Quinze Vaudois rêvent du Conseil d'Etat

Elections cantonalesLe dépôt des listes arrivait à échéance ce lundi. 15 candidatures ont été enregistrées, dont celles de six ministres sortants

Le château Saint-Maire, siège du Conseil d'Etat.

Le château Saint-Maire, siège du Conseil d'Etat. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La campagne va pouvoir commencer pour de bon. 15 candidats sont officiellement dans la course pour l'élection du Conseil d'Etat le 30 avril prochain. Le délai de dépôt des listes était agendé à ce lundi midi et leur publication a eu lieu dans la foulée dans le caveau des autorités cantonales à Lausanne.

Parmi les principaux candidats, on trouve six conseillers d'Etat sortants: les socialistes Pierre-Yves Maillard et Nuria Gorrite, la Verte Béatrice Métraux, ainsi que les libéraux-radicaux Pascal Broulis, Jacqueline de Quattro et Philippe Leuba. La socialiste Anne-Catherine Lyon avait annoncé son retrait l'an dernier.

A lire: Le bilan d’une législature si consensuelle

Duel Amarelle-Nicolet

L'enjeu pour la gauche, c'est de garder la majorité au Conseil d'Etat. Pour cela, ses trois candidats seront accompagnés de la conseillère nationale PS Cesla Amarelle. A l'inverse, la droite veut retrouver sa majorité en adjoignant à ses trois sortants le conseiller national UDC Jacques Nicolet.

A lire: Cesla Amarelle et Jacques Nicolet visent l’école

Des figurants

A côté, les sept autres concurrents seront des figurants, dont la candidature servira à booster les listes au Grand Conseil. Il y a notamment les candidats de la gauche radicale, réunis sur une seule liste: Céline Misiégo (POP), Hadrien Buclin (SolidaritéS) et Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives).

Les centristes, eux, sont divisés. D'un côté Sylvie Villa (PDC) et Serge Melly (Vaud Libre) partent ensemble. Le Vert'libéral François Pointet jouera en solo.

En parallèle, un autre candidat hors partis se lance dans la course. Il s'agit de Guillaume Morand, plus connu sous son pseudonyme de «Toto Morand». Ce patron de magasins de chaussures avait récolté 5,7% en 2012.

Créé: 13.03.2017, 12h43

Articles en relation

Le bilan d’une législature si consensuelle

Vaud Le gouvernement estime avoir pu mener à bien ses réformes grâce à un climat politique apaisé. Les élections qui arrivent ne devraient guère le perturber. Plus...

Cesla Amarelle et Jacques Nicolet visent l’école

Campagne électorale Le dossier scolaire est-il une patate chaude? Non, disent les deux principaux candidats nouveaux au Conseil d’Etat qui se préparent ouvertement à ce domaine «passionnant». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...