Le déstockage Switcher fait un carton

EvenementDes centaines de personnes à la recherche de bonnes affaires ont afflué vers la grande salle d'Oulens-sous-Echallens

Des centaines de personnes se sont pressées vendredi à Oulens-sous-Echallens pour profiter de ce déstockage. IMAGES: Jean-Claude Guinnard MONTAGE: Fabien Grenon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ambiance de souk, ce vendredi matin, à Oulens-sous-Echallens, où l’on s’est déplacé des quatre coins de la Suisse pour profiter de l’immense déstockage de vêtements Switcher.

C’est en effet dans la grande salle du village du Gros-de-Vaud que Patrick Perroud, boucher et éleveur de son état, a déposé le contenu des 332 palettes CFF pleines à ras bord de vestes, de T-shirts et autres pyjamas de la marque à la baleine jaune. Un stock qu’il a racheté à un homme d’affaires bâlois à la suite de la mise en faillite de Switcher, en février dernier, afin d’éviter de voir les vêtements partir dans les Balkans, comme prévu initialement.

Avec un rabais annoncé de 70% sur l’ensemble du stock, la vente, qui doit durer jusqu’à dimanche, a attiré des dizaines de personnes avant même l’ouverture des portes. Une heure plus tard, on en comptait déjà plusieurs centaines. «Il y a tellement de monde qu’ils ont bloqué les portes et ne laissent entrer les gens qu’au compte-gouttes», soupirait-on dans la file d’attente toujours plus grosse.

Le long des routes, les voitures aux plaques vaudoises, fribourgeoises, valaisannes, bernoises et même tessinoises garées aussi bien que possible témoignaient en effet de l’intérêt pour l’événement. «C’est une véritable orgie. Nous étions venus tôt parce que nous savions qu’il y aurait du monde, mais nous ne nous attendions pas à une telle foule», souriait Claudia Vuagniaux de Vucherens, en s’éloignant de la cohue, un gros sac de vêtements dans les bras.

A l’intérieur de la salle, c’est un joyeux brouhaha qui accueille les visiteurs. Nostalgiques de l’ancienne marque vaudoise, chineurs en quête de bonnes affaires ou simples curieux, ils sont des dizaines à déambuler entre les présentoirs de fortune, où les articles, en vrac, sont rassemblés par taille. Certains, plus patients que les autres, attendent en retrait. «On attend le reste de la marchandise, il y a forcément encore des surprises», explique Cyril Beker, de Lausanne.

Il faut dire que l’événement renferme une particularité de taille. La cargaison raflée par Patrick Perroud (à la caisse ce vendredi matin) est telle que même lui ne sait pas précisément ce que renferment les dizaines de cartons qui s’entassent sur la scène. «On découvre ce qu’il y a dans les cartons en les ouvrant, c’est un peu déroutant mais très amusant», relève Renate Mock, l’une des nombreuses bénévoles venus prêter main-forte. Sa mission: ouvrir les cartons et ranger les vêtements par taille. «Les pulls et les T-shirts partent extrêmement vite.»


Déstockage Switcher les 12, 13 et 14 mai à la grande salle d’Oulens-sous-Echallens, vendredi et samedi de 9 h à 21 h, dimanche de 9 h 30 à 17 h (24 heures)

Créé: 12.05.2017, 14h45

Avec le boucher qui a racheté le stock de Switcher. (Video: Pascal Wassmer)

Articles en relation

[VIDEO] Un boucher fait main basse sur les Switcher des Balkans

Gros-de-Vaud Patrick Perroud a racheté plus de 300 palettes, bourrées des fameux vêtements à la baleine jaune, destinées à l’Albanie et au Kosovo. Son but: qu’ils profitent aux Vaudois. Plus...

Les T-shirts de Switcher vont partir dans les Balkans

Vente Après la mise en faillite de Switcher SA en mai dernier, les stocks ont été vendus aux enchères ce matin pour 250'000 frs. Plus...

470'000 Switcher vendus aux enchères!

Lausanne Tous ces vêtements pour femmes, hommes et enfants de la marque à la baleine iront au plus offrant. Prix de départ de la mise aux enchères en un bloc: 50'000 francs. Plus...

Les employés de Switcher sont fixés sur leur sort

Economie L’Office des faillites lausannois a réuni, ce matin, les employés licenciés. Plus...

Switcher est en faillite, mais des projets naissent

Economie La justice a tranché jeudi: la société du Mont-sur-Lausanne est morte. Des investisseurs pourraient soutenir une nouvelle entité Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...