Bambins et aînés s’apprivoisent en douceur au cœur de l’EMS Silo

EchichensLa Fondation Silo exploite depuis quatre mois et demi une garderie au milieu de ses locaux. Premier bilan

La garderie Silasol a ouvert ses portes le 1er novembre 2016 sur le site de l'EMS Silo à Echichens. L'inauguration a permis aux aînés samedi de découvrir les locaux réservés aux bambins

La garderie Silasol a ouvert ses portes le 1er novembre 2016 sur le site de l'EMS Silo à Echichens. L'inauguration a permis aux aînés samedi de découvrir les locaux réservés aux bambins Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Impossible de ne pas le voir lorsqu’on entre dans la cafétéria de l’EMS Silo, à Echichens. Planté juste en face de la baie vitrée sur un sol antichutes turquoise, le toboggan orange tape dans l’œil. Depuis le 1er novembre dernier, les glissades des bambins du nouveau Centre de vie enfantine Silasol animent le quotidien du site pour le plus grand bonheur de certains résidents. «C’est quand même sympa de voir passer ces petits bouts d’affaires», apprécie Jean-Daniel Bouillant. Assise à la même table, Muguette Saurer confirme: «C’est super. En plus, mon arrière-petit-fils y viendra dès la prochaine rentrée. On pourra se faire des coucous.»

Contacts subtils

Mais n’imaginez pas que les enfants placés dans la nouvelle garderie passent leurs journées à sauter sur les genoux des aînés. «Silasol fonctionne comme n’importe quelle autre garderie, explique Céline Thonney, responsable de la nouvelle structure. Nous sommes affiliés au réseau d’accueil Ajema et respectons les normes en vigueur.» Le contact intergénérationnel se fait donc de façon plus subtile. «Par exemple, lorsque nous traversons la cafétéria de l’EMS pour aller chercher le goûter. Mais apprivoiser la vision d’une personne en chaise roulante est déjà quelque chose d’éducatif.»

La rencontre intergénérationnelle est un aspect qui n’apparaît d’ailleurs que dans la seconde moitié du projet pédagogique fondateur de la garderie. Et le premier vrai événement commun aux deux structures sera une chasse aux œufs, à Pâques. «Rien ne sera jamais imposé, reprend la responsable. L’organisation d’animations communes dépendra d’abord de la motivation des deux équipes – celle de la garderie et celle de l’EMS –, mais aussi de l’intérêt des enfants et des résidents. Nous procéderons à des débriefings après chacune d’elles et adapterons les offres en fonction des expériences vécues.»

Toujours attablée à la cafétéria, Muguette Saurer se réjouit déjà: «Ce serait chouette de faire une balade avec les enfants. Même si ça risque d’être un peu délicat: ils sont quand même beaucoup plus vifs que nous!» Sa voisine est aussi partante: «Des activités communes leur feront autant de bien à eux qu’à nous.» Mais la troisième résidente à table n’est pas en mesure de se projeter: «C’est bien», coupe-t-elle, avant de nous parler longuement de son mari qui était abonné à 24 heures…

Sourires sur les visages

Quoi qu’il en soit, après quatre mois et demi de vie côte à côte et alors que les «grands», âgés de 3 à 5 ans, ne débarqueront qu’en août prochain, l’opération est déjà un succès pour le directeur, Jean-François Pasche: «Depuis l’ouverture de notre garderie, la Fondation Silo n’accompagne plus seulement des personnes âgées, mais aussi les familles de la région. Notre hall d’entrée est devenu une petite place de village, et lorsqu’il est traversé par les enfants, on voit toujours des sourires apparaître sur le visage de certains résidents.»

La création de cette garderie de 22 places faisait partie d’un projet de rénovation et d’extension de l’EMS pour un coût total de 7,5 millions de francs. Pour le concrétiser, les responsables ont bénéficié des expériences réalisées du côté de la Fondation Les Baumettes, à Renens, ou de l’EMS Parc de Beausobre, à Morges.

Contrairement à certains autres exemples de cohabitation intergénérationnelle, la Fondation Silo souhaitait par contre gérer elle-même la garderie. «Nous avons donc dû engager des personnes compétentes, explique le directeur. Mais nous tenions à aller au bout du concept.» L’arrivée d’une garderie bénéficie aussi directement aux employés de l’EMS. «Les femmes constituent près de 90% de notre personnel et plusieurs sont mères de famille», rappelle Jacques Baudat, membre du conseil de fondation et président du comité de construction.

Présent samedi à l’inauguration en compagnie de sa collègue Nuria Gorrite, le président du Conseil d’Etat, Pierre-Yves Maillard, a donc pu souhaiter une longue vie à l’EMS Silo. «Assez longue pour qu’un des enfants venant aujourd’hui à la garderie Silasol revienne un jour à l’EMS.» (24 heures)

Créé: 20.03.2017, 06h53

Ils ont dit

Céline Thonney, Responsable du Centre de vie enfantine
Silasol

«Apprivoiser la vision d’une personne en chaise roulante est déjà éducatif»

Jean-François Pasche, Directeur de la Fondation Silo
«Notre hall d’entrée est devenu une petite place de village»

Nuria Gorrite,Cheffe des Infrastructures et des Ressources humaines
«Ce projet va dans le sens de l’amélioration de l’employabilité des femmes»

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...