Une élection et beaucoup d'inconnues

Elections cantonalesLe scénario imprévu du 2e tour pour le Conseil d'Etat provoque l'incertitude. Un exemple parmi les cinq thématiques que 24heures abordera jeudi.

Les Vaudois sauront dimanche quelle paire de candidats aura réussi à transformer l'essai.

Les Vaudois sauront dimanche quelle paire de candidats aura réussi à transformer l'essai. Image: JEAN-BERNARD SIEBER/ARC/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 2e tour des élections cantonales vaudoises de dimanche est bien plus incertain que prévu. L'alliance au lendemain du 1er tour entre l'UDC et les Vert'Libéraux est venue bousculer des jeux qui semblaient donner la gauche gagnante pour conserver la majorité au Conseil d'Etat.

L'équation s'est compliquée avec l'arrivée d'Isabelle Chevalley aux côtés de Jacques Nicolet, face à Cesla Amarelle et Béatrice Métraux. A quatre jours du résultat, de nombreuses questions compliquent les pronostics. Nous en présenterons cinq mais en voici déjà une...

Les candidatures concomitantes de Béatrice Métraux et d'Isabelle Chevalley menacent-elles l’actuelle majorité de gauche? Mobilisé par la votation sur la stratégie énergétique, un électeur vert pourrait, théoriquement, être tenté de voter deux fois écolo dans l'espoir de donner le plus d'espace possible à ses thèmatiques au gouvernement.

Or, il existe une différence fondamentale entre les deux candidates. Béatrice Métraux défend une protection de l’environnement encouragée, voire assumée par l’Etat. Isabelle Chevalley croit quant à elle à la dynamique du marché pour sauvegarder la nature. Le vote “verte-verte”, aux dépens de la socialiste Cesla Amarelle (ou de l’UDC Jacques Nicolet), est donc peu plausible.

Autre question: Isabelle Chevalley peut-elle détrôner Béatrice Métraux? Ce ne sera pas chose facile pour la Vert’libérale dans la mesure où Béatrice Métraux va probablement bénéficier de la prime au sortant. La conseillère d’Etat est auréolée d’un bon bilan et elle est finalement peu attaquée par la droite. L’UDC a laissé tomber sa croisade sur les communautés religieuses, dont la reconnaissance dépend de son département, tandis que la polémique sur le logement s’est éteinte après qu’elle a remporté le référendum en février.

Béatrice Métraux a d’ailleurs accompli un score très honorable au premier tour. Mais les vibrants plaidoyers de la Vert’libérale (gaspillage alimentaire, respect dû aux animaux) ou son engagement au Burkina-Faso pourraient séduire l’électorat et faire de l’ombre à la discrète sortante. D’autant que la conseillère d’Etat a, de son côté, eu peu d’occasions durant son mandat de faire étalage de sa sensibilité verte.

Les deux femmes n’ont jamais concouru à la même élection. Mais certains indices statistiques montrent que les Verts de gauche et les Verts de droite n’ont pas l’habitude de voter pour un candidat de l’autre bord, même écologistes. Lors du premier tour, seuls 276 des 1939 électeurs Vert’libéraux (14,2%) ont pris la peine de rajouter à la main le nom de Béatrice Métraux sur leur bulletin. A l’inverse, le candidat Vert’libéral François Pointet n’a eu les faveurs que de 1261 électeurs Verts sur 17098 (7,4%).

Maintenant qu’Isabelle Chevalley a remplacé François Pointet dans la course, les électeurs Verts prendraient-ils la peine d’ajouter son nom à leur bulletin en traçant celui de Cesla Amarelle? Rien n’est moins sûr. En 2015, lors de l’élection au Conseil des Etats, 25033 électeurs avaient glissé un bulletin Vert dans l’urne. Seuls 225 avaient biffé soit leur propre candidat Luc Recordon ou la socialiste Géraldine Savary, pour y écrire le nom d’Isabelle Chevalley.

(24 heures)

Créé: 17.05.2017, 16h44

Articles en relation

Isabelle Chevalley, la stratégie énergique

Elections cantonales La conseillère nationale Vert’libérale entre en piste pour le deuxième tour sur un ticket commun avec l’UDC Jacques Nicolet. Une alliance combative. Plus...

Les répliques des candidats aux critiques de leurs adversaires

Elections cantonales Cesla Amarelle, Béatrice Métraux, Jacques Nicolet et Isabelle Chevalley répondent à leurs détracteurs. Plus...

Un combat sur des envies de suprématie

Conseil d’Etat La gauche critique la candidature d’Isabelle Chevalley. La droite rappelle celle d’un certain Pierre-Yves Maillard en 1997, qui visait un 5e siège pour la gauche. Plus...

Chevalley vote moins souvent avec son allié Nicolet qu’avec Amarelle

Elections cantonales A Berne, les choix d’Isabelle Chevalley sont plus proches du PS que de l’UDC. Un rapport du PLR contre les «vert’lib» refait surface Plus...

La fonceuse de droite attaque vertement

Elections cantonales vaudoises L’écologiste libérale Isabelle Chevalley ranime la campagne du deuxième tour en s’alliant avec le candidat UDC. Cette conseillère nationale pugnace, au parler cash, n’a pas peur de la bagarre. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...