Une décharge sauvage qui fait tache

EpalingesAlors que la Municipalité a durci sa politique de ramassage des déchets dans les écopoints, un dépotoir a vu le jour au beau milieu de la commune. «Rien à voir», assure le syndic.

Ce dépotoir est apparu au pied d’un immeuble locatif, sur le chemin emprunté chaque jour par les écoliers

Ce dépotoir est apparu au pied d’un immeuble locatif, sur le chemin emprunté chaque jour par les écoliers Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Aussi sûrement que les petits ruisseaux font les grandes rivières, les déchets abandonnés sur la chaussée forment rapidement une véritable décharge. C’est le constat que font les habitants du chemin du Bois-Murat à Epalinges, eux qui regardent, impuissants, la naissance d’un dépotoir sous les fenêtres d’un immeuble locatif depuis quelques jours.

Hasard du calendrier: depuis le début de l’année, la Municipalité a durci sa politique de ramassage des déchets aux écopoints. La formation de cette décharge sauvage, une première au beau milieu de la commune, en serait-elle la conséquence directe? «Cela n’a absolument rien à voir», assure le syndic Vert Maurice Mischler.

Les autorités ne sont au courant de ce dépotoir que depuis peu. «C’est un conseiller communal qui est venu m’en montrer des photos. Nous allons réagir et investiguer pour savoir d’où viennent ces déchets», explique le syndic. La voirie n’est pas intervenue puisque la décharge se trouve sur le domaine privé. L’autre problème, c’est qu’elle se situe sur le chemin emprunté tous les jours par des dizaines d’écoliers. «Ce n’est pas un très bel exemple, j’en conviens», confie Maurice Mischler.

Si ce dépotoir fait tache à Epalinges, c’est qu’il survient alors que les autorités ont décidé de serrer la vis en ce qui concerne le ramassage des déchets aux écopoints. Depuis janvier, les Palinzards n’ont plus le droit d’y déposer les plastiques, y compris le PET et les bouteilles de lait, le papier et les cartons. Une décision contestée par l’UDC d’Epalinges qui a déposé un postulat au Conseil communal afin que la Municipalité revienne sur sa décision. «Les déchets qui se trouvent dans ce dépotoir ne sont ni des plastiques ni des papiers. Il n’y a donc pas de cause à effet», réagit le syndic.

Dans la réponse qu’elles apporteront au postulat de l’UDC, les autorités municipales annonceront qu’elles n’entendent pas revenir sur leur décision. (24 heures)

Créé: 17.03.2017, 15h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Roger Moore nous a fait faux bond», paru le 27 mai 2017.
(Image: Valott) Plus...