Le Musée du fer s'est forgé une réalité augmentée

VallorbeL'institution de Vallorbe se visite désormais en compagnie du dieu Vulcain et du chef de gare de 1870. Dépoussiérée et dotée d'une application pour smartphone, le Musée veut redynamiser son image.

La nouvelle application du Musée du fer a été conçue pour immerger le visiteur dans les forges d'alors. Pour aiguiser son image, le musée a également refondu son site internet amélioré plusieurs de ses salles.

La nouvelle application du Musée du fer a été conçue pour immerger le visiteur dans les forges d'alors. Pour aiguiser son image, le musée a également refondu son site internet amélioré plusieurs de ses salles. Image: Erwan Le Bec

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand Jean-Marius Chaulmontet, chef de gare en 1870, et le génie des forges, à savoir le dieu Vulcain en personne, prennent le soin de vous décrire une masse de clous, elle prend soudain une tout autre dimension. C’est d’ailleurs l’effet visé par le Musée du fer et du chemin de fer de Vallorbe.

Téléchargeable sur le site du musée, elle doit permettre d’enrichir la visite habituelle au moyen de vidéos, de sons, d’images d’archives et d’immersions toutes soignées dans le fracas des marteaux et l’odeur de fumée des vieilles forges. «On voulait redynamiser notre image et proposer une autre façon de visiter le musée», précise le conservateur, Simon Leresche. En fin de parcours, l’application invite le visiteur à aller à la rencontre des forgerons actifs sur place.

Avec la rénovation complète du site Web de l’institution, de son entité graphique, l’ajout d’écrans dans la salle des trains électriques ou encore la refonte de la dernière pièce du vieux complexe, le musée compte bien faire un appel du pied à ses visiteurs: depuis plusieurs années, la fréquentation stagne avec 10 000 entrées par an. «Il faut qu’on trouve une manière de faire revenir les gens qui sont venus ici en course d’école», réfléchit le conservateur.

L’opération a été devisée à 175 000 francs, financés par la Loterie Romande et grâce à la loi sur l’appui au développement économique.


Le musée ouvre ce samedi 19 mars sa haute saison. Avec dégustation de produits du terroirs: jambon du Fort de Vallorbe, vin de la région, bières artisanales, salami de bison et fromage vieilli dans les grottes. De 10h à 18h. (24 heures)

Créé: 17.03.2016, 11h40

Articles en relation

La fameuse inondation de 1912 produira de l’énergie

Vallorbe Il y a un siècle, une source avait failli noyer le tunnel du Mont-d’Or. Elle sera captée d’ici à 2017 par une centrale hydroélectrique. Plus...

Un castor croque les roues à aubes du Musée du fer

Vallorbe La réplique historique d’une roue hydraulique a été la cible de l’animal. Les dégâts sont minimes, mais la réparation s’annonce complexe Plus...

La fascination pour les couteaux ne s’émousse pas

Vallorbe La fine lame des couteliers se réunira ce week-end sur le site des Grandes Forges pour le dixième festival dédié au couteau. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les vignerons valaisans vont payer un très lourd tribut au gel intense survenu la semaine dernière. Les abricotiers ont également énormément souffert. Du jamais-vu de mémoire d'agriculteur.
(Image: Bénédicte) Plus...