Des bolides élancés glissent voile au vent sur le lac de Joux gelé

FunLe championnat suisse de voile sur glace s’est tenu hier au large de L’Abbaye. Une première depuis 2008.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le lac de Joux gelé ne fait pas uniquement le bonheur des patineurs et des promeneurs, accourus par milliers dimanche pour profiter de la plus grande patinoire naturelle de Suisse. Hier, deux poignées de «marins d’eau glacée» s’étaient donné rendez-vous au large de L’Abbaye pour en découdre à bord de leur étonnant engin: le voilier sur glace.

Catamarans montés sur patins

En fin de matinée, une dizaine de ces drôles de bolides – un peu comme des petits catamarans montés sur patins – étaient alignés au milieu du lac, proue face au Sentier, prêts à prendre le départ du championnat suisse. «C’est la première fois depuis huit ans que cette compétition peut se tenir», s’exclame, ravi, Charles Martinet. Le bonhomme, 74 ans au compteur, est un adepte de longue date de cette discipline née dans la Hollande du XVIIe siècle. Il est surtout le président de la Flotte suisse des voiliers sur glace, créée dans les années 1980.

Lunettes de ski relevées sur son casque, gilet de sauvetage serré autour du torse, il explique que cette compétition nationale ne se tient pas ailleurs qu’ici, conditions nécessaires à l’organisation obligent: «Nous avons besoin de beaucoup d’espace, au moins 1 kilomètre entre les deux bouées autour desquelles on doit tourner.» Il faut surtout que la surface soit gelée, pas enneigée, et qu’un minimum de vent balaie la zone des régates.

Attention aux trous!

«En course, on file à une vitesse allant de 40 à 80 km/h», reprend-il. Une vive allure qui explique pourquoi il vaut mieux éviter les jours de grande affluence sur le lac. Exeunt donc les week-ends, ce qui diminue d’autant le tout petit éventail de jours propices à la tenue de cet événement.

«Au final, on s’est rendu compte qu’il fallait presque être retraité pour pratiquer le char à voile», rigole le Lausannois Jean-Marc Meylan. Charles Martinet a beau fendre la bise à bord de son voilier des glaces depuis 40 ans, son palmarès reste vierge. Mais l’essentiel est ailleurs. «Tout à l’heure, si je n’arrive à boucler que deux tours pendant que les autres en font trois, je serai disqualifié, mais tant pis, ce n’est pas grave, je fais ça pour le plaisir!»

«Au final, on s’est rendu compte qu’il fallait presque être retraité pour pratiquer le char à voile»

Et pour retrouver les sensations de la voile qu’il pratique en été, comme la très grande majorité des participants à ce championnat suisse? «Exactement. les mouvements sont rigoureusement les mêmes, sauf que l’on est toujours au près. En hiver, la voile sur glace est beaucoup plus agréable que sur l’eau. On se défonce, ça va très, très vite», explique-t-il alors qu’il s’allonge sur le dos, à bord de son Stradivarius, qu’il a acheté en 1994.

Quant aux dangers, le Combier affirme ne pas trop y penser, mais extrait néanmoins de sa veste les deux piques qu’il porte autour du cou. «C’est obligatoire, au cas où on tombe dans un trou. Ça m’est arrivé il y a trois ans. J’ai été éjecté. J’ai eu de la chance, mes moufles reposaient sur la glace et je n’ai pas eu trop de peine à sortir de l’eau, mon dos n’était même pas mouillé.» (24 heures)

Créé: 30.01.2017, 21h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Face à la concurrence étrangère et la chute des prix de l'électricité, l'industrie hydroélectrique suisse est à la peine. La question de son soutien sera au menu du Conseil national la semaine prochaine
(Image: Bénédicte) Plus...