La guerre des promoteurs met la tour verte en stand-by

Chavannes-près-RenensAlors que le chantier du quartier des Cèdres vient d’être inauguré, Bernard Nicod s’en prend vivement à Avni Orllati.

Si le chantier du quartier des Cèdres a débuté, la première pierre de la tour végétalisée de 117 mètres est encore bien loin d’être posée.

Si le chantier du quartier des Cèdres a débuté, la première pierre de la tour végétalisée de 117 mètres est encore bien loin d’être posée. Image: SYTHESE: STEFANO BOERI ARCHITECTES - ORLLATI SA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On ne posait pas une première pierre. On plantait une première graine. Nuance. Lundi à Chavannes-près-Renens, le groupe immobilier Orllati inaugurait officiellement la première étape d’un chantier pour le moins attendu, celui du quartier des Cèdres. La référence arboricole était toute trouvée: ce projet comprend la construction d’une tour d’habitation de 117 m, dont la particularité sera d’être plantée d’arbres sur toute sa hauteur.

Mais alors que les travaux qui battent leur plein actuellement portent sur trois bâtiments situés au pied du futur building, la première pierre de cette pièce maîtresse n’est quant à elle pas encore posée, loin de là. C’est qu’entre Avni Orllati et Bernard Nicod, les deux entrepreneurs qui se partagent ce projet à 700 millions de francs, le torchon brûle.

Sur 17 bâtiments en projet dans le quartier des Cèdres, seuls trois sont en construction. Trois autres attendent encore leur permis de construire, ouvrant la voie à une deuxième phase de chantier. Sur ces deux premières étapes, Avni Orllati, propriétaire des terrains, a les coudées franches. Mais il en va tout autrement pour la suite des opérations. «En principe, la troisième étape sera celle de la tour, explique le porte-parole du groupe Orllati, Marc Comina. Sa mise à l’enquête se fera après qu’un accord aura été trouvé avec l’autre détenteur des droits à bâtir.»

Une entente envolée
Mais celui-ci n’est autre que Bernard Nicod, et c’est peut-être là que le bât blesse. Après le vote surprise du 9 février 2014, qui avait vu Chavannes-près-Renens donner son feu vert à la construction de la tour, le promoteur immobilier lausannois et Avni Orllati avaient présenté ensemble, fin 2015, le projet lauréat du concours d’architecture.

Près de deux ans plus tard, cette entente n’est plus qu’un lointain souvenir. Aux réjouissances organisées lundi par Avni Orllati, Bernard Nicod faisait figure de grand absent. Par voie de communiqué, il a néanmoins décidé de nous exprimer sa pensée l’après-midi même: «La confiance et la collaboration établies entre les deux promoteurs du quartier des Cèdres, Avni Orllati et moi-même, se sont altérées dans les mois qui ont suivi le vote des Chavannois», écrit-il dans ce texte en forme de mise au point.

Bernard Nicod déballe
L’entrepreneur lausannois avance trois explications à ce désamour. Premier objet de contentieux: la hauteur de la tour. Alors que le plan de quartier fixe un maximum de 140 mètres, le référendum a été accepté sur la base d’un engagement à limiter la hauteur à 117 mètres. Selon Bernard Nicod, Avni Orllati aurait pourtant tenté d’ouvrir le concours d’architecture pour la construction d’un bâtiment de 140 mètres. «Cette remise en cause de la parole donnée a, je dois le dire, ébranlé ma confiance», écrit Bernard Nicod.

L’entrepreneur livre également une deuxième explication. En 2015, le Tribunal arbitral du sport (TAS) avait évoqué la possibilité d’un déménagement à Chavannes-près-Renens, précisant que cette piste n’était «pas encore finalisée.» Elle ne le sera jamais, l’institution ayant choisi de rester à Lausanne.

Bernard Nicod désigne le responsable de cette occasion manquée: «Le TAS était prêt à s’installer dans le quartier des Cèdres, sur un terrain appartenant à Avni Orllati, et dont le TAS aurait fait l’acquisition. Le prix de vente du terrain ayant été fixé par le propriétaire, j’ai réalisé un important et patient travail de conviction auprès des responsables du TAS. Dès que leur décision d’établir leur siège à Chavannes-près-Renens a été prise, Avni Orllati n’a cessé de faire monter les enchères et de multiplier les exigences. A tel point que le TAS a fini par renoncer à venir s’installer dans le quartier des Cèdres.»

Droits à bâtir disputés
Le Tribunal arbitral aurait-il flairé le risque de mettre un doigt dans les braises? «Le TAS s’était engagé avec conviction dans ce projet mais s’est finalement retiré pour diverses raisons, réagit en tout cas son secrétaire général, Matthieu Reeb. En particulier, les divergences de vues entre les deux promoteurs étaient susceptibles de freiner considérablement le projet d’implantation du TAS, ainsi que le développement de ce nouveau quartier dans son ensemble.»

La troisième pomme de discorde porte sur la répartition des droits à bâtir. Selon le groupe Orllati, sur l’ensemble des terrains du futur quartier des Cèdres, Bernard Nicod n’en possède que 20%, contre 80% qui lui reviennent. Bernard Nicod, lui, soutient que ce dernier chiffre dépasse en réalité tout juste 71%, relevant que la propriété d’une parcelle est encore disputée entre les deux hommes. Ces contestations doivent être tranchées par la justice, indique son communiqué.

La tour végétalisée de Chavannes-près-Renens attend toujours de connaître la date de son premier coup de pioche, initialement annoncé pour le début de cette année. «La tour aurait pu être mise à l’enquête publique il y a plusieurs mois déjà», s’énerve Bernard Nicod, qui assure être toujours attaché à la construction de l’édifice. Le bâtiment apparaît en tout cas comme la première victime connue d’une guerre froide en passe de se réchauffer, avec Avni Orllati. (24 heures)

Créé: 19.06.2017, 21h53

Articles en relation

Du plan de quartier à l’habitat, hâte-toi lentement

Chavannes Près de deux ans après le vote sur la tour des Cèdres, rien de visible dans le futur quartier. Plus...

Chavannes s’est choisi une tour qui fait déjà sa fierté

Urbanisme Le bureau milanais de l’architecte Stefano Boeri sera l’auteur de la «forêt verticale» qui sortira de terre au quartier des Cèdres dès 2017. Un ouvrage à 200 millions qu’on verra de loin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les Suisses dindons de la farce du roaming, paru le 24 juin
(Image: Valott) Plus...