Caritas a dû fermer son épicerie fixe à Renens

PrécaritéAlors que les anciens locaux doivent être démolis, l’organisation d’aide aux démunis cherche encore une solution de rechange.

Le bus de l'épicerie mobile de Caritas sillonne déjà le canton depuis 2015. Il s'arrêtera à Renens et à Morges un jour par semaine (image d'illustration).

Le bus de l'épicerie mobile de Caritas sillonne déjà le canton depuis 2015. Il s'arrêtera à Renens et à Morges un jour par semaine (image d'illustration). Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’épicerie Caritas de Renens a accueilli son dernier client juste avant Noël. Destiné aux personnes dans la précarité, le magasin situé à la rue de l’Avenir leur permettait de faire des courses à prix très réduit tous les jours de la semaine. Depuis début janvier, il a été remplacé par l’épicerie mobile de l’organisation caritative, qui viendra désormais tous les lundis, de 13 h 30 à 16 h 30, également à la rue de l’Avenir.

Selon Caritas, cette fermeture était programmée, car le magasin se situait dans un bâtiment voué à la démolition. «Nous avons un peu anticipé pour le fermer en même temps que notre épicerie de Morges, et nous avons revu l’organisation de l’épicerie mobile, qui prendra le relais à ces deux endroits», précise Françoise Crausaz, responsable communication de l’organisation.

«Il y a à Renens un potentiel et des besoins qui sont plus marqués»

Contrairement à Morges, la disparition du magasin de Renens n’est toutefois pas définitive. «Il y a à Renens un potentiel et des besoins qui sont plus marqués.» Reste que la direction de Caritas est en discussion avec la Ville depuis quelques mois déjà pour trouver de nouveaux locaux: «Ce n’est pas facile», souffle Françoise Crausaz, qui n’avance pour l’instant aucune date de réouverture.

Fermeture inattendue

Du côté de la Commune, l’annonce de cette fermeture était inattendue. Karine Clerc, municipale en charge de la Cohésion sociale, croit savoir qu’elle s’explique également par des considérations financières et par l’état de vétusté des locaux, qui auraient nécessité des aménagements temporaires. La Commune avait d’ailleurs fait des propositions dans ce sens. «Cette épicerie joue un rôle très important pour les habitants non seulement de Renens, mais de tout l’Ouest lausannois. Nous ferons le maximum pour qu’elle revienne», explique-t-elle. Une solution de relogement pourrait ainsi passer par des discussions avec les autres communes du district.

En attendant, avec une épicerie ouverte une demi-journée par semaine, les Renanais pourront se tourner vers le magasin de la rue de la Borde à Lausanne. Dans le canton, Caritas maintient encore deux autres épiceries fixes, à Vevey et à Yverdon, et assure qu’il n’y aura plus de fermeture. (24 heures)

Créé: 11.01.2017, 17h19

Articles en relation

Une épicerie mobile pour aller approvisionner les démunis

Social Caritas Vaud lance un service qui s’arrêtera chaque semaine dans neuf petites villes du Canton. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les vignerons valaisans vont payer un très lourd tribut au gel intense survenu la semaine dernière. Les abricotiers ont également énormément souffert. Du jamais-vu de mémoire d'agriculteur.
(Image: Bénédicte) Plus...