Christophe Kiss a gardé son âme d’enfant pour réaliser ses marionnettes

VIDEOLe public pourra voir travailler les habiles mains les 31 mars, 1er et 2 avril. Avant-goût dans l'atelier d'un passionné, qui crée des objets de A à Z, dans un monde où l’automatisation est devenue la norme.

Vidéo: Anetka Mühlemann


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans le joli atelier qu’occupe Christophe Kiss, une forêt de crochets garnit le plafond: «Nous avons eu de la chance de trouver cet ancien local d’une entreprise de peinture, c’était un signe», raconte en souriant le sculpteur de marionnettes qui officiait il y a quelques années à Genève. Aujourd’hui, il partage avec sa compagne l’atelier Ornicar à Rolle, et peut ainsi à loisir y suspendre ses marionnettes à fil. S’il réalise aussi des modèles à mouvoir avec une poignée dans le dos, ou des versions «à gaine» dans la tradition de Guignol, les pantins articulés à l’aide de longues attaches commandées par les inflexions d’une «croix» restent ses préférés. Ceux pour lesquels il a eu un coup de cœur à 17 ans. «J’ai vu une affiche du Théâtre des marionnettes de Genève et ça m’a intrigué. Je suis allé au spectacle, et j’ai adoré le genre.» Comme il a toujours dessiné, il opte néanmoins pour des études aux Beaux-Arts et se spécialise dans la sculpture, mais finit par se rendre à l’évidence, et entre dans le temple genevois de la marionnette, pour y travailler cette fois. Il se forme auprès d’un sculpteur roumain, puis devient indépendant dès 2001. Il œuvre toujours pour le théâtre du bout du lac, mais aussi pour d’autres productions. A Lausanne, on a ainsi pu voir ses créations au Petit Théâtre en 2015 dans «Le dératiseur de Hamelin» ou «Super elle».

Diversifiant les styles et les techniques, il recourt au polystyrène, à la mousse de rembourrage, et à des résines bio. «Les moulages sont utiles par exemple pour des créations translucides ou des multiples. J’ai ainsi dû fabriquer une armée pour Gargantua.» Le bois reste néanmoins son matériau de prédilection pour les pièces entre 50 et 70 centimètres de haut. Ces personnages-là naissent entièrement de ses mains, taillés dans l’arbre complet qu’il achète tous les dix ans et qui attend dans son atelier, débité en grands panneaux. Une marionnette réalisée ainsi artisanalement, c’est au minimum trois jours de travail. Du dessin très précis à la coupe, en passant par la sculpture de la tête, pour finir par la peinture. Sans compter l’œuvre de la costumière, auquel s’ajoute parfois le savoir-faire d’une perruquière.

Même sans ce niveau de finition, la magie opère. Entre les mains habiles de son concepteur, un sobre polichinelle, dit d’exercice car il sert à apprendre le maniement des ficelles, paraît prendre vie. L’effet se révèle aussi bluffant avec les dispositifs à tringles, qui permettent des mouvements plus vifs, pour mimer par exemple une souris furetant à la recherche de nourriture. «Je les fais bouger pour des démonstrations, mais je ne suis pas comédien.» Son truc, c’est d’imaginer ces personnages que d’autres feront évoluer sur scène. «Je ne travaille pas comme un auteur de bandes dessinées qui développe son style, mon rôle est d’apporter la bonne réponse à la proposition dramaturgique.»

Si le théâtre de marionnettes pour adultes existe, il reste méconnu du public. L’artisan crée ainsi surtout pour les petits et ce père de trois enfants aujourd’hui grands adore ça. Si l’on pense évidemment tout de suite à Pinocchio, le papa des créatures qui naissent à Rolle avoue d’abord une admiration sans borne pour l’écrivain anglais Roald Dahl: «J’ai tout lu à mes enfants.» (24 heures)

Créé: 18.03.2017, 16h16

A découvrir aussi

Nathalie Delhaye sculpte des pièces tout en finesse dans des blocs de 20 tonnes (cliquer sur la photo)



Denis Droz passe du temps avec les archers pour façonner un arc à leur image (cliquer sur la photo)



L'outil



La gouge est l’outil de prédilection pour sculpter
le visage dans le bois. Pour la rendre plus légère, la tête est ensuite évidée, comme parfois le tronc.

La création



Christophe Kiss réalise entre autres des marionnettes de table.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...