Les terrains du château de Coppet menacés de vente

PatrimoineLes châtelains rêvent d’un pôle culturel sur leurs terrains. Mais une promesse de vente a été signée par leur père.

Les terrains devant le château sont un enjeu important pour le développement de Coppet.

Les terrains devant le château sont un enjeu important pour le développement de Coppet. Image: Alain Rouèche-A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La famille Haussonville n’est pas près de se séparer de son château, monument emblématique qui vaut à Coppet un rayonnement international. Pour ce qui est des terrains qui font face à l’édifice où vécut son aïeule, Madame de Staël, par contre, la situation est plus compliquée. Ils pourraient être vendus, contre la volonté des propriétaires actuels, les fils et la fille du comte Othenin d’Andlau de Cléron d’Haussonville. «Une promesse de vente a été signée par notre père», a expliqué Jean d’Haussonville lors d’une conférence organisée jeudi soir par l’Association Vision Coppet.

Avec ses frères Hugues-Bernard et Simon ainsi que sa sœur Takouhie, Jean d’Haussonville est propriétaire du château et de ses terrains depuis la mort du comte en 2014. Ce dernier avait paraphé une promesse de vente aux alentours de 2009, puis l’avait prolongée entre 2012 et 2013, avec un groupe immobilier. «Certains documents ont été signés alors que notre père était malade, a précisé Jean. Il souffrait d’une démence dégénérative proche de la maladie d’Alzheimer.»

Les nouveaux propriétaires ont ainsi hérité aussi de cette promesse de vente, qu’ils contestent. Ils cherchent d’ailleurs à s’en défaire. Si l’héritage n’est aujourd’hui pas encore réglé, ce document en est une des explications. Dans tous les cas, la fratrie ne souhaite pas dilapider son patrimoine mais plutôt veiller à préserver le site et éviter la réalisation d’un projet disgracieux.

Les châtelains entendent avoir la maîtrise sur le développement du site, qui avait fait l’objet d’un plan urbanistique maousse dans les années 2000. Un nouveau quartier était prévu, avec notamment la construction d’une tour. Il avait été abandonné sous la pression des opposants, qui avaient menacé de lancer un référendum. Les fils et la fille du comte avaient alors exprimé leur désaccord avec le projet soutenu par leur père.

«A la vue de la situation, nous sommes aujourd’hui dans un débat d’anticipation. Il n’y a pas d’urgence dans la réalisation d’un projet»

Aujourd’hui, les terrains sont inconstructibles, à cause de la loi sur l’aménagement. A terme, étant situés stratégiquement à côté de la gare de Coppet, ils devraient devenir logiquement constructibles. Le Canton a d’ailleurs identifié cette zone comme un pôle de développement.

Quand ce sera le cas, le propriétaire pourra proposer un projet. Si les descendants de Madame de Staël en ont la possibilité, ils promettent de défendre une vision qui fasse le consensus. «A la vue de la situation, nous sommes aujourd’hui dans un débat d’anticipation, avertit Jean d’Haussonville. Il n’y a pas d’urgence dans la réalisation d’un projet.»

L’expert culturel, directeur du Domaine national de Chambord, a émis jeudi soir des pistes qui ont suscité un certain enthousiasme parmi les 150 auditeurs. «On peut être audacieux et respectueux du bâti existant, a souligné Jean d’Haussonville. Il faudra que le projet s’intègre dans l’unité architecturale du château et du bourg, ainsi quand dans le paysage.» L’idée centrale est la construction d’un pôle culturel qui renforce l’attractivité du château et du bourg en général. Il pourrait prendre la forme d’un musée, abritant une collection d’envergure internationale. «Avoir le pendant de la Fondation Beyeler à Coppet serait formidable», a imagé le châtelain. Un centre de recherche de l’EPFL ou un hôtel géré par une école hôtelière sont d’autres idées évoquées. «La volonté de ma famille est de rassembler autour d’un projet novateur», a insisté Jean d’Haussonville . (24 heures)

Créé: 19.05.2017, 20h01

Articles en relation

«Notre famille veut protéger le château»

La Côte Les propriétaires du château de Coppet boudent les festivités du bicentenaire de la mort de Mme de Staël, qui débutent mardi. Plus...

Madame de Staël sera fêtée de Coppet à Paris

Commémoration Pour célébrer le bicentenaire de la mort de la fille de Jacques Necker, un programme ambitieux et international a été imaginé. Plus...

La Commune n’achètera pas un bout de terrain au châtelain

Coppet Le Conseil communal a refusé, lors d'un débat à huis clos, de dépenser 910'000 francs pour quelque 11'000m2. Une décision qui n'émeut guère les proches du comte d'Haussonville, propriétaire du château. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

De nombreux enfants et adolescents assistaient au concert d'Ariana Grande, délibérément visé par l'attaque, selon la première ministre Theresa May. La plus jeune victime s'appelait Saffie Rose Roussos. Elle avait 8?ans.
(Image: Bénédicte) Plus...