Lausanne vend 500 plantes exotiques à Aquatis

FloreOrchidées et cactus communaux intègrent la future cité de l’eau douce, en construction à Vennes.

Une grande partie des cactus de l’Etablissement horticole de Lausanne (ici ceux l’Orangerie, en 2015) vont avoir un nouveau public. Aquatis récupère le contenu des deux serres communales dédiées aux plantes exotiques.

Une grande partie des cactus de l’Etablissement horticole de Lausanne (ici ceux l’Orangerie, en 2015) vont avoir un nouveau public. Aquatis récupère le contenu des deux serres communales dédiées aux plantes exotiques. Image: FLORIAN CELLA - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elles ont quitté les serres communales de la Bourdonnette pour garnir celles d’Aquatis. La Ville de Lausanne a vendu 500 plantes exotiques au Groupe BOAS, constructeur de la future cité de l’eau douce dont l’ouverture est annoncée pour le 30 septembre, à Vennes. Il s’agit essentiellement d’orchidées, de fougères et de cactus, conservés jusqu’ici au sein de l’Etablissement horticole, le coffre-fort végétal de la capitale vaudoise. Deux serres étaient dédiées à leur croissance.

A l’heure où nous écrivions ces lignes, la Ville attendait le feu vert de BOAS pour communiquer le montant de la transaction. «Je peux vous dire que nous n’avons pas bradé ces plantes, indique Etienne Balestra, chef du Service des parcs et domaines lausannois. Nous les avons vendues au prix du marché, après évaluation par des spécialistes. Ce sont de belles plantes, mais rien d’assez exceptionnel pour rivaliser avec les jardins botaniques.»

Dans la serre des crocos

Lesdits jardins botaniques manquaient de toute façon de place pour accueillir une collection dont la Ville songe depuis un moment à se séparer.

En pressentant qu’Aquatis pouvait être intéressé par ce butin, le Service des parcs et domaines a visé juste. Le plus grand aquarium-vivarium de Suisse comprend une serre tropicale amazonienne de 530 m2 – futur repaire des crocodiles – qu’il faut bien habiller. D’autres animaux originaires d’Afrique, d’Asie du Sud-Est et d’Australie profiteront des végétaux. «Nous les utiliserons notamment dans les terrariums des grenouilles et des serpents arboricoles, détaille Michel Ansermet, le «Monsieur Reptiles» d’Aquatis. Cette vente évite de faire venir des plantes depuis l’étranger. C’est parfait!»

«La Municipalité a estimé que ce n’était pas la vocation de Lausanne d’entretenir une collection de plantes exotiques»

L’opération permet aux cactus, fougères et orchidées d’élargir le groupe de leurs admirateurs. Même si les serres qui les abritent sont ouvertes au public, les visites étaient rarissimes: une poignée de curieux par année.

Cette vente permet surtout à la Ville d’amorcer un tournant dans ses cultures en s’orientant vers la production d’espèces vivaces indigènes. «La Municipalité a estimé que ce n’était pas la vocation de Lausanne d’entretenir une collection de plantes exotiques, explique Etienne Balestra. Cela n’a pas de sens en termes de biodiversité. Cette vente permet de libérer de la place. Nous avions vraiment besoin d’espace pour recentrer le travail de l’Etablissement horticole vers sa mission, à savoir produire des plantes destinées à l’embellissement de la ville et au développement de la biodiversité.»

La fin des palmiers?

On l’aura compris, la mode n’est plus aux plantes exotiques dans les parcs lausannois. Les autorités se penchent actuellement sur le destin de ses célèbres palmiers, extraits chaque printemps de l’Orangerie pour égayer la ville. «Cette tradition correspondait à une logique d’agrément de l’époque, note Etienne Balestra. Les choses ont changé.»

Développement durable oblige, il est question de munir les serres communales de nouveaux verres permettant à la fois d’améliorer la croissance des végétaux et de produire de l’électricité grâce à l’énergie solaire. L’EPFL planche sur le sujet. (24 heures)

Créé: 18.05.2017, 19h52

Articles en relation

Les bébés crocodiles sacrés se montreront fin septembre

Lausanne L’ouverture d’Aquatis est reportée de trois mois. Michel Ansermet, ex-patron du Vivarium, réintègre le projet. Plus...

Aquatis coûtera plus cher mais le projet tient l'eau

Lausanne Le groupe Boas qui construit la Cité de l’eau à Vennes se bat pour éviter d’éclater le budget. Plus...

Aquatis, la cité de l'eau douce, émerge à Vennes

Titanesque Le plus grand aquarium-vivarium de Suisse ouvre ce printemps. Visite guidée du chantier avec la directrice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Accéder à une importante responsabilité politique au sein d'une autorité publique peut avoir des conséquences sur la vie professionnelle du conjoint.
(Image: Bénédicte) Plus...