La Une | Samedi 25 octobre 2014 | Dernière mise à jour 01:59
Eglise protestante

Une fronde protestante rejette la bénédiction des couples gay

Par Lise Bourgeois. Mis à jour le 10.11.2012 58 Commentaires

Un vent de mécontentement souffle après la décision du Synode de samedi dernier.

Le moment où le Synode a dit oui, vendredi dernier à Saint-Sulpice, à la bénédiction des couples homosexuels.

Le moment où le Synode a dit oui, vendredi dernier à Saint-Sulpice, à la bénédiction des couples homosexuels.
Image: Philippe Maeder

Articles en relation

«Le Synode émane du terrain»

Esther Gaillard, présidente du Conseil synodal (exécutif de l’EERV), voit la décision de samedi dernier comme la continuation d’un processus entamé il y a quatre ans. En 2008, le Synode (législatif) votait en faveur de l’accueil des homosexuels au sein de l’Eglise, acceptant, dans le même mouvement, que des pasteurs soient homosexuels.

La présidente confirme que le Conseil synodal a reçu beaucoup de courrier avant et après la décision du Synode, plutôt hostile en majorité. «Nous savons que l’aile évangélique de notre Eglise n’est pas favorable, elle n’est pas la seule à avoir cet opinion. Mais de là à dire que le Synode est déconnecté du terrain, ce n’est pas vrai. Le Synode émane des régions, donc des paroisses.»

Elle ne s’inquiète pas: «Nous vivons cela sereinement et espérons que les choses vont se calmer. Nous avons été en revanche très touchés par le fait que le débat de la semaine dernière a permis un véritable cheminement. Au départ, certains représentants étaient tendus. Puis il y a eu un vrai débat et, au final, nous n’avons pas esquivé la question. Comme nous sommes une Eglise multitudiniste, ouverte à tous et avec un pluralisme théologique, tout le monde n’est pas d’accord. Si le Synode avait pris la décision inverse, d’autres mécontentements se seraient exprimés. La question est tellement délicate.»

Bon nombre de protestants se sentent trahis par la récente décision du Synode de l’EERV (Eglise évangélique réformée vaudoise) de consacrer un acte liturgique à l’union des couples de même sexe. Peu après que le législatif de l’EERV, composé notamment de représentants des régions, a décidé, samedi à Saint-Sulpice, d’accueillir les homosexuels pour une célébration de leur couple, des paroissiens de la base menacent de se distancier, voire choisissent de partir.

Un pasteur à la retraite, Philippe Decorvet, de Corseaux, a décidé de se «désolidariser totalement» de cette décision et a démissionné de «l’institution cantonale EERV». Il estime que l’Eglise protestante a «abandonné un des fondements essentiels de la Réforme», à savoir la fidélité aux textes, principe connu sous l’expression de Sola Scriptura.

Des centaines de mails

Toujours à Corseaux, Pierre Bader, pasteur en exercice de la paroisse de Corsier-Corseaux, a, quant à lui, pris l’option de ne plus revêtir la robe pastorale lors du culte dominical. «Je reçois des centaines de courriels. En vingt-cinq ans de ministère, je n’ai jamais vu ça, dit-il. Pour moi, la décision du Synode est de l’ordre du scandale. Il s’est placé en porte-à-faux par rapport à la base. Des paroissiens me disent qu’ils ne veulent plus faire partie de l’EERV. Lorsqu’ils déménageront, ils rejoindront une autre Eglise…»

Le pasteur avoue, toutefois, ne pas être surpris. «La Faculté de théologie pratique une théologie libérale, en ce sens que la raison autonome l’emporte et se situe au-dessus de la parole de Dieu. En d’autres termes, la lecture de la Bible devient moins importante que l’opinion ambiante. Et voici ce qui se joue aujourd’hui, bien au-delà de la question homosexuelle qui n’est qu’un prétexte: le rapport à la Bible.» Le pasteur se défend d’une lecture fondamentaliste: «On doit relire la Bible en fonction de chaque situation; mais, en l’espèce, dire que l’homosexualité condamnée dans le Nouveau Testament n’est pas la même que l’homosexualité d’aujourd’hui n’est pas pertinent.»

«Mal à l’aise»

Parmi les laïcs, les réactions sont également vives. Le Dr Pierre Meylan, président du Conseil paroissial de la vallée de Joux, se dit «déçu». Il évoque la procédure de consultation conduite il y a huit ans par le Conseil synodal (l’exécutif de l’EERV), qui avait débouché sur une opposition quasi unanime au mariage homosexuel. «Tout cela nous met mal à l’aise, poursuit-il. Je prédis que certaines taxes ecclésiales, qui ne sont pas obligatoires, pourraient être remises en question par les paroissiens.» Le médecin précise encore que sa paroisse est ouverte aux homosexuels. «Mais reconnaître religieusement des couples d’un même sexe nous semble faux d’un point de vue biblique.»

Deux visions

Un mouvement d’arrière-garde? Pas facile à dire. Si la présidente du Conseil synodal, Esther Gaillard, désigne notamment l’aile évangélique de l’EERV (lire ci-contre), plusieurs pasteurs trouvent que cela mérite une nuance. Luc Badoux, pasteur à La Vallée également, précise: «Il est juste de dire que la décision déplaît à l’aile évangélique, mais ce n’est pas suffisant. Il y a aujourd’hui une dichotomie entre ceux qui privilégient l’inspiration par le texte biblique, avec les contraintes que cela peut supposer, et ceux qui accordent leur préférence au rapport à l’autre, à la compassion. Le risque pour l’Eglise réformée est de perdre ce qui constitue sa force et sa spécificité: une lecture de la Bible qui accorde à Dieu le droit de bousculer et de déranger, même lorsque le texte biblique nous est contraire ou contraire à l’air du temps.» (24 heures)

Créé: 10.11.2012, 08h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

58 Commentaires

André Brülhart

10.11.2012, 10:19 Heures
Signaler un abus 75 Recommandation 24

Que les homosexuels puissent régulariser leur union à l'Etat-civil, d'accord, mais une bénédiction de l'église, je n'en vois pas la raison... Répondre


Seven Spot

10.11.2012, 20:50 Heures
Signaler un abus 41 Recommandation 17

Fidèle aux textes?Le Lévitique,chap.25,v.44,enseigne que l'on peut posséder des esclaves,hommes ou femmes,à condition qu'ils soient achetés dans des nations voisines.L'Exode, chap.35, v.2,dit clairement qu'il faut condamner à mort quelqu'un qui travaille le samedi...Être "fidèle aux textes"consiste tout d'abord à les lire dans leur contexte historique! autres exemples:http://cplush.ch/page27.php Répondre