Le mystère du mur à moitié propre

LausanneLe canton de Vaud et la Ville de Lausanne se partagent le mur de Pierre-Viret. L’une a nettoyé sa partie. L’autre pas.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce pourrait être une publicité comparative pour une lessive qui lave les murs plus blancs. Prenez celui de Pierre-Viret à Lausanne, dédié au célèbre prédicateur vaudois, qui étale sa molasse au pied de la Cité depuis le début du XXe siècle. D’un côté, il apparaît tout propre depuis peu, ripoliné, briqué comme un sou neuf. De l’autre, et la frontière s’avère d’une précision tout helvétique, ses pierres rutilent nettement moins, encrassées qu’elles sont toujours par la pollution et les éléments.

Mal aux yeux

Si cette différence fait presque mal aux yeux, son origine prête à sourire: le Canton de Vaud et la Ville de Lausanne sont tous les deux propriétaires d’une partie du mur en question. L’une vient de le bichonner. L’autre pas.

Lausanne, qui possède les deux extrémités du mur sur 70 mètres, peut désormais s’enorgueillir du bout le plus blanc. Les travaux viennent tout juste de se terminer. «Ils étaient planifiés depuis longtemps. L’intervention a notamment consisté à le nettoyer et à le consolider pour éviter les chutes de pierres sur les véhicules», explique David Payot, municipal lausannois des écoles, qui comptent justement, parmi leur parc immobilier, le mur de Pierre-Viret. Sauf qu’au départ ces travaux avaient été préparés en concertation avec le Canton, qui en détient 100 mètres, juste en dessous de la parcelle du Gymnase de la Cité.

«Décision a été prise de restaurer la partie du mur «Etat» lorsque nous entreprendrons les travaux sur le Palais de Rumine»
Philippe Pont, chef du Service immeubles, patrimoine et logistique (SIPAL) du canton de Vaud

Philippe Pont, chef du Service immeubles, patrimoine et logistique (SIPAL) du canton de Vaud, confirme: «Nous étions au courant de ce projet de restauration. Une parfaite coordination a eu lieu entre le service de la Ville et le mien.»

Sauf qu’au dernier moment le Canton a décidé de ne pas entreprendre les travaux en même temps que Lausanne, alors qu’ils auraient pu être rationalisés en profitant des mêmes échafaudages et des mêmes ouvriers qualifiés.

Deux raisons

Philippe Pont avance deux raisons à ce report. La première, c’est une question de priorité: d’autres entretiens s’avèrent plus pressants. La seconde, c’est qu’il n’y a pas d’urgence. «Décision a été prise de restaurer la partie du mur «Etat» lorsque nous entreprendrons les travaux sur le Palais de Rumine, notamment l’entretien et le nettoyage des façades de cette vénérable bâtisse», explique le chef du SIPAL. Des travaux qui sont en cours de planification mais qui ne pourront être conduits qu’une fois le nouveau Musée cantonal des beaux-arts en service. La restauration du mur de l’esplanade de la Cité, entre le Parlement et le Château Saint-Maire, est aussi dans l’air. «Lui mérite grande attention», estime Philippe Pont.

La différence entre le bout de mur de la Ville et celui du Canton s’atténuera avec le temps, gentiment. «En attendant, on voit bien quelle partie est propre et laquelle ne l’est pas», confie David Payot. (24 heures)

Créé: 08.12.2016, 16h00

Articles en relation

Lausanne se porte au chevet du mur Pierre-Viret

Patrimoine Des travaux de réfection d’une portion du mur dédié au célèbre prédicateur vaudois sont en cours et dureront jusqu'à la fin du mois. Plus...

Pierre Viret, réformateur retrouvé

Histoire Cinq siècles après sa naissance, Pierre Viret est réhabilité dans son rôle décisif de moteur du protestantisme en terre vaudoise. Un combat bien plus rude que la version officielle ne l’enseignait jusqu’ici. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les villes font face aux canicules, paru le 23 juin
(Image: Bénédicte) Plus...