Un roman lausannois mis en scène au Brésil

ThéâtreLe premier roman de l’écrivaine et journaliste lausannoise Cornélia de Preux sera mis en scène à São Paulo le 25 mars.

Cornélia de Preux assistera à la lecture scénique issue de son ouvrage à São Paulo ce samedi 25 mars.

Cornélia de Preux assistera à la lecture scénique issue de son ouvrage à São Paulo ce samedi 25 mars. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ai encore besoin de me pincer pour y croire.» Cornélia de Preux exulte lorsqu’elle raconte le parcours de son livre, L’aquarium. Publié en 2012 aux Editions Plaisir de Lire, son premier essai du genre, fable contemporaine où un père de famille entraîne les siens dans les terribles conséquences d’un mensonge rocambolesque, emprunte une route à peine croyable.

Après une sortie littéraire remarquée en 2012, L’aquarium voyage et atterrit un an plus tard, dans les murs du collège nidwaldien Saint-Fidelis à Stans. Un élève traduit un passage de l’ouvrage dans le cadre de son travail de maturité. S’ensuivent, l’année suivante, des ateliers avec trois classes autour du livre et de son auteure.

«C’est ainsi que j’ai rencontré Reto Melchior, alors professeur de français au gymnase Saint-Fidelis et aujourd’hui à la retraite», raconte Cornélia de Preux. «En juin 2016, Reto me contacte par mail. Il s’est mis en tête de monter L’aquarium au Théâtre de l’Alliance française pour la Fête de la francophonie 2017 à São Paulo, ville dans laquelle il a enseigné à l’Ecole suisse-brésilienne quelques années», poursuit-elle.

Cornélia de Preux comprend le portugais mais n’en connaît pas toutes les subtilités. «Pour l’adaptation de mon livre, j’ai lâché le bébé, confie-t-elle. Reto Melchior a traduit le texte, a trouvé un metteur en scène et cherche toujours des fonds dans le but d’entamer par la suite une tournée.» L’écrivaine découvrira en même temps que le public l’adaptation théâtrale de son roman. «Peut-être que cela ne me plaira pas», dit-elle en souriant. Dans tous les cas, Cornélia de Preux est consciente qu’une telle aventure ne se reproduira pas tous les jours: «Je savourerai ce moment unique au Brésil, je ne boude pas mon bonheur!»

Cornélia de Preux se réjouit de voir son texte prendre vie au théâtre: «Cela ouvre des mondes, crée des rencontres, et des synergies autour de l’univers de l’écriture.»

Le théâtre ne semble toutefois pas signifier la fin du cheminement de L’aquarium, comme le suggère son auteure: «Un réalisateur français a pris contact fin février de cette année avec ma maison d’édition. Une suite cinématographique est donc envisageable.»

(24 heures)

Créé: 20.03.2017, 21h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...