Le Marché de Noël d’Yverdon fait encore jaser

FêteLa manifestation cherche un second souffle et n’est pas épargnée par la critique. Les organisateurs en tirent un bon bilan, notamment côté restauration.

Le Marché de Noël ne fait toujours pas l’unanimité auprès des Yverdonnois.

Le Marché de Noël ne fait toujours pas l’unanimité auprès des Yverdonnois. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Paix sur la place Pestalozzi aux hommes de bonne volonté. Eh bien, il y a encore du chemin à faire. Le Marché de Noël d’Yverdon boucle aujourd’hui son édition 2016, éreinté – ça devient une tradition – par une série de polémiques et de critiques. Jeudi soir, l’organisateur Giorgio Restelli gardait toutefois le sourire: «Moi, je vois tout ce monde et cette bonne ambiance, c’est ça qui compte», dit-il en embrassant du regard le bar à huîtres, foie gras et vin chaud, fort bien peuplé. De quoi le réconforter.

Car tout n’a pas été si rose depuis le 2 décembre, jour d’ouverture. Discuter avec des badauds et des exposants permet de saisir des nuances de perceptions de l’événement. «Morne», voire «mortel» certains jours, assure-t-on. «Oui, il y a du monde aux stands de nourriture, constate un client régulier. Mais si on regarde vers les chalets, c’est assez désert.»

Pire que l'année dernière

Plus loin, une fidèle exposante souhaitant rester anonyme grimace devant son tiroir-caisse. «Ce n’est qu’aujourd’hui que je rentre dans mes frais, en comptant la location du chalet à 2400 francs et le matériel. C’est pire encore que l’année dernière, qui était déjà mauvaise. En quatre ans, mon chiffre d’affaires a chuté de plus de 40%.» Elle n’est pas la seule. Mais l’organisateur Giorgio Restelli, omniprésent sur place, tempère: «Quelques-uns disent cela, oui. Mais 80% réservent déjà pour l’année prochaine.» Quant à la fréquentation, reprend-il, «elle est comme d’habitude: faible en début de semaine, et ça progresse jusqu’au boum du week-end.»

Manque d'animations

Des exposants expriment aussi des regrets sur le manque d’animations, que Giorgio Restelli lui-même qualifie de «point faible», en précisant qu’il n’en est pas le responsable. C’est en effet La boîte d’events Sàrl, du Mont-sur-Lausanne, qui s’occupe de cet aspect, selon la convention tripartite passée avec la Ville. Son directeur Christian Jean est surpris: «Cette critique nous avait déjà été faite l’an dernier, mais on s’est remis en question en améliorant le volet animations et communication. Le programme a été présenté il y a longtemps à nos partenaires sans susciter de réactions, dit-il. Peut-être qu’il n’y avait rien d’éclatant, de spectaculaire, mais on a mis l’accent sur les ateliers pour enfants les mercredis et samedis, et ça a bien marché. Il y avait des balades à dos d’âne les dimanches, et on a aussi eu la visite du Père Noël en calèche, de la sculpture sur glace, la venue du camion Coca-Cola sur la promenade Auguste-Fallet, etc.»

Restauration réussie

Côté restauration, observe Giorgio Restelli, ça a mieux fonctionné que l’an dernier. Les deux responsables du restaurant d’Y-Parc, qui ont obtenu cette année la gestion du resto éphémère des Caves du Château, «ont fait un travail fantastique et très pro. Un vrai succès», félicite le boss du Marché de Noël.

Cela dit, c’est bien dans la marmite à vin chaud qu’a bouillonné la polémique de cette édition 2016. Sur la place Pesta, aucun stand de boissons et nourriture n’était tenu par des Yverdonnois. Au grand dam du patron du Trèfle Gourmand, Olivier Freymond, historique tenancier d’un chalet du Marché de Noël qui, l’an dernier, exploitait aussi les Caves du Château. Se sentant snobé cette année par l’organisateur lausannois, il a sonné la révolte sur le groupe Facebook «T’es d’Yverdon si» (près de 9000 membres). S’y sont propagées moult critiques, par exemple sur le peu de partenaires locaux de l’événement ou la qualité du vin chaud servi avec exclusivité sur le site de la fête. Un appel au boycott des stands de restauration a même été lancé. Provoquant la colère d’exposants yverdonnois, qui craignaient d’en subir les conséquences sur leurs propres ventes, à force de voir la fête ainsi dénigrée.

Le Marché de Noël d’Yverdon sait décidément mettre l’ambiance dans la ville.

Créé: 23.12.2016, 20h55

Articles en relation

Le marché de Noël morgien file à Montreux

Commerce Privé de son lieu d’accueil dans les halles CFF en 2017, la manifestation quittera Morges pour la Riviera. Plus...

Un marché de Noël pour prendre son temps

La Tour-de-Peilz La 2e édition de Noël en fête à La Tour-de-Peilz accueillera, dimanche 18 décembre de 9 h à 18 h, plus de 120 exposants et artisans. Plus...

Du nouveau sur l’étal des marchés de Noël

La Côte Le marché de Noël de Morges vit sa dernière édition aux halles CFF. Deux nouvelles manifestations voient le jour à La Côte. Plus...

Sérieux débriefing à faire

Le syndic Jean-Daniel Carrard est stoïque face aux crispations qui entourent le Marché de Noël. La question sensible reste le peu de partenaires locaux parmi les vendeurs de crêpes et autres churros. «Nous allons débriefer au plus tôt pour voir si la convention a été respectée sur ce point, dit-il. Ce qui est sûr, c’est que cette année, les organisateurs nous ont transmis tardivement des infos pour validation. Ça ne doit pas se reproduire.» La convention lie la Ville avec les deux Lausannois Giorgio Restelli et Robert Bruchez (organisateurs du Marché de Noël de Lausanne) et la société La boîte d’events. Elle porte sur les éditions 2015, 2016 et 2017.
Cela fait un bail que la manifestation est malmenée. La disposition des chalets, du temps où ils étaient plus nombreux, était une source récurrente de bisbilles entre commerçants, exposants et Municipalité. Lassé de ne pas être soutenu par la Ville, l’ancien organisateur a jeté l’éponge en 2014, poussant les autorités à faire appel au duo lausannois avec qui ils ont ensuite signé pour trois éditions supplémentaires. La nouvelle formule ne suscite toujours pas l’enthousiasme.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les vignerons valaisans vont payer un très lourd tribut au gel intense survenu la semaine dernière. Les abricotiers ont également énormément souffert. Du jamais-vu de mémoire d'agriculteur.
(Image: Bénédicte) Plus...