Un air malgache soufflera sur la Saint-Caïon 2016

BroyeSamedi, tout Granges-Marnand se réunit pour célébrer le cochon à l’occasion de la Saint-Caïon. Les bénéfices iront à un projet professionnel à Madagascar.

«Tout est bon dans le cochon», dit-on. Si vous en doutez, rendez-vous demain au Battoir de Grange à l’occasion de la Saint-Caïon.

«Tout est bon dans le cochon», dit-on. Si vous en doutez, rendez-vous demain au Battoir de Grange à l’occasion de la Saint-Caïon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Tout est bon dans le cochon», dit-on. Pour ceux qui en doutent encore, rendez-vous samedi au Battoir de Granges à l’occasion de la Saint-Caïon (cochon en patois). Au menu, des mets à base de cochon bien sûr, mais également un marché campagnard où exposeront une vingtaine d’artisans locaux, des dégustations de vins ou des concerts de yodel. Sans oublier son incontournable championnat suisse de terrine pur porc.

Clou de la journée, cette compétition unique en son genre accueillera une trentaine de participants, des amateurs comme des professionnels. «Il faudra s’attendre à quelques surprises, confie l’un de ses organisateurs, Blaise Corminbœuf. Faire de la bonne terrine est accessible à tout le monde, du coup, ce n’est pas forcément celui à qui l’on pense qui gagnera.» A noter que le jury sera composé de plusieurs personnalités romandes, notamment de la conseillère d’Etat, Nuria Gorrite, qui est la marraine de cette édition 2016, et de l’humoriste Frédéric Recrosio, qui en sera le parrain. La remise du «Groin d’or» aura lieu en fin d’après-midi.

Comme à son habitude, la manifestation, qui se déroule tous les deux ans, reversera une partie de ses bénéfices à une association. Cette année, ses organisateurs ont fait le choix de consacrer une bonne partie de leurs bénéfices à la création d’une école de boulangerie à Tamatave, ville située sur la côte est de Madagascar. Baptisé «Epigasy», ce projet est piloté par Roland Marion, un Broyard expatrié sur l’île africaine et qui n’est autre que l’ancien directeur des Moulins de Granges.

Huit amis pour relancer la tradition

Née dans les années 1990 et organisée jusqu’en 2003, cette fête gastronomique n’avait plus eu lieu jusqu’en 2012, faute de relève. Depuis, un groupe de huit amis de la région a décidé de relancer cette tradition. Il s’agit donc de la 3e réédition. «A chaque édition, la Saint-Caïon devient toujours plus populaire, se réjouit Blaise Corminbœuf. C’est vraiment un rendez-vous qui permet aux gens de la région, et même de plus loin, de venir partager un moment de convivialité.» Lors de l’édition 2014, la manifestation avait comptabilisé près de 1200 assiettes servies, ce qui avait permis aux organisateurs d’offrir un chèque de quelque 10 000 fr. à l’Association Porte-Bonheur qui vient en aide aux orphelins de Suisse. (24 heures)

Créé: 25.02.2016, 21h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 3

Faut-il opérer les gens qui naissent «intersexes»? Paru le 3 janvier 2017.
(Image: Bénédicte) Plus...