La neige passera l’été couverte de sciure

Ski nordique Une réserve d’or blanc est protégée des températures estivales, en France voisine, grâce à une technique qui inspire les Combiers en vue des JOJ.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au pied des tremplins de saut à skis de Prémanon, en France voisine, il reste un gros tas de neige. Presque une montagne, puisqu’il s’agit d’un stock de plusieurs milliers de m3 d’or blanc, soigneusement recouvert d’une couche de sciure. «Nous avons été les premiers en France à conserver de la neige durant la période estivale. On fait ça depuis 2009», explique Eric Peralta, responsable du stade du Centre national de ski nordique et de moyenne montagne basé aux Rousses, où se dérouleront les épreuves de biathlon, de saut à skis et de combiné nordique des Jeux olympiques de la jeunesse Lausanne 2020.

Pourquoi conserver de la neige? «Elle permet aux équipes de France de biathlon de venir s’entraîner ici en début de saison hivernale, plutôt que de partir à l’étranger, notamment en Scandinavie, ce qui est très coûteux. Elle sert principalement à garnir les pistes de fond», relate le responsable.

Cette neige artificielle, créée grâce aux canons et au lac de retenue des eaux qui équipent le stade nordique des Tuffes, n’est pas stockée à l’ombre d’un creux, mais en plein soleil. «On s’est aperçu que chercher le frais, comme on l’a fait au début, ne servait à rien, c’est la couche de sciure qu’on met dessus qui compte, soit quelque bons 50 cm», relève Eric Peralta. En 2016, il avait ainsi pu stocker 10'000 m3, un peu moins cette année en raison du manque d’eau et des trop hautes températures de cet hiver pour faire fonctionner les canons. Résultat, il a fallu pour la première fois aller racler de la neige qui restait sur le stade pour garnir le tas, qui va perdre entre 15 à 20% de son volume durant les chaleurs de l’été.

Sur la trace des canons

Une technique de «snow farming» bien connue des Combiers, car au XIXe siècle, ils enrobaient de sciure les blocs de glace livrés jusqu’à Paris! Cela n’a pas empêché la Commune du Chenit de «venir voir», il y a une dizaine de jours, comment on conserve la neige à Prémanon. Parce que pour organiser les épreuves de ski de fond des JOJ, à la Thomassette (Le Chenit), il faut être paré à toutes éventualités, dont celle du manque de neige. «Recourir aux canons est une solution, faire en plus une réserve de neige une sécurité supplémentaire. C’est l’une des variantes que nous étudions», confirme le municipal Bertrand Meylan à l’heure de finaliser le dossier pour le site des Grandes Roches.

La Commune a déjà loué cet hiver un canon à neige - il n’y en avait aucun jusqu’ici à la Vallée - mis gracieusement à l’essai pour deux bûcherons en charge du traçage des pistes. «Nous sommes en tractation avec le Canton pour fabriquer de la neige artificielle en créant notamment un bassin de rétention d’eau qui servirait aussi au bétail en été. Car si on va dans cette voie, il faut un concept global qui devrait perdurer au-delà des JOJ», estime le municipal. (24 heures)

Créé: 21.04.2017, 06h53

Articles en relation

La reprise de la Dôle par les Français est un sacré défi

Ski Première saison difficile pour la société française qui exploite le domaine de la Dôle. Mais la Sogestar reste confiante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Tout n'est pas joué pour le 2e tour», paru le 29 avril 2017.
(Image: Valott) Plus...