La guerre aux déchets sauvages est déclarée

PayerneLa Municipalité lance une «Action Ville propre» afin de lutter contre différents problèmes de propreté en augmentation.

Un conteneur installé sur la place Général-Guisan sera rempli de déchets sauvages récoltés en une journée.

Un conteneur installé sur la place Général-Guisan sera rempli de déchets sauvages récoltés en une journée. Image: JEAN-PAUL GUINNARD - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De juin à septembre, les déchets auront la vie dure à Payerne. Et ceux qui les produisent aussi. En lançant son «Action Ville propre», pour laquelle elle va solliciter un crédit de 80 000 francs auprès du Conseil communal, la Municipalité espère que les mauvaises habitudes se perdront et que des conséquences positives s’inscriront dans la durée.

Bien que le système de collecte des déchets ménagers incinérables et la récupération des déchets recyclables donnent satisfaction, les autorités payernoises déplorent différents problèmes de propreté. De plus en plus de sacs non officiels sont déposés sur les trottoirs. Le nombre de mégots de cigarettes au centre-ville, tout comme les déjections canines dans les parcs, sont en augmentation. Et c’est sans compter le littering dans les espaces publics et le dépôt de déchets ménagers dans les poubelles publiques. «On parle là d’un fléau urbain dont le volume total récolté peut être estimé à 5 m3 par semaine», souligne la syndique Christelle Luisier.

L’action se déroulera en deux temps: sensibilisation, puis répression. Une campagne d’identité visuelle sera prochainement mise en place. Elle s’accompagnera de l’installation d’un conteneur géant sur la place Général-Guisan. Transparent, il sera rempli des déchets sauvages et des sacs non conformes récoltés sur une journée, afin de quantifier visuellement cette problématique. En accord avec les écoles, des journées nettoyage en plein air seront mises sur pied, auxquelles il est prévu d’associer les migrants. Par ailleurs, les bistrots se verront remettre des cendriers sur pied. Pendant une journée, les sacs non officiels ne seront plus ramassés. S’ils n’ont pas disparu passé ce délai, ils seront ouverts, afin d’identifier leur «propriétaire», qui sera amendé.

Au terme de ces trois mois de sensibilisation, les contrevenants pourront être sanctionnés. «Dès octobre, les patrouilles de sécurité publique seront renforcées par deux personnes issues d’une société privée», explique Norbert Carrel, responsable du service des infrastructures. Occupée 7 jours sur 7, cette nouvelle patrouille sera dans un premier temps engagée jusqu’en janvier 2018, traquant les infractions constatées par les autorités. Ensuite, ces dernières entendent budgéter une somme de 20 000 francs par année à cet effet. (24 heures)

Créé: 15.05.2017, 18h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Swiss veut la retraite des pilotes à 62?ans
(Image: Bénédicte) Plus...