Le récidiviste Claude Dubois pourrait être interné à vie

DRAME DE PAYERNE Faut-il infliger à l'assassin de Marie la mesure la plus lourde prévue par le Code pénal suisse? Deux experts psychiatres devront se prononcer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Eric Cottier, procureur général de l’Etat de Vaud, met sur le tapis une mesure controversée qui pourrait s'imposer après la mort de Marie, étranglée dans la nuit du 13 au 14 mai dernier: «La question d’un internement à vie de l’auteur va se poser». Au centre de l’émotion générale et de la polémique provoquées par le drame se trouve en effet un mot: récidive. Claude Dubois, 36 ans, l’homme qui a enlevé dans sa voiture la jeune fille de 19 ans près de Payerne avant de la tuer près de Romont (FR), avait assassiné et violé, en 1998, sa compagne de l’époque. Ces crimes lui ont valu d’être condamné à 20 ans de prison en 2000.

Accepté en votation populaire en 2004 et entré en vigueur le 1er août 2008, l'internement à vie vise à protéger la société des délinquants violents et des agresseurs sexuels présentant un risque important de récidive. Contrairement à l'internement ordinaire, au cours duquel la situation du condamné est régulièrement réexaminée, l'internement à vie est pratiquement définitif, à moins qu'une découverte médicale ne laisse entrevoir la possibilité d'un nouveau traitement. Cette dispostion fait l'objet de vives critiques. L'ancien juge fédéral Claude Rouiller, par exemple, y voit, du point de vue du condamné, "un succédané de la peine de mort".

Le procureur général, qui va reprendre dans quelques semaines le dossier des mains de Donovan Tésaury, magistrat dans le Nord vaudois, n’est pas en train de demander d’ores et déjà une telle mesure. Mais comme la dangerosité de Claude Dubois et le risque de récidive se retrouveront au centre du procès, il met la question sur la table. Le ministère public doit en premier lieu placer ce thème entre les mains de deux experts psychiatres qui ne se sont pas occupés du cas, ainsi que l'exige le Code pénal. Cela équivaut à un véritable défi puisque plusieurs sommités romandes se sont déjà penchées sur la personnalité de Claude Dubois. «Un expert a été envisagé mais aucun n’a été formellement désigné», précise le procureur général, qui ne communique aucun nom.

(24 heures)

(Créé: 22.08.2013, 07h15)

Dossiers

Mots-clés

Articles en relation

La juge qui a libéré Claude Dubois est toujours en arrêt maladie

Meurtre de Marie La juge qui avait accepté la libération du meurtrier de Marie en mars n'a toujours pas repris du service. La justice vaudoise dément toute rumeur d'une démission. Plus...

Marie a été tuée dans la nuit qui a suivi le rapt

Drame de Payerne La mort de la jeune fille de 19 ans enlevée par Claude Dubois est intervenue avant l'appel lancé au public par la police. Plus...

Le frère de Claude Dubois a aussi été condamné pour enlèvement

Drame En avril 2003, le frère du meurtrier de Marie était jugé par le Tribunal pénal de la Gruyère pour séquestration, enlèvement, viol et contrainte sexuelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs

Publié le 23 mai 2015
(Image: Valott) Plus...