L’histoire de l’informatique tente d’assurer son avenir

Appel aux donsLe numérique est aussi un patrimoine. C’est en ce sens que le Musée Bolo lance une collecte afin de pérenniser son existence, à Lausanne ou ailleurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pénétrer dans le local de stockage du Musée Bolo, à Lausanne, c’est un peu comme visiter le garage d’un brocanteur. A la différence que seules les étagères y sont faites de bois. Ici, les trésors du passé sont de nature numérique puisque la petite institution collectionne tout ce qui a trait au monde de l’informatique, des premiers ordinateurs aux consoles de jeux, en passant par toute une littérature d’époque et des logiciels. Mais cette collection est menacée, faute de rentrées d’argent. La fondation qui gère ce petit musée lance un appel aux dons afin d’assurer son avenir.

Les rares exemplaires de la première machine conçue par Apple se négocient aujourd’hui aux environs de 1 million de dollars. Voilà pour ceux qui doutaient de la valeur patrimoniale que représentent les vestiges de l’informatique. Mais cette valeur n’est pas que monétaire. Avec son exposition permanente sur le site de l’EPFL, le Musée Bolo interroge la place de l’informatique dans la société, ainsi que son avenir. Cette exposition n’est pas menacée, au contraire de l’entrepôt qui abrite le trésor. «La société d’informatique ELCA, qui nous a mis gracieusement ces locaux à disposition pendant quinze ans, ne compte plus en assurer les frais», dit Yves Bolognini, fondateur du musée.

Pour trouver les 40 000 francs nécessaires au paiement d’un loyer annuel, la Fondation Mémoires Informatiques lance une collecte de fonds par Internet. Mais c’est quelque 200 000 francs qu’espèrent réunir les bénévoles. De quoi tenir quelques années.

«L’étape suivante consistera à nous professionnaliser et construire un véritable Musée du numérique»

C’est que le projet de faire du Musée Bolo une véritable institution culturelle existe. Pour l’heure, l’exposition à l’EPFL – en libre accès – ne génère aucun revenu. «L’étape suivante consistera à nous professionnaliser et construire un véritable Musée du numérique», dit Yves Bolognini. Lundi, en conférence de presse, plusieurs personnalités étaient présentes pour montrer leur soutien. L’ancienne syndique de Lausanne Yvette Jaggi, l’ancien conseiller d’Etat François Marthaler ou encore le député Laurent Baillif, qui a déposé une motion au Grand Conseil afin de «Sauver le Musée Bolo!»

En attendant son traitement devant le parlement vaudois, le projet avance à pas mesurés. «Nous sommes en discussions avec plusieurs communes», dit François Marthaler. Mais le projet d’un vrai musée de l’informatique prendra peut-être forme à Bussigny où le développement d’un quartier promet une place aux activités muséales.

Cette étape, dont l’horizon se situe dans les cinq prochaines années, permettra à l’une des plus importantes collections en Europe de générer des revenus grâce à sa billetterie. Des services tels que le décryptage de données sur des supports périmés sont aussi envisagés. De quoi régler la question du loyer pour le local de stockage de l’avenue Ruchonnet, à Lausanne. (24 heures)

Créé: 15.05.2017, 20h57

Infos:

Un site pour les dons: www.go.bolo.ch

Chaque donateur reçoit une contrepartie: depuis la carte postale pour 20 fr., jusqu’à la réplique du Apple 1 pour un don de 20 000 fr.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

De nombreux enfants et adolescents assistaient au concert d'Ariana Grande, délibérément visé par l'attaque, selon la première ministre Theresa May. La plus jeune victime s'appelait Saffie Rose Roussos. Elle avait 8?ans.
(Image: Bénédicte) Plus...