La Une | Mercredi 26 novembre 2014 | Dernière mise à jour 17:52
Vaud

Lausanne est devenue la ville la moins sûre de Suisse

Mis à jour le 25.03.2013 63 Commentaires

Les infractions au code pénal ont enregistré une hausse de 18,5% dans le canton de Vaud l’an dernier, indique la police.

Opération de police contre les dealers de la place Chauderon.

Opération de police contre les dealers de la place Chauderon.
Image: Keystone

Mots-clés

Partager & Commenter

La criminalité a augmenté de 18,5% sur sol vaudois, a indiqué lundi la police cantonale vaudoise en présentant le bilan 2012 de la criminalité. La tendance est à l’image de ce que vit la Suisse romande, a expliqué le commandant de la police vaudoise Jacques Antenen.

Lausanne: la ville la plus criminogène de Suisse
Le chef-lieu a été touché de plein fouet. Avec un taux d’infraction de 16,2%, l’activité délictueuse a connu un pic à Lausanne durant le premier semestre, avant de baisser dans le deuxième, a indiqué Grégoire Junod, municipal en charge de la sécurité. Avec 220 délits pour 1000 habitants, Lausanne est devenue la ville la moins sûre de Suisse, passant devant Genève, qui enregistre même une baisse de 15%.

Sur Vaud, cette évolution est particulièrement visible dans le domaine des infractions contre le patrimoine, avec 18% de vols en plus, dont 21,7% par effraction. La forte augmentation des vols est en partie imputable aux délinquants issus du Printemps arabe, qui commettent de nombreux petits délits, a constaté la cheffe du Département de la sécurité (DSE) Jacqueline de Quattro. Et de déclarer: «Schengen n’a pas que des avantages: nos frontières sont devenues des passoires et les délinquants n’y risquent pas grand-chose». En quatre ans, le nombre de prévenus d’Afrique du Nord a été multiplié par quatre, tandis que le trafic de drogue est plutôt le fait de migrants nigérians et guinéens, a précisé Jacques Antenen.

150 policiers en plus pour occuper le terrain
Face à cette délinquance qui évolue, la police va revoir un dispositif sécuritaire mis en place en 1999 dans le canton. «Je veux occuper le terrain», a expliqué le commandant de la gendarmerie Olivier Botteron. Une hausse des effectifs de quelque 150 postes d’ici la fin de l’année sera accompagnée de réformes structurelles. La présence policière devrait être renforcée sur le terrain, notamment aux heures critiques (tôt le matin et le soir). Des petites unités mobiles permettront de mener des interventions rapides. Davantage de pouvoir sera octroyé aux corps de police de proximité.

A plus long terme, la police vaudoise souhaiterait, comme à Genève obtenir la compétence - aujourd’hui dans les mains de la justice de paix - d’octroyer des interdictions de périmètre et assignations à résidence pour les prévenus étrangers. Pour ce faire, la loi devra être modifiée.

Chasse aux dealers
Le domaine de la drogue est aussi fortement concerné. Les infractions à la loi sur les stupéfiants ont connu une progression de 17,6%. La gendarmerie a d'ailleurs annoncé un redéploiement de ses forces et déclare la guerre aux dealers de rue. «Dès le 1er juillet, les forces de police vont harceler les revendeurs», a précisé Jacqueline de Quattro. La capitale du canton va aussi continuer à mettre la pression sur les dealers. Dès le 1er avril, Lausanne lancera le dispositif Héraclès qui permettra d’augmenter significativement l’engagement d’agents à pied au coeur de la ville.

Se donner les moyens de lutter
Le Conseil d’Etat alloue plus de deux millions à cette opération nommée Strada qui sera menée sur deux ans. Lausanne met également à disposition 1,2 million de francs, par le biais de sa brigade de rue Celsus. La chaîne pénale sera par ailleurs renforcée par cinq nouveaux postes au Ministère public, et du personnel supplémentaire au Tribunal des mesures de contrainte et au Service pénitentiaire.

Si les entités concernées et le Conseil cantonal de la sécurité se montrent solidaires pour lutter contre ces fléaux, Jacquline de Quattro souhaite que les opérations conjointes au niveau intercantonal soient élargies. Au niveau de la Métropole lémanique, la conseillère d’Etat et son homologue genevois Pierre Maudet ont décidé d’unir leurs forces, car «nous sommes en première ligne. Il nous faut aussi la solidarité de Berne pour durcir les sanctions en révisant le Code pénal».

Forte progression en Suisse romande
La croissance de la criminalité diffère selon les régions linguistiques. Dans l'ensemble, la criminalité progresse. Pour 2012, le nombre d'infractions au Code pénal par rapport au nombre d'habitants a été plus élevé en Suisse romande qu'en Suisse alémanique. Les cantons de Genève, Neuchâtel et Vaud ont constaté les fréquences d'infractions les plus importantes du pays, avec des taux situés entre 90 et 120 délits par tranche de 1000 habitants. Fribourg, le Jura et le Valais font état de fréquences légèrement inférieures, chiffrées entre 57 et 67, imités par le Tessin, a indiqué lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Outre-Sarine plus tranquille
Du côté des cantons alémaniques, seuls Lucerne, Argovie, Zoug et Soleure présentent des fréquences similaires. Tous les autres cantons ont dénombré moins de 40 infractions pour 1000 habitants. Les grandes villes alémaniques s'avèrent plus sûres. Si Berne suit Genève de près avec une fréquence de 180, Zurich et Bâle font état de taux inférieurs à 160 délits pour 1000 habitants. (ATS / A.MN24 heures)

Créé: 25.03.2013, 17h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

63 Commentaires

André Brülhart

25.03.2013, 15:47 Heures
Signaler un abus 317 Recommandation 17

Et le code pénal n'est toujours pas remodifié, donc les malfrats savent qu'ils sont peu punis, que les prisons sont des 3 étoiles chez nous (ce sont eux qui le disent), qu'un citoyen n'a pas le droit de retenir un cambrioleur (le procureur dixit), alors que faire? créer des polices parallèles, faire la loi soi-même et arrêter de payer les impôts.... le peuple attend que nos autorités agissent. Répondre


Jean Vernet

25.03.2013, 16:54 Heures
Signaler un abus 326 Recommandation 28

L'équation est simple: ouverture des frontières + code pénal laxiste + manque d'effectif policier + bisounours au pouvoir" = criminalité en hausse. Pas besoin d'être un expert surdiplômé pour faire cette analyse.Un seul remède: le bulletin de vote ! Répondre



Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Sondage

Où achetez-vous votre pain?