Une arche de Noé au milieu des golfeurs

GlandSous l’impulsion de son surintendant, le Domaine Impérial a fait du développement durable une priorité.

Jean-Michel Hérissé devant l'étang qui a été renaturé au milieu du parcours de golf. Il grouille de grenouilles rieuses, entre autres.

Jean-Michel Hérissé devant l'étang qui a été renaturé au milieu du parcours de golf. Il grouille de grenouilles rieuses, entre autres. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je suis allé à Bornéo et au Costa Rica, mais c’est ici que j’ai vu et surtout entendu le plus d’animaux et d’oiseaux. Dans ce bosquet vit par exemple un groupe de chevreuils que j’aperçois tous les soirs quand ils sortent de la forêt.» Jean-Michel Hérissé a l’enthousiasme d’un enfant, au volant de la voiturette sur laquelle il parcourt son lieu de travail. Le surintendant du club est le gardien des 70 hectares du golf du Domaine Impérial de Gland. Une arche de Noé d’une étonnante richesse. Il faut avouer que le golf, classé numéro 1 suisse pour ses équipements sportifs, est aussi à la pointe dans son approche environnementale. Il est le premier 18 trous suisse à avoir reçu la certification GEO pour Golf Environment Organization. «Ce certificat valide ce que nous faisons depuis une vingtaine d’années, souligne l’agronome. Nous sommes leader en ce qui concerne l’aspect sportif. Mais nous devons être leader dans tous les domaines, dont celui de l’écologie.»

Pour épauler le travail de Jean-Michel Hérissé, une commission nature a été créée dernièrement. Elle est composée de golfeurs sensibles à la dimension environnementale. «Notre démarche s’inscrit dans une volonté de sensibiliser aussi nos membres», souligne le président du club, Christian Beaumann.

Sol dopé aux bactéries

Le grand défi de l’équipe de jardiniers est de conserver une aire de jeu impeccable, tout en respectant des critères environnementaux contraignants. Pour les traitements, la chimie est donc le dernier recours. Depuis longtemps, le Roundup a ainsi disparu de l’arsenal des jardiniers. Le secret du golf, ce sont les bactéries qui sont épandues sur les gazons. «La faune microbienne permet de doper la défense immunitaire de l’herbe et de la rendre ainsi moins vulnérable aux maladies», explique Jean-Michel Hérissé aux petits soins pour ses espaces verts.

Pour que le gazon résiste au stress des tontes — deux, voire trois fois par jour à 2,5 millimètres lors des compétitions — il est nourri avec des vitamines et des acides aminés. «Sans cela, le gazon ne résisterait pas aux contraintes et serait malade», tranche le surintendant.

«La pollution peut ainsi être dégradée par les bactéries présentes dans le sol. Si ce n’était pas le cas, elle finirait dans le lac et les étangs»

Si la recherche d’alternatives à la chimie est constante, elle ne permet pas encore de s’en passer complètement. «On ne traite pas un cancer avec de la vitamine C», image Jean-Michel Hérissé. L’usage de ces mixtures est donc modeste. Les pesticides ne sont plus épandus par hectolitres, mais de manière beaucoup plus ciblée. Les jardiniers tapotent les zones avec une éponge imbibée. «La pollution peut ainsi être dégradée par les bactéries présentes dans le sol. Si ce n’était pas le cas, elle finirait dans le lac et les étangs. Et la vie dans ces derniers serait pratiquement impossible.»

Entre le trou numéro 14 et le numéro 16, un de ces étangs est un exemple parfait de renaturation qui permet à la flore et la faune de se développer sur le Domaine Impérial. Il y a tellement de grenouilles rieuses qu’il devient parfois difficile de discuter à proximité. Les foulques y pataugent entre les roseaux avec leurs petits. On peut aussi y apercevoir des couleuvres à collier et de nombreux oiseaux, comme les fauvettes. Un projet de créer un abri pour les chauves-souris est en cours d’élaboration juste à côté, dans un bunker abandonné de la ligne des Toblerones.

«La biodiversité est un tout, analyse le surintendant. Nous n’utilisons pas d’insecticides et nous laissons des espaces pour que les insectes puissent s’installer. Leur présence incite leurs prédateurs à s’installer près d’eux.»

Il faut admettre que les surfaces du golf sont tellement grandes qu’elles constituent des abris intéressants pour la faune et la flore. Sur le domaine, il existe 12,5 hectares de belles pelouses tondues ras (greens et fairways), qui sont réservés aux joueurs. Sans compter les 20 hectares de forêts, dont une partie est en réserve intégrale, il reste encore près de 40 hectares de pelouse qui sont laissés en prairies sauvages de part et d’autre des terrains de jeu. Elles font le bonheur des animaux et des plantes indigènes. Un peu moins des sportifs, dont certains maudissent parfois ses hautes herbes où se perdent leurs balles manquées.

Paradis des orchidées

Depuis quelques mois, un stagiaire écologue a également été engagé sur le domaine. Il recense les espèces animales et végétales présentes sur le Domaine Impérial. «Je ne m’attendais pas à découvrir autant de biodiversité dans un lieu comme celui-là, admet Antoine Morel. J’ai été étonné par exemple de trouver des orchidées sauvages comme l’Ophrys abeille, qui est une plante menacée.»

Les efforts en faveur de l’environnement ont un coût, légèrement plus élevé que la méthode chimique. «Mais cela vaut la peine pour protéger ce domaine magnifique», insiste Christian Beaumann. (24 heures)

Créé: 12.06.2016, 19h35

En chiffres

70 hectares, c’est la grandeur du Domaine Impérial, situé entre la route Suisse et le lac.

50 hectares sont constitués de pelouses, dont seulement 12,5 sont des terrains pour la pratique du golf (2,5 hectares pour les greens, 10 pour les fairways). Le reste est laissé en prairie sauvage.

20 hectares de forêt existent aussi sur le domaine, dont 6 sont en réserve intégrale. Ce qui signifie qu’il n’y a pas d’intervention humaine dans son entretien.

Articles en relation

Le district de Nyon pense aussi à développer la mobilité animale

Ecologie Le deuxième contrat corridors biologiques a été signé hier. La région est pionnière dans le canton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

De nombreux enfants et adolescents assistaient au concert d'Ariana Grande, délibérément visé par l'attaque, selon la première ministre Theresa May. La plus jeune victime s'appelait Saffie Rose Roussos. Elle avait 8?ans.
(Image: Bénédicte) Plus...