PLR et UDC aimeraient croquer du Vert’libéral

Lausanne et région Gros-de-Vaud Les huit députés du centre du canton se représentent. Mais plusieurs facteurs ouvrent le jeu

La campagne électorale foisonne de candidats dans le cœur du canton.

La campagne électorale foisonne de candidats dans le cœur du canton. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si les huit députés actuels du Gros-de-Vaud sont tous prêts à rempiler, les jeux sont loin d’être faits. Le siège du député Vert’libéral Régis Courdesse est en effet l’objet des convoitises assidues de la droite.

L’UDC est ambitieuse
Sa réélection est d’abord contestée par l’UDC, premier parti dans le Gros-de-Vaud lors de la dernière élection du Grand Conseil avec 20,74% des voix. «Bien sûr que l’on veut ce 3e siège, confirme Michaël Buffat, responsable de la campagne des agrariens dans le district. On l’aura et il sera en plus très agréable à prendre», prédit le conseiller national en adressant une pique à ses alliés théoriques dont son parti n’a pas voulu pour la course au Conseil d’Etat.

Le PLR cherche à se renforcer
Du côté des alliés libéraux-radicaux, l’attaque est moins personnelle. La priorité est plutôt de retrouver le 3e siège qu’ils détenaient sous forme de partis séparés jusqu’en 2007. Cette année-là, c’est en effet un radical qui a fait les frais de l’élection au Grand Conseil d’une certaine Béatrice Métraux. La future conseillère d’Etat fut en effet la première représentante des Verts élue au Législatif cantonal dans ce district.

Centre divisé
Un autre élément risque d’influencer le sort du député Courdesse, en fonction depuis 2004: le fait qu’il se présente cette fois hors de la liste de l’Alliance du Centre. Cette dernière sera en effet emmenée par l’ancienne députée PDC Jaqueline Bottlang. L’ancienne syndique de Villars-le-Terroir rêve de retourner au Grand Conseil après avait perdu son siège en 2012 pour 54 petites voix. Les deux listes sont apparentées, mais difficile de dire si ce dédoublement permettra de ratisser un électorat plus large (11,21% de voix pour la liste unique en 2012) ou, au contraire, de le diviser.

Concurrence interne à gauche
Ces préoccupations ne concernent visiblement pas la gauche. «Notre but est de conserver nos sièges», annonce le président du PS Gros-de-Vaud, en précisant que dans son parti les sièges importent plus que les personnes qui les occupent. Sébastien Lehmann souligne aussi que ce but inclut le siège des alliés Verts. Mais dans un cas comme dans l’autre, les noms des occupants pourraient peut-être changer. Entrée au Grand Conseil en octobre 2015 en remplacement de Jean-Robert Yersin, Isabelle Freymond n’avait en effet distancé Sébastien Lehmann que de 19 voix lors de l’élection 2012. La prime au sortant sera-t-elle suffisante pour lui permettre de poursuivre le mandat qu’elle vient de débuter? Chez les Verts, le danger viendra aussi d’abord de l’intérieur pour le député Michel Collet. D’abord parce que la conseillère d’Etat Béatrice Métraux jouera encore une fois les locomotives de liste. Théoriquement, en cas de non-élection au Conseil d’Etat, elle pourrait donc siéger au Grand Conseil au lieu de céder sa place au premier vient-ensuite comme elle l’avait fait en 2012. Mais aussi parce Michel Collet devra affronter la candidature d’Alberto Mocchi qui préside désormais le parti à l’échelon vaudois.

Trois tendances à deux listes
La seule chose claire dans le Gros-de-Vaud est donc que les électeurs auront le choix entre six listes, apparentées par paires (PS-Verts, PLR-UDC et AdC-Vert’lib.). De quoi représenter schématiquement les trois tendances politiques majeures: gauche, centre et droite. Pour le reste, le débat de mardi soir (lire ci-contre) permettra aux candidats de mieux se profiler sur des thèmes comme l’implantation d’éoliennes, le développement économique ou les finances communales. (24 heures)

Créé: 18.03.2017, 13h31

Notre débat

Les candidats à la question

24 heures sera au plus près des électeurs durant la campagne. Notre deuxième débat avec les candidats au Grand Conseil aura lieu ce mardi 21 mars dès 19 h à l’aula du Collège des Trois Sapins à Echallens. Entrée libre, apéritif offert par les partis à la sortie. Les thèmes suivants seront abordés: implantation d’éoliennes, développement économique, force politique du district et finances communales. Nous sommes également présents sur les réseaux sociaux, autour de #VD2017.

Articles en relation

Les 15 candidats au Conseil d'Etat

Elections cantonales 2017 Découvrez les 15 candidats au 1er tour de l'élection au Conseil d'Etat, le 30 avril 2017. Plus...

Quinze Vaudois rêvent du Conseil d'Etat

Elections cantonales Le dépôt des listes arrivait à échéance ce lundi. 15 candidatures ont été enregistrées, dont celles de six ministres sortants Plus...

Les quatre enjeux derrière le duel socialiste-UDC

Elections cantonales Quinze Vaudois, dont six ministres sortants, ont déposé leur candidature lundi. L’enjeu majeur réside dans l’affrontement entre Cesla Amarelle et Jacques Nicolet. Mais ce n’est pas le seul. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...