Greg Kuster met le feu à ses trois établissements

Gland et NyonComment fait le patron du Fishermen’s Pub, du Bull’s Pub et du Barawine pour que ses trois bistrots marchent d’enfer?

Greg Kuster, patron du Barawine et du Fishermen's Pub à Nyon, et du Bull's Pub à Gland.

Greg Kuster, patron du Barawine et du Fishermen's Pub à Nyon, et du Bull's Pub à Gland. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce week-end, pour être sûr de passer un petit Nouvel-An festif, il suffisait de se rendre dans un des bistrots de Greg Kuster. Vendredi, il y avait une soirée «Bonnie & Clyde» au Bull’s à Gland. Samedi, à Nyon, on se déguisait en Super héros au Fisch, et le Barawine organisait une soirée «Urgences» avec le DJ Sancho…

Depuis que Greg Kuster a pris la direction du Fischermen’s Pub avec son épouse Sylvie en 1997, il n’a cessé de s’activer. A l’époque, on l’a aussitôt vu collaborer avec les autres établissements du quartier de Rive pour monter des animations et des concerts.

Et déjà, en 2001, il reprenait le café-restaurant Le Milieu à Begnins, où il a lancé les concerts de jazz au caveau avec Enzo Miraglia. «Je n’y suis resté qu’un an, car le métier de restaurateur, c’est autre chose que de tenir un bar», reconnaît-il volontiers.

Puis en 2005, son esprit entreprenant l’amenait à transformer l’ancien cabaret Le Neptune pour en faire un dancing, l’After, qui a fait le plein durant les dix ans de sa gérance. «Dans la région, il y avait plus de cabarets à filles que de lieux où danser, se souvient-il. Il y avait une attente. Je me suis associé avec Tony Lerch, directeur du Caribana. On voulait une boîte de nuit ouverte à tout le monde, pas sélect, avec des concerts, des soirées à thème, des animations… Les gens ont bien aimé, mais après dix ans, j’ai senti que c’était le moment de lever le pied.»

Il faut dire qu’en 2015, cela faisait déjà une année que le boulimique patron gérait deux autres établissements, le Bull’s Pub, depuis 2010, et le Barawine, depuis 2014. «Je me suis associé avec Reinier Kruger, mon ancien barman au Fisch, pour racheter le Bull’s. Donnant sur la place de la Gare à Gland, avec une grande terrasse, je me suis dit que cela valait le coup. Et puis j’avais bien envie d’ouvrir un bar un vin, alors j’ai créé le Barawine, ex-César.»

Pas issu de ce milieu

Le comble, c’est que Greg Kuster, au départ, n’a rien à voir avec ce milieu. Dessinateur architecte de métier, c’est en épousant Sylvie Marguerat, fille de l’ancien propriétaire du Fischermen, qu’il est tombé dedans.

«Quand on est jeune, c’est un le rêve de pouvoir gérer un pub, déclare ce père de famille de 46 ans. Ce que j’aime surtout, c’est relancer un établissement. Et c’est là que mon métier de base est utile car je dessine les plans pour le réaménagement intérieur. Souvent, je reprends des idées vues en voyage.»

Relancer une affaire et soigner la déco, c’est une chose, mais réussir à la faire tourner, c’en est une autre. Quelle est la recette? «On ne peut pas s’improviser barman, il faut aimer faire plaisir aux gens, déclare Greg Kuster avec son sourire plein de bonhomie.

Il faut avoir une bonne équipe, donc respecter son staff, pour qu’il réserve un bon accueil à la clientèle. Et nous nous efforçons d’amener une plus-value avec des animations, comme les concerts, les soirées à thème, les raclettes à gogo, les dégustations, ou les huîtres en hiver, que je viens ouvrir moi-même les jours de marché à Nyon.»

Ajoutons à cela que le patron a su attirer une clientèle anglophone tout en jouant la carte locale avec ses produits et ses vins du terroir, et surtout, qu’il a voulu rester populaire, au contraire de nombreux établissements de la région. (24 heures)

Créé: 08.01.2017, 16h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...