Le diacre italien a fait sa révolution de Marx à Jésus

ProtestantismePaolo Mariani est un ex-communiste athée et historien spécialiste des saints. Quand tous les chemins mènent à la Réforme.

«Les deux tiers des idées du Christ étaient communistes», sourit Paolo Mariani en expliquant son parcours.

«Les deux tiers des idées du Christ étaient communistes», sourit Paolo Mariani en expliquant son parcours. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le diacre Paolo Mariani a célébré son premier culte ce dimanche à Lutry. Il vient d’être nommé ministre suffragant en Lavaux par l’Eglise protestante vaudoise (EERV). Un nouveau point de chute pour ce Romain de 53 ans, à l’accent chantant, porte-parole de l’institution vaudoise depuis 2010. Le périple qui a poussé Paolo Mariani jusqu’à Lutry mérite d’être raconté, tant les vents l’ont poussé vers des horizons différents et inattendus. «Je n’ai rien choisi dans mon parcours, ou presque», explique en souriant ce pur Méditerranéen.

Né à Rome, Paolo Mariani aurait pu être champion d’apnée: son père, passionné de pêche sous-marine, l’a emmené pendant des années sur son bateau, autour de plusieurs îles grecques. Il en a gardé une passion pour la mer et la voile, qu’il pratique encore assidûment aujourd’hui. Plus tard il aurait pu devenir champion de judo ou de ski. Mais ce gamin qui s’ennuyait à l’école, ce gosse à «haut potentiel» comme on dirait aujourd’hui, a été poussé par ses parents à faire des études. «Moi, je ne savais vraiment pas ce que je voulais faire de ma vie.»

Camarade chef de section

Etudiant brillant, Paolo Mariani optera pour l’histoire, puis passera le concours pour une thèse de doctorat à Florence, dans les années 1990, consacrée à la Légende dorée de Jacques de Voragine, célèbre hagiographie médiévale. Féru de latin, d’enluminures, d’histoire du catholicisme, Paolo Mariani refuse pourtant la religion à cette époque: il s’affirme athée. Engagé au Parti communiste italien, il en devient chef de section. Rétrospectivement, «beaucoup de gens me demandent aujourd’hui comment un communiste peut devenir chrétien, mais les deux tiers des idées du Christ étaient communistes», dit-il, un brin provocateur. Il évoque la figure de saint François, le «pauvre» d’Assise. «Tous les croyants sont unis et ils mettent en commun tout ce qu’ils ont», peut-on lire au chapitre II des Actes des apôtres. Il est vrai que le communisme italien, avec des figures comme Enrico Berlinguer, n’avait plus grand-chose à voir avec le matérialisme athée.

Arrivé en Suisse «par amour» en 1997, apprenant le français non sans efforts, Paolo Mariani songe à faire de l’enseignement, mais ses titres universitaires ne lui permettent pas une équivalence de diplômes. Il optera alors pour le journalisme, faisant son stage à Dimanche.ch, puis travaillant dans différentes rubriques du journal hebdomadaire, jusqu’à sa disparition en 2003. Il travaillera brièvement au Matin. L’Eglise réformée neuchâteloise cherche alors un chargé de communication: Paolo Mariani postule. Il est engagé et assume ce mandat pendant deux ans.

Appel intérieur

Après plusieurs années de travail dans le journalisme et la communication, il est engagé par l’EERV. Celui qui se définissait comme athée ressent alors un appel intérieur, qui le mène au Séminaire de culture théologique afin de devenir diacre. «J’étais protestant sans le savoir, explique-t-il. Ma culture était catholique mais j’ai toujours rejeté le catholicisme.» De ses origines romaines, il garde un goût pour le rituel et pour l’image, deux éléments parfois surprenants en terres réformées.

La trajectoire privée de Paolo Mariani a également suivi bien des caps: il en est à son quatrième mariage, a deux grandes filles, et il est le père d’un petit garçon depuis 2016. Le statut de son profil WhatsApp le dit «heureux» depuis quelques mois. Sur l’épaule, il porte un ancien tatouage de Viking. «C’est un homme de la mer qui aborde les choses de front, courageux, curieux. Mon alter ego nordique .» (24 heures)

Créé: 17.07.2017, 08h30

Articles en relation

Pour leur pasteur licencié les fidèles font la grève du culte

Froideville Abasourdis par la décision et les méthodes de l’EERV, des paroissiens ont manifesté devant l’église dimanche. Plus...

L’Eglise réformée vaudoise réfléchit à son évolution

Religion Désormais, les fidèles s’engagent pour un projet, pour une activité ponctuelle. L'EERV doit adapter son fonctionnement. Plus...

Faut-il réduire les cultes dominicaux?

Religion Réuni ce week-end au Palais de Rumine, à Lausanne, le synode de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud a débattu de son nouveau programme de législature. Plus...

«Le football est un résumé de la vie, comme l’Evangile»

Pasteurs d’aujourd’hui 5/6 Fan de ballon rond et champion de tennis, le pasteur Pierre-Yves Paquier mêle Dieu et le sport pour s’adresser au plus grand nombre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...