Mies est un village qui rayonne à l'internationale

L'esprit des lieuxLa dernière commune vaudoise avant la frontière genevoise accueille deux fédérations sportives internationales.

L'administration communale est installée dans l'ancienne école du village.

L'administration communale est installée dans l'ancienne école du village. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mies a beau être une commune discrète, elle occupe une place enviée sur la carte du monde sportif. Pour une population de 1800 habitants, elle accueille sur son territoire le siège de deux fédérations internationales, celle du basket et celle de motocyclisme. La duchesse d’York Sarah Ferguson s’y est aussi arrêtée quelques heures en 1991 pour assister au tournoi de polo organisé chaque année sur le Polo Club du Domaine de Veytay, en retrait du village. Il faut avouer que la quiétude du village, aux portes du canton de Genève est recherchée. La vue sur les Alpes derrière le Léman, aussi. Il y a quelques siècles, les Romains ne s’y étaient pas trompés en y construisant déjà une villa luxueuse.

Aujourd’hui, Mies profite du dynamisme genevois et de son aéroport qui attirent des contribuables fortunés et des sportifs d’élite. Dans ses rues, il est par exemple possible de croiser l’ex-tennisman français Guy Forget, désormais directeur de Roland-Garros.

Commune qui propose de belles demeures cossues, Mies a aussi l’avantage de disposer de toutes les facilités avec de nombreux commerces, même si la poste est condamnée.

Sa population est à l’image de la Genève internationale. «Dans le quartier des Uttins, il y avait à l’époque un complexe avec 20 appartements dans lesquels vivaient 17 nationalités», se souvient l’ancien syndic Patrice Engelberts. Le journal communal est également traduit entièrement en anglais. Ouverte au monde, Mies ne l’a toutefois pas toujours été. Au XVIIIe siècle, dans un contexte très différent, le Genevois, d’autant plus s’il était indigent, était craint comme le rappelle l’ouvrage Mies à l’écoute de son passé. En 1730, un placard affiché dans le village avertissait que «tous les gueux, gens sans aveux, rôdeurs et vagabonds venant de Genève auront les oreilles fendues s’ils mettent le pied sur le territoire communal». Le bailli ordonnait en 1789 de ne recevoir aucun Genevois non-propriétaire sur la commune. «Déjà on en dénombre quatre plus un enfant de 18 mois nommé Samuel», peut-on lire dans les archives de l’époque.

Au XXIe siècle, plus de la moitié de la population active prend la direction du bout du lac pour aller travailler. La gare du village est desservie par le RER qui propose quatre trains par heure jusqu’à Cornavin. Les autorités ont ainsi logiquement tissé des liens étroits avec leurs homologues de Versoix. Mies n’est pas seulement à la frontière de Genève, elle s’enorgueillit d’être aussi le trait d’union entre Vaud et la République du bout du lac.

Même si la commune est résidentielle, avec de splendides propriétés cachées derrière de hautes haies, elle n’est pas devenue une cité-dortoir. Le week-end prochain sera l’occasion de le démontrer lors d’une fête villageoise qui prend des allures de minifestival. La Guinguette proposera le spectacle Hosanna! de Didier Charlet comme point d’orgue à trois jours de festivités qui débutent jeudi. «Les organisateurs se donnent de la peine et la manifestation est très bien», souligne Georgette Marchand, qui habite à Mies depuis près de sept décennies.

Mies est un village de culture. Pour preuve, ce même jeudi, dans la belle propriété de Patrice Engleberts, du jazz moderne résonnera grâce au Thomas Florin Quartet. La Fondation Engelberts pour les arts et la culture organise six événements par année mêlant musique, théâtre et littérature en invitant des artistes qu’elle soutient financièrement. (24 heures)

Créé: 30.10.2016, 10h19

Articles en relation

Des «tiges en alu» pour éclairer Mies? Grogne

Référendum Des habitants ont lancé un référendum contre le renouvellement des candélabres. Le modèle choisi ne leur convient pas. Plus...

Mies s'offre Au Sorbier un projet «audacieux»

Bâtiment Le lauréat italien du concours d’architecture organisé par la Commune propose une salle polyvalente fédératrice. Plus...

L'histoire du basket se décline en exposition à Mies

Musée Un espace muséal est installé dans le bâtiment de la Fédération internationale de basket. L'endroit mérite de s'y attarder. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Tout n'est pas joué pour le 2e tour», paru le 29 avril 2017.
(Image: Valott) Plus...