A Lausanne, les derniers facteurs pédestres

Service publicParmi l’équipe de distribution de la Poste, une toute petite minorité d’employés délivrent le courrier à pied. Petite balade sur les pavés avec Véronique Demierre.

Véronique Demierre explique le plaisir qu'elle a de parcourir les rues à pied.
Vidéo: Bartek Mudrecki

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A l’aube, le défilé des facteurs sur leur scooter commence. Une armada motorisée sort du centre postal de la gare à Lausanne. Sauf que tous les postiers ne chevauchent pas des deux roues. Dans la capitale vaudoise, ils sont cinq à parcourir les rues pavées de la ville à pied pour distribuer le courrier dans les ruelles piétonnes.

Véronique Demierre fait partie de cette petite équipe de cinq messagers «à l’ancienne» depuis cinq ans maintenant: «L’un des avantages de la distribution à pied est le contact avec la clientèle, qui est plus facile à établir.» Plus aisé car la personne est facilement abordable. Il n’y a pas besoin de courir après un scooter. Et il n’est pas rare que, lors de sa tournée, que le badaud l’interpelle pour demander son chemin: «C’est même très fréquent, assure Véronique. Mais lorsque je fais une course qui n’est pas habituelle, les gens ne comprennent pas qu’on ne connaisse pas toutes les rues de Lausanne.» Le service GPS a évidemment ses limites.

Plus de sport que de flânerie

6h00, tri du courrier que Véronique dépose dans son chariot conçu sur mesure pour accueillir les caisses de la poste. Jusqu’à 12h30, distribution. Dans les différents commerces de Saint-Laurent où la factrice dépose les enveloppes, des «bonjour» en veux-tu en voilà, accompagnés de sourire. Véronique Demierre aime son travail, et surtout ces brèves rencontres: «Nous avons des contacts avec tout le monde, pas exclusivement avec les clients», tient à préciser la factrice.

Après quelques années passées sur un véhicule, Véronique a pris congé pour s’occuper de ses enfants. A son retour, à cause de problèmes de dos, elle a été dirigée vers la distribution à pied. Ce type de facteur existe à Lausanne en raison des nombreuses rues et zones piétonnes (lire ci-contre). Mais ce n’est pas forcément de tout repos: «Je ne prends jamais les bus car le chariot est trop lourd, j’emprunte toujours le métro. Un jour, le frein du chariot est resté bloqué, j’ai dû le pousser sur tout le reste du chemin, c’était sportif !»

Moins de stress

Qui aime marcher sous la pluie, contre la bise ou quand il gèle ? Personne. Service public oblige, les facteurs sortent par tous les temps: «Nous distribuons le courrier à pied même en hiver. Bien sûr il fait froid, mais nous marchons tout le temps, alors ça réchauffe. Le petit plus de faire sa tournée ainsi c’est qu’on a plus besoin de faire du fitness, on le fait pendant le travail», affirme Véronique, amusée.

Depuis quelques temps, les facteurs roulent sur des trois-roues électriques, plus confortables et ergonomiques. Mais pour Véronique, pas question de retourner sur un véhicule: «Faire la distribution à pied est moins stressant, il n’y a pas l’inquiétude et le bruit de la circulation. Le scooter ne manque pas du tout ! J’ai pris l’habitude de faire mon travail ainsi et cela me plait.» A 45 ans, Véronique n’imagine pas son travail ailleurs que bien dans ses baskets, et continuera d’user ses semelles dans les rues de Lausanne. (24 heures)

Créé: 10.04.2015, 11h25

«Les facteurs pédestres sont utiles dans les villes historiques»

Non, faire la distribution à pied n’est pas une volonté de la Poste de jouer sur la corde nostalgique et son aspect traditionnel suranné. En Suisse, sur 14'000 facteurs, ils sont seulement 146 à effectuer leur tournée sans véhicule motorisé, pour des raisons urbanistiques principalement: «A Lausanne, comme dans beaucoup de villes historiques, il y a des zones piétonnes, interdites aux scooters, et les facteurs pédestres sont utiles de ce point de vue-là», explique Nathalie Dérobert Fellay, porte-parole de l’ex-régie.

Sur des parcours limités comme les centres-villes, «la distribution à pied est aussi plus rationnelle.» Et même s’il s’agit d’un service public, l’entreprise n’a pas le droit de circuler dans les rues où les véhicules sont prohibés, et se plie à la législation en vigueur. Alors que des changements se profilent à la Poste, «le métier de facteur pédestre n’est pas voué à disparaitre», assure la porte-parole.

Articles en relation

La Poste lance un essai de distribution à la carte

Service public Le géant jaune veut sonder les souhaits de sa clientèle dans le Nord vaudois et la Broye. Quelque 45'000 ménages sont concernés. Plus...

La Poste affronte à Berne un tir nourri à gauche comme à droite

Service universel L’essai de distribution à la carte et la restriction de la desserte des fermes isolées ont mis le feu aux poudres Plus...

Fini le «bric-à-brac» en vente à La Poste?

Recentrement Le géant jaune teste dès avril une offre réduite dans 20 offices, dont sept en Suisse romande. Les articles pour ménage ou voiture disparaîtront, mais papeterie et livres resteront. Plus...

Rumeurs sur une nouvelle fermeture de La Poste

Lausanne Les élus lausannois ont entendu parler d’une fermeture du bureau de la Bourdonnette. Une rumeur infondée, selon La Poste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...