Vallorbe offre une victoire symbolique aux éoliennes

RéférendumAvec 57,5% de oui, les Vallorbiers acceptent le parc éolien Sur Grati. Ce vote avait valeur de test.

Les gagnants du jour: Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe, Etienne Candaux, syndic de Premier, Martine Favre, directrice de VO Energies, Claude Languetin, syndic de Vaulion, et Claude Recordon, ancien syndic d’Orbe et président du conseil d’administration de VO Energies.

Les gagnants du jour: Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe, Etienne Candaux, syndic de Premier, Martine Favre, directrice de VO Energies, Claude Languetin, syndic de Vaulion, et Claude Recordon, ancien syndic d’Orbe et président du conseil d’administration de VO Energies. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vallorbe a dit oui. Hier, 57,5% des votants de la cité du fer ont accepté le plan partiel d’affectation (PPA) régissant le parc éolien Sur Grati. Devisé à 60 millions de francs, il doit alimenter 11 000 ménages. Avec 770 oui contre 569 non et une participation (52,83%) proche de celle des dernières élections, les Vallorbiers valident un projet vieux de huit ans, tout en mettant fin à un débat local enflammé. Entre tracts, histoires d’affiches arrachées et climat de lutte ouverte entre partisans et opposants, Sur Grati était devenu depuis le lancement du référendum communal le sujet de belles envolées dans les bistrots de Vallorbe. Les deux communes partenaires, Vaulion et Premier, n’y ont pas eu droit. Aucun référendum n’y avait été déposé. «Un débat civique ne doit pas être une soirée de gala où on se lance des compliments, remarque François Leresche, chef de file de SOS Jura-Vaud. Mais il est vrai que la discussion a été vive, et chaque argument a été utilisé de part et d’autre.»

La victoire modeste, les autorités affichent pour leur part leur satisfaction. «Le vote d’aujourd’hui légitime des années d’études et de procédure, juge Stéphane Costantini, syndic de Vallorbe. De même que la concrétisation future du projet.» A l’adresse des partisans du non, il ajoute: «On respecte les avis divergents. Mais je suis déçu que des gens soient venus de l’extérieur avec des éléments ne correspondant pas à la réalité nous dire comment réfléchir. Les Vallorbiers sont assez grands pour décider eux-mêmes!» La campagne a été tendue.

Symbole de l’éolien vaudois

En termes de procédure, Sur Grati – six éoliennes sur la crête dominant Vallorbe – devient ainsi l’un des projets vaudois les plus avancés en la matière. Et, pour le coup, un beau symbole pour les autorités et les partisans de l’énergie éolienne: lancé par une motion du Conseil communal en 2007, validé par les Exécutifs puis par le Canton, porté par le promoteur régional VO Energies, Sur Grati est devenu hier le premier projet éolien vaudois à passer formellement devant le peuple. Jusqu’ici, seules des votations dites «consultatives» ont eu lieu à Daillens-Oulens et à Sainte-Croix. Bref, l’exemple d’un parcours sans faute.

La victoire d’Eole à Vallorbe tombe à pic pour ses partisans. La semaine dernière, le Canton a relancé la machine concernant deux célèbres parcs vaudois: Eol-joux, au Chenit, qui attend un référendum communal spontané, ainsi que le projet de Sainte-Croix, dont une version complétée vient d’être mise à l’enquête publique. On espère recevoir en outre à la mi-juin le résultat de la consultation de la Conception énergie éolienne de l’Office fédéral du développement territorial. Y figure notamment le nombre de GWh que Vaud est appelé à fournir. De quoi booster les parcs éoliens en cours de procédure.

Reste que celui de Vallorbe n’est pas encore exposé au vent du Jura. Sur Grati est sous le coup de plusieurs recours au Tribunal cantonal. Les opposants croisent les doigts et qualifient le vote d’hier de «défaite d’étape».


«Un résultat attendu»

Réaction de Jacqueline de Quattro, Conseillère d’Etat chargée de l’Environnement

Que vous évoque le résultat du référendum vallorbier?
C’était un résultat attendu et espéré. On a plus entendu les opposants que ceux qui veulent sortir du nucléaire, mais le changement est en route. J’adresse mes félicitations au syndic de Vallorbe et à l’équipe qui a conduit ce projet. Ils ont su rassurer les Vallorbiers, qui ont pris une décision courageuse et responsable pour les générations futures. Ces six éoliennes peuvent alimenter 11 000 ménages, ce qui est considérable. Certes, il faut développer d’autres énergies renouvelables en parallèle, comme le solaire, l’hydraulique, la géothermie, le bois-énergie ou la biomasse.

Vous comprenez la réaction des opposants locaux?
Les craintes de la population doivent être prises au sérieux. Nous y avons répondu et pris près de 80 mesures de compensation et de limitation des impacts. Cela dit, le canton de Vaud recèle le plus grand potentiel de production éolienne de toute la Suisse. Ce serait dommage de ne pas l’exploiter. Sinon, il faudra accepter de continuer à consommer du nucléaire français et du charbon allemand. Il faut savoir ce qu’on veut. (24 heures)

Créé: 05.06.2016, 20h26

Commentaire

La transition énergétique, ce bel idéal

Les Vallorbiers ont ainsi décidé d’approuver six éoliennes à leurs portes. Ce résultat constitue un geste fort et courageux de la part des votants. C’est à la fois un pari sur l’avenir et un choix qui n’a rien de minime: de leurs fenêtres, les Vallorbiers acceptent de contempler des mâts atteignant les deux tiers de la tour Eiffel. Le projet avait toutefois de quoi séduire. Porté par les communes et un promoteur du cru, lancé même par une motion du Conseil communal, ce parc éolien qui apporte la promesse d’un approvisionnement entièrement renouvelable de sa région avait tout pour parler aux votants.

Mais à Vallorbe comme ailleurs, ces projets historiques ont un prix qu’on connaît désormais trop bien. Les campagnes sont d’une intensité rare. Des voisins se brouillent, de vieilles querelles réapparaissent, des communes se divisent. Si la durée de vie des éoliennes est connue, celle des traces qu’elles laissent dans les mémoires est plus difficile à estimer.

Vallorbe a rejoint la liste des communes où l’éolien a fait débat. Il y a eu Sainte-Croix, Daillens et le Jura Neuchâtelois. Ce n’est pas fini. Seize parcs éoliens sont encore retenus par le Canton. Leur passage devant le peuple viendra un jour, porté par ce bel idéal qu’est la transition énergétique. Il est encore temps d’éviter que cette priorité nationale n’envenime par trop les discussions locales. Présenter, convaincre et intégrer les citoyens peut se faire bien plus en amont. Il n’est pas utopique d’espérer un climat d’estime réciproque entre partisans et opposants. Le dieu Eole mérite bien des sacrifices, mais sans doute pas celui de la paix de nos villages.

Articles en relation

Un conseiller biologiste est à l’origine du parc éolien de Vallorbe

Energie Il y a huit ans, René Gfeller déposait une motion en faveur de l’énergie éolienne, prémices du parc Sur Grati. Plus...

Le Canton veut mettre de l’huile dans les projets éoliens

Energies renouvelables Après avoir identifié des points faibles, la nouvelle plate-forme éolienne propose des procédures pour rétablir le dialogue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...