La Une | Jeudi 24 avril 2014 | Dernière mise à jour 23:12
Médecine

Un centre suisse du cancer à Lausanne

Par Jérôme Ducret. Mis à jour le 15.01.2013 7 Commentaires

Le CHUV, l'UNIL et l'EPFL veulent améliorer la recherche sur cette maladie dans un futur bâtiment qui sera construit à la cité hospitalière du Bugnon.

Agora prendra place dans la partie ouest de la cité hospitalière du Bugnon, en face du bâtiment principal du CHUV.

Agora prendra place dans la partie ouest de la cité hospitalière du Bugnon, en face du bâtiment principal du CHUV.
Image: DR Behnisch Architekten, Stuttgart

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Comment accélérer le rythme de la recherche pour que les patients atteints du cancer puissent bénéficier plus rapidement des avancées des laboratoires? A Lausanne, la réponse passe par un projet baptisé Centre suisse du cancer et présenté conjointement par le CHUV, l'UNIL et l'EPFL.

Avec l'aide de la fondation ISREC (propriétaire des anciens locaux de l'Institut suisse de recherche sur le cancer à Epalinges), les trois institutions veulent réunir dans un même bâtiment près de 400 chercheurs et chercheuses actifs dans ce domaine, en prenant bien soin de faire se côtoyer ceux qui font de la recherche fondamentale et ceux qui la pratiquent au lit du patient.

Le bureau allemand d'architectes Behnisch a remporté le concours organisé dans le cadre de ce projet. Il a nommé Agora son édifice, qui prendra place dans la partie ouest de la cité hospitalière du Bugnon, en face du bâtiment principal de l'hôpital cantonal et universitaire vaudois (CHUV). Son concept est censé favoriser au maximum la communication entre ses occupants.

Pour 2016
La construction du Centre du cancer devrait coûter quelque 70 millions, dont 50 sont déjà mis à disposition par la fondation ISREC.

Il devrait être inauguré en 2016 au plus tôt. Mais les trois institutions concernées intensifient déjà leur collaboration. Le CHUV et l'UNIL ont par exemple augmenté leurs effectifs de chercheurs et créé en ce début d'année un département d'oncologie, qui fédère les efforts de plusieurs médecins et chercheurs.

Et l'ISREC, rattaché à l'EPFL, annonce qu'il va continuer à engager des scientifiques dans les mois et années à venir. (24 heures)

Créé: 15.01.2013, 13h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

7 Commentaires

josiane girod

15.01.2013, 14:42 Heures
Signaler un abus 18 Recommandation 3

Bonjour,des recherches indispensables pour avancer sur cette maladie qui touche tout le monde, peut-être qu'un jour, nous pourrons l'irradiquer. Répondre


Anne Leresche

15.01.2013, 19:26 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 0

Magnifique ! Maman d'un enfant atteint d'un cancer, je me pose tout-de-même la question suivante : quelle sera la place de la recherche sur le cancer de l'enfant dans ce fantastique centre suisse ? Actuellement, les fonds attribués à la recherche sur le cancer sont ridiculement bas... Répondre



Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Sondage

Où achetez-vous votre pain?




Sondage

Si la vignette à 100 francs permet d'améliorer le réseau routier vaudois, l'accepterez-vous?




Sondage

Les pays occidentaux devraient-ils intervenir militairement en Syrie?