Numerik Games cherche à s’étendre au-delà du centre-ville

Yverdon-les-BainsSi le festival «off» ne devrait pas quitter la vieille ville, les événements payants du festival pourraient être organisés ailleurs en ville.

La première édition de Numerik Games a rencontré un joli succès en septembre dernier.

La première édition de Numerik Games a rencontré un joli succès en septembre dernier. Image: CHRISTIAN BRUN - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Et si le festival Numerik Games allait voir ailleurs, un peu plus loin qu’autour des ruelles pavées du centre historique d’Yverdon? La question est d’actualité selon la Société industrielle et commerciale d’Yverdon (SIC), qui soutient cet événement. Son président Laurent Gabella l’a mentionné mardi lors de l’assemblée générale annuelle. Tout en précisant qu’en aucun cas la manifestation ne déserterait le centre-ville du chef-lieu nord-vaudois.

Directeur artistique de l’événement dont la première édition a eu lieu en septembre, Marc Atallah confirme: «Quoi qu’il arrive, il y aura toujours une présence marquée de Numerik Games au centre. Sans doute même toute la partie «off» du festival.»

Pour la partie payante en revanche, des changements pourraient intervenir. Les explications du directeur tournent autour de la question financière. «La première édition a généré un bénéfice de 60 000 francs. La plus grande partie provient des événements mis sur pied au château. Or, la fréquentation y est limitée à 500 personnes, normes de sécurité ECA obligent.» Difficile donc de faire mieux, à moins d’augmenter le prix du billet, ce qui n’est pas prévu.

La question de gros sous est d’autant plus d’actualité que Numerik Games a vu cette année – c’était prévu – la contribution communale passer de 150 000 fr. à 90 000 fr. «Et le soutien octroyé par le Canton et Pro Helvetia ne court encore que pour les deux prochaines éditions…»

Déménagement partiel?

L’association s’est donc mise en quête de solutions pour assurer sa pérennité. «Nous réfléchissons à un lieu pour nos rendez-vous payants. Ils ne sont pas légion à Yverdon», reprend Marc Atallah. Le Parc des Rives présente l’avantage de pouvoir accueillir beaucoup de monde. Mais pour les projections, il nécessiterait la mise en place de toute une infrastructure. Raison pour laquelle les yeux se tournent vers Y-Parc. «Rien n’est signé. Nous devons obtenir l’accord de la Ville, que nous rencontrerons ces prochains jours, et celui des propriétaires fonciers d’Y-Parc.» Un déménagement partiel est-il envisageable pour l’édition 2017 déjà? Tout est possible, affirme le directeur artistique: «Mon but, c’est qu’il y ait du monde, que le public soit content et que la manifestation rayonne.» (24 heures)

Créé: 29.03.2017, 06h58

Articles en relation

Raphaël Domjan s’entraîne au festival Numerik Games

Yverdon-les-Bains Dans le cadre du festival numérique, l’éco-aventurier a inauguré le simulateur d’avion solaire, en partie développé par la HEIG-VD, avec lequel il se prépare pour son vol stratosphérique. Plus...

Numerik Games, le festival qui doit faire rayonner Yverdon

Evénement La Ville cherchait depuis longtemps une manifestation qui fasse parler d’elle. Elle mise sur un thème inédit. Première édition ce week-end. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le corps de Dali exhumé, paru le 21 juillet.
(Image: Bénédicte) Plus...