Depuis 20 ans, C.-F. Ramuz défile Chez Christiane

PullyChristiane et Jean-Pierre ont sorti le champagne pour célébrer la longévité de leur épicerie, après un départ forcé de leur première adresse.

Jean-Pierre et Christiane ont fait péter le champagne. Une bouteille de 1985, offerte par un fidèle qui l’avait lui-même gagnée lors d’un concours organisé par 24 heures.

Jean-Pierre et Christiane ont fait péter le champagne. Une bouteille de 1985, offerte par un fidèle qui l’avait lui-même gagnée lors d’un concours organisé par 24 heures. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La première année, on n’a presque rien vendu. On a su plus tard que nos prédécesseurs avaient fait faillite.» C’était il y a vingt ans. Depuis, Christiane Sonnard et Jean-Pierre Hertig ont su rendre incontournable Chez Christiane, leur épicerie logée le long de l’avenue C.-F.-Ramuz, à Pully.

D’abord installés dans les bâtiments de Jardin City – les immeubles rendus célèbres par le combat des locataires contre leur propriétaire –, ils ont succédé depuis deux ans à une autre épicerie. Mercredi, ils profitaient de se retourner sur ces deux décennies, en compagnie de leur fidèle clientèle. Les voisins, proches ou lointains, ont adopté l’épicerie au fil des années. «Quand ils sont en vacances, les Pulliérans sont perdus», lance une cliente attablée devant Chez Christiane en ce jour de fête. Leur réputation fait du couple de Moudon un petit service social. Un bonus en plus des courses et des plats faits maison. «Ils livrent des personnes âgées à domicile et leur rendent de petits services», loue une autre habituée. Modestes – ils n’ont pas fait grand bruit de cet anniversaire –, Christiane et Jean-Pierre se félicitent de voir défiler les générations. «Il y en a beaucoup qu’on a vus grandir, sourient-ils. On est devenus une grande famille.»

Sur le pont de 5h à 18h30 tous les jours, sauf le samedi, le couple ne compte pas ses heures. «Au début, après six mois, je ne voulais plus entendre parler de cette épicerie, sourit Christiane. Mais pendant les vacances d’été, on se met les doigts de pied en éventail, toujours dans le même hôtel en Grèce depuis près de vingt ans.» Comme leur clientèle, eux aussi sont fidèles. (24 heures)

Créé: 18.05.2017, 09h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...