La Une | Samedi 25 octobre 2014 | Dernière mise à jour 01:59
Affaire Ségalat

L.S. sera jugé pour homicide volontaire

Par Georges-Marie Bécherraz. Mis à jour le 06.04.2012 10 Commentaires

Le procureur général a rendu un acte d’accusation aussi bref que cinglant dans l’affaire.

Le 9 janvier 2010, l’ancienne municipale de Vaux-sur-Morges Catherine Ségalat décédait de mort violente dans sa maison.

Le 9 janvier 2010, l’ancienne municipale de Vaux-sur-Morges Catherine Ségalat décédait de mort violente dans sa maison.

Le procureur général Eric Cottier a écarté la qualification la plus grave, celle d’assassinat, mais il retient celle de meurtre volontaire. Son acte d’accusation renvoie L.S. devant le tribunal criminel dans l’affaire de la mort violente de Catherine Ségalat survenue en janvier 2010 dans sa maison de Vaux-sur-Morges. D’une rare sobriété, le document ne fait qu’une page et demie. Il ne dit rien de l’arme du crime ou d’un éventuel mobile. «Il n’y a rien dans cet acte d’accusation!» lance Me Marie-Pomme Moinat, l’un des défenseurs de L.S. au côté de Me Stefan Disch et de Me Gilles-Jean Portejoie. «Cet acte extrêmement épuré dit tout!» estime au contraire Me Jacques Barillon, avocat des proches de Catherine Ségalat.

De fait, le procureur a choisi de cibler des éléments factuels qu’il se propose de démontrer au procès. Le document retient ainsi que L.S. se trouvait le 9 janvier 2010 entre 18?h?30 et 21?heures au domicile de son père Jean Ségalat et de Catherine Ségalat. «Il y a tué sa belle-mère Catherine Ségalat, la frappant à de multiples reprises avec une violence extrême dans la buanderie. (…) Il lui a également serré le cou.» Le procureur soutient ensuite que Catherine Ségalat a tenté de se défendre en griffant L.S. au visage, puis que celui-ci a traîné la victime dans une autre pièce en prétendant que le sol y était moins froid «afin de faire croire à une chute accidentelle ou l’intervention d’un tiers». Et d’ajouter: «Il affirme par ailleurs avoir pratiqué des mouvements de réanimation qu’il a tout au plus simulés». L’acte d’accusation se poursuit et pratiquement se conclut en avançant que L.S., qui a appelé les secours à 20?h?15, «a nettoyé la scène de manière importante, détruisant de ce fait un nombre de traces considérables et a caché ses habits maculés de sang dans la machine à laver».

Me Moinat: «Notre client, qui est en détention provisoire depuis janvier 2010, est soulagé d’apprendre que le procès se tiendra à fin mai déjà, mais il espérait un classement pur et simple de l’affaire après le rapport d’expertise concluant, d’après le contenu de l’estomac de la victime, qu’il est extrêmement invraisemblable que le décès soit survenu après 18?heures».

La défense estime qu’un acte d’accusation aussi sobre permettra un procès très ouvert, ce qui est à ses yeux une bonne chose. Me Barillon souligne au contraire qu’en procédant de la sorte, cela permettra un débat circonscrit: «Eric Cottier évite de se perdre dans des détails qui donneraient prise à la contestation, avec le risque qu’on se noie dans des complications. Je me réjouis pour mes clients. L’accusation aura bien sûr à charge de le prouver, mais nous avons la conviction que L.S. est coupable».

Le procès est agendé du 23 mai au 1er juin dans une salle spécialement aménagée à Renens. Présidée par Jean-Pierre Lador, la cour criminelle aura notamment à examiner les conclusions de quatre expertises médico-légales avançant des hypothèses contradictoires sur les causes du décès de Catherine Ségalat. S’il est condamné, L.S. risque de cinq à vingt ans de prison. (24 heures)

Créé: 06.04.2012, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

10 Commentaires

Saint Pierre

07.04.2012, 11:47 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Affaire Légeret ? Le condamné F.L. vient de perdre son avocat, qui a rendu son mandat après que son client l'ait eng... pour avoir mal défendu son cas devant le Tribunal fédéral. Il lui reste à trouver un nouveau conseil qui soit d'accord d'aller au casse-pipe devant la Cour européenne des droits de l'homme (puis le Conseil de sécurité de l'ONU ?). Répondre


Michèle Jeanmonod

07.04.2012, 11:24 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

J'espère sincèrement qu'il n'y aura plus de condamnation lourde uniquement sur une intime conviction qui ne repose que sur des présomptions douteuses, telle que dans l'affaire Légeret. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne