles-clés, comme la parlementaire genevoise Céline Amaudruz.

Tout a déjà commencé l’an dernier. «Au moment de ma nomination au secrétariat général de l’UDC Vaud, l’un de mes buts principaux était qu’un de nos représentants romands accède au Conseil fédéral, explique-t-il. J’en ai alors parlé à Guy Parmelin à la fin 2014.»

Il faut dire que Kevin Grangier n’est de loin pas un novice dans le canton de Vaud. Il a fait partie des membres fondateurs de la section des Jeunes UDC au début des années 2000. Après avoir été exclu du Conseil communal de La Tour-de-Peilz car il habitait à Fribourg durant la semaine, il a intégré le corps délibérant communal de cette dernière ville en 2011.

Mais le principal élément dans son CV, c’est son passage à l’école de l’UDC Suisse. Il a travaillé durant six ans au sein du secrétariat central à Berne, où le parti lui a enseigné ses bases: rigueur, logique, méthode, résultat et rentabilité. Aujourd’hui, cette marque suisse qu’il imprime au parti vaudois est particulièrement visible lors des congrès, où il mène les discours de façon carrée. Une méthode qui colle parfaitement à son grade d’adjudant d’état-major à l’armée. A la tribune, c’est lui qui prend le dessus sur les responsables politiques. Ses discours aux sonorités de l’UDC nationale – avec les thèmes favoris du parti et quelques clichés savamment distillés – font systématiquement mouche.

Rien n’a dès lors été laissé au hasard dans l’aventure Parmelin. «En 2014, la direction du parti suisse a travaillé sur la façon dont la population nous percevait, pour accéder aux Exécutifs. Guy Parmelin correspond à l’image à adopter: dur sur le fond, mais fréquentable sur la forme.»

La «machine Parmelin» s’est vraiment mise en branle au début de cette année. En janvier, l’UDC Suisse lance un appel à candidatures parmi ses sections. La direction de l’UDC Vaud adoube celle de Guy Parmelin le 14 avril. Mais motus: elle doit rester secrète jusqu’à ce que le candidat l’annonce lui-même, peut-être après les élections. Se met alors en place le team qui l’épaulera: Céline Amaudruz bien sûr, mais aussi, entre autres, Yvan Perrin, l’ancien conseiller d’Etat neuchâtelois. Celui-ci dit d’ailleurs de Kevin Grangier qu’il a été «la cheville ouvrière» de la candidature. «Il a brillamment assuré la coordination et la logistique», ajoute celui qui a aussi siégé au Conseil national de 2003 à 2013. «Chacun avait un rôle dans l’équipe, abonde Céline Amaudruz. J’ai eu un rôle davantage médiatique, axé sur le plan fédéral, tandis que Kevin Grangier assurait la coordination et la communication vaudoise.»

Durant les mois suivants, il s’est agi de préparer le candidat, de le faire passer du statut de champion vaudois à celui de champion lémanique, de peaufiner les réponses aux questions pièges (immigration de masse, lacunes en allemand, crise interne à l’UDC Vaud, refus de se porter candidat au Conseil d’Etat en 2011 et 2012, et d’autres).

Tout s’accélère après les élections, avec là aussi une stratégie claire. Huit jours plus tard, le lundi, les médias reçoivent une invitation: Guy Parmelin officialisera sa candidature le vendredi. Eveline Widmer-Schlumpf, dont l’agriculteur vise le siège au Conseil fédéral, annonce sa démission le mercredi. «Un hasard pour le coup, mais qui nous a servis», souligne Kevin Grangier.

Les médias s’intéressent alors à Guy Parmelin le vendredi. La conférence de presse est organisée à Montreux, à quelques kilomètres de Villeneuve, où l’UDC Suisse organise son assemblée le lendemain. «Notre idée était d’avoir toute l’attention du parti suisse, avec le décor sublime du lac Léman», ajoute Kevin Grangier

Yvan Perrin entre dans la danse deux semaines plus tard. Le Congrès de l’UDC Vaud adoube Guy Parmelin à Pully, au Centre Général-Guisan de la localité vaudoise. La présence, ce soir-là, de l’ancien ministre cantonal, en plein retour politique, permet de capter à nouveau les médias, pour que Guy Parmelin endosse le rôle de candidat romand, face au Valaisan Oskar Freysinger. «Dans le même but, nous avions invité les présidents des partis de Neuchâtel, de Fribourg et de Genève», se souvient Kevin Grangier.

Un Kevin Grangier qui fera bientôt partie de la garde rapprochée d’un ministre? «J’en serais honoré, mais il y a un monde entre le secrétariat général d’un parti cantonal et celui d’un conseiller fédéral.» (24 heures)

Créé: 11.12.2015, 06h36

Articles en relation

Le marathon a commencé pour Guy Parmelin

Conseil Fédéral Quelques semaines avant sa prise de fonction, le Vaudois doit s'habituer au fonctionnement du Conseil fédéral. Plus...

Pour Vaud, une fierté et une chance

Perspective cantonale Le Conseil d’Etat pense que l’élection de Guy Parmelin peut aider à trouver des solutions avec l’UE et à défendre l’économie lémanique. Plus...

L’UDC vaudoise en force derrière Parmelin

Conseil fédéral Guy Parmelin peut compter sur le soutien des membres de son parti qui se sont réunis ce matin à l'hôtel Ambassador à Berne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Tout n'est pas joué pour le 2e tour», paru le 29 avril 2017.
(Image: Valott) Plus...