Les jardiniers du samedi sont d’affreux pollueurs

Nature Trop de produits chimiques sont utilisés dans les maisons et les jardins privés. Une campagne nationale de sensibilisation a été lancée ce matin à Prangins

André Primpier, jardinier-chef du jardin potager de Prangins, lors du lancement de la campagne «Favorisez la nature».

André Primpier, jardinier-chef du jardin potager de Prangins, lors du lancement de la campagne «Favorisez la nature». Image: ALAIN ROUECHE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En Suisse, plus de 2000 tonnes de désherbants et de pesticides sont utilisées chaque année en zones urbaines. «Soit une quantité équivalente à celle déversée dans l’agriculture», compare Jean-Pierre Pralong, directeur romand de la campagne «Favorisez la nature», lancée hier au Château de Prangins par la Fondation suisse pour la pratique environnementale (Pusch). Son but est de sensibiliser le grand public aux dommages que d’infimes doses de produits chimiques peuvent causer aux milieux naturels, et par conséquent à notre santé.

Après les paysans, ce sont les particuliers, et surtout les jardiniers amateurs, qui sont pointés du doigt. «Gicler des produits chimiques sur des salades que l’on va manger est une aberration, tout comme avoir la plus belle pelouse du quartier en faisant pschitt-pschitt avec du désherbant, s’est exclamé Martial Pot, Monsieur Jardinier de la RTS, lors de la conférence de presse. La pharmacie du jardinier est trop bien garnie. Il faut dénoncer les montagnes de produits chimiques que l’on trouve sur les rayons des magasins et promouvoir un jardin naturel et sain.»

Soutenue par la Confédération et par les services cantonaux de l’environnement, la campagne, étalée jusqu’à fin 2013, cherche à toucher un public aussi large que possible. Des brochures ont été envoyées dans toutes les communes afin de les inciter à organiser des actions de sensibilisation. Et le site web de la campagne (www.cocci-logique.ch) propose du matériel éducatif pour les écoles et des solutions alternatives aux poisons pour les particuliers. «Cocci, la coccinelle avisée», sert de guide à la campagne.

(24 heures)

(Créé: 27.03.2012, 15h35)

Services

Le vignoble vaudois !
Commandez dès maintenant votre livre !

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.